24/03/2008

Paychère ou Zapelli, c'est pour six ans!

Dans leur sagesse, les Genevois se sont réservé l’élection par le peuple de leurs magistrats du pouvoir judiciaire. Le 3e pouvoir n’échappe pas à la démocratie ! Pour l’essentiel des postes à pourvoir, ce choix est dans la pratique délégué aux partis politiques qui, cette année à nouveau, ont réussi à se répartir sans trop de heurts les diverses places de la magistrature. Histoire de rappeler que, tout en sachant que chaque juge est strictement lié à la lettre et à l’esprit de la loi, il reste toujours une marge d’interprétation. Cela est vrai dans les grandes causes, celles qu’on voit dans les médias ou dans les films, c’est vrai  pour les plus modestes affaires aussi. Le droit et l’humain se donnent la main, et soulignent toute l’importance de la personnalité du juge. Notons enfin que le mandat des magistrats est de six ans.

Seul poste sur lequel entre les partis le consensus n’a pas pu se faire, et le plus important de tous : celui de procureur. Maître de l’accusation, garant de l’intérêt public, garant aussi du bon fonctionnement de l’appareil judiciaire tout entier, il est la pièce maîtresse du dispositif. Et nous avons tous intérêt à une bonne administration de la justice ! Les personnalités sont contrastées. D’un côté un titulaire sortant, élu d’extrême justesse voici six ans, figurant du statