11/11/2007

L'UDC le parti qui peut faire éclater la Suisse



René LONGET
Maire de la Ville d’Onex


Jeunes, dynamiques, les idées simples et les dents longues : les nouveaux parlementaires fédéraux de l’UDC ne vont pas tarder à se faire connaître. La Suisse qui gagne élue par la Suisse qui perd…
Comme si l’esprit d’entreprise avait quitté la droite traditionnelle, trop engoncée dans ses liens avec les lobbies et la raison d’Etat. Etrange mixture en effet que cette UDC, qui n’est pour commencer ni une Union, ni démocratique et encore moins du centre…

En y regardant de plus près, c’est un pur produit de la pub, une machination, une tromperie sur la marchandise, bref une habile fabrication.
Qu’on en juge :
-    les électeurs sont des petites gens mais les élus souvent des industriels et des chefs d’entreprise, à l’image de Blocher lui-même, au passage premier conseiller fédéral élu non pas pour s’occuper de son département, qui a l’air de l’ennuyer profondément, mais pour faire de sa fonction une tribune politicienne.
-    Les petites gens sont inquiets pour leur sécurité et espèrent une action préventive et répressive plus forte. Mais l’UDC est d’abord pour moins d’Etat et réduire le budget la préoccupe bien plus que d’engager des policiers ! A ma connaissance l’UDC n’a pas engagé un seul gendarme de plus !
-    L’UDC prétend renforcer l’indépendance du pays. Mais elle s’oppose à toute politique énergétique et est farouchement pronucléaire. Nous rendant ainsi toujours plus dépendant des ressources énergétiques extérieures.
-    Se prétendant parti du peuple, elle est d’une indifférence totale aux assurances sociales, et à toute protection sociale. Ces questions ne l’intéressent pas sinon sous l’angle de la moindre dépense. Je ne lui connais aucune intervention en faveur des working poor, pourtant 10% des salariés ou d’autres catégories en difficultés qui votent pourtant, hélas, pour elle.
-    Son aura conservatrice lui donne un électorat dans les régions périphériques mais ce ne sont pas les élus UDC qui vont se battre pour garder le bureau de poste ou subventionner la sylviculture locale ou encore pour la péréquation fiscale.

On pourrait multiplier les exemples, et partout c’est la même recette : une politique de moins d’Etat, de désolidarisation et de libéralisation à outrance habillée d’un nationalisme et d’une fierté d’être suisse de façade. De plus, avec ses méthodes : discours réducteur et souvent mensonger, refus du caractère multiculturel du pays et lecture caricaturale de notre histoire nationale, refus de la recherche de consensus politique, ciment du pays, elle introduit des pratiques de rouleau compresseur tout à fait inhabituelles, plus proche de celles d’un groupement extrémiste que d’un parti à vocation gouvernementale, dans notre vie politique. La détestation de l’Europe s’explique alors mieux : il faut empêcher à tout prix que cet espace de régulation ne réintroduise les cadrages écologiques et sociaux que l’UDC veut faire sauter.

En un mot comme en cent : le ver est dans le fruit, ce parti, par son dessein et ses méthodes, peut faire déraper gravement le pays. Sous prétexte de revalorisation de la Suisse c’est en fait une anti-Suisse qui se dessine là. Ce n’est pas d’abord sur la xénophobie qu’il faut attaquer l’UDC mais sur le fait que de tout son être elle est aux antipodes de ce qui fait la Suisse : tolérance, engagement, cœur, réflexion, application, travail bien fait, accueil, environnement de qualité, intelligence, force de négociation, disponibilité internationale. C’est bien aussi là la liste de ce que l’UDC n’est pas....

22:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Les socialistes devraient plutôt balayer devant leur porte avant de proférer de telles inepties. L'UDC a de beaux jours devant lui avec des adversaires incapables d'analyser les causes de leur échec.

M. Blocher est devenu fortuné grâce à ses propres mérites, et n'a pas profité de l'argent public.

Les caciques du PS, planqués au SIG avec des bonus payés par le contribuable, reçoivent des traitements sur le dos du peuple alors que, dans le privé, personne ne voudrait d'eux.

Telle est la différence : se servir sur le dos du peuple après avoir été bombardé dans des entreprises publiques, sans autre mérite que celui d'appartenir au PS ou avoir fait une carrière dans l'économie privée, sans rien devoir à ses affiliations politiques (Blocher avait été évincé du Conseil d'administration de l'UBS pour son appartenance à l'UDC).

Quand le PS comprendra que l'administration et les entreprises publiques ne sont pas destinés à pouvoir confortablement au confort (élevé, vu la tendance "caviar" actuelle) de ses permanents, il pourra peut.être ralentir la chute libre dans laquelle il est engagé.

Écrit par : Soli Pardo | 11/11/2007

Blocher ... sa fortune à pour origine l'industrie pharaceutique non ? De gros profits payés par l'assurance maladie ... c'est bien ce que j'appelle se faire une fortune avec de l'argent public.

Écrit par : Dji | 12/11/2007

Non, vous êtes fort mal renseigné. La division pharmaceutique est plus que marginale dans EMS Chemie, moins de 2 % du chiffre d'affaires.

La société est spécialisée dans les polymères, qui représentent 90 % de son chiffre d'affaires.

Écrit par : Soli Pardo | 12/11/2007


Pour vous, il n'y a pas si longtemps les électeurs de l’UDC n'étaient qu'un ramassis d'armaillis arriérés et repliés sur eux mêmes. Maintenant que l'UDC a fait un score à Genève, où il n'y a de toutes évidences pas énormément d'armaillis, ce sont donc de petites gens frustrés et apeurés.

Continuer comme ça, afficher un tel mépris hautain pour près d'un tiers des électeurs leurs ouvrira certainement les yeux et vous les ramènera... ou bien ?

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 12/11/2007

Armaillis arriérés ? Non, mais citoyens amers, qui se déterminent par leur opposition à presque tout, abusés par une rhétorique brillamment mise en scène mais fondée sur quelques problèmes réels (négligés ou niés par les autres partis) noyés dans une masse de contrevérités. Le succès de l'UDC est avant tout le produit de l'angélisme ou de la lâcheté des autres. Avec un peu d'intelligence, ça ne devrait pas durer.

Écrit par : Hadrien | 12/11/2007

De parler de l'UDC peut être intéressant, de Blocher peut-être aussi. Mais, freanchement, vous ne pensez pas que René Longet a drôlement bien résumé le danger que court la Suisse dans son dernier paragraphe ? Soyons réalistes ! Et soyons aussi pragmatiques et efficaces au lieu de discutailler, Cela n'avance pas le schmilblick mais seulement les gens qui ne réaliseront leur erreur que quand il sera trop tard.

Écrit par : vieuxbert | 12/11/2007

Je crois surtout que se sont les élus socialistes et verts qui donnent les interview avec le vocabulaire le plus guerrier!

Les élus de droite ont généralement le sens du devoir qui les attend et du Pays qui leur a confié son avenir.

Les élus PS/Verts ne parlent que de la gauche, encore de la gauche et toujours de la gauche!

C'est cette vision unilatérale qui risque bien de couper la Suisse en deux et non pas les élus de droite qui ont manifestement une vision bien plus large de leur rôle de parlementaire.

Une fois de plus vous avez perdu une bonne occasion de vous taire!

On vous aime bien quand même, sans les socialistes on ne saurait trouver de sottises à décrier!

Bonne journée M'sieur le maire

Écrit par : Edar Maylli | 13/11/2007

"Les petites gens sont inquiets pour leur sécurité et espèrent une action préventive et répressive plus forte. Mais l’UDC est d’abord pour moins d’Etat et réduire le budget la préoccupe bien plus que d’engager des policiers ! A ma connaissance l’UDC n’a pas engagé un seul gendarme de plus !"

Voila encore une abhération socialiste...un mensonge...
La police recoit des tâches de la part des conseillers administratifs, comme Laurent MOUTINOT, élu SOCIALISTE...alors écrire que l'UDC n'a pas engagé un seul gendarme de plus...est faux, mensoger, trompeur...
L'UDC ne PEUT pas le faire, même si Blocher est le Conseiller Fédéral en charge du Départment de Justice et Police...et vous, René LONGET, maire SOCIALISTE de la ville d'Onex, signataire de la pétition pour plus de sécurité dans la Champagne Genevoise, vous êtes bien au courant de ce fait, mais vous continuer à MENTIR honteusement sur Blocher et l'UDC.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/11/2007

La défaite est amère et la pilule a de la peine à passer. Les socialos vont se fairent encore une pub du tonnerre avec des idioties pareilles ! Si nous devions compter sur les socialos et les ciboulettes pour améliorer la situation de notre pays, nous serions pas prêt de sortir de l'auberge. Le parti des fonctionnaires n'a aucune solution pour les travailleurs et ceux-ci l'abandonne de plus en plus. "Le capitalisme est au bord du gouffre et l'orsqu'il se penche, il voit tout au fond, le socialisme" (humour russe)

Écrit par : Octave Vairgebel | 13/11/2007

Les commentaires sont fermés.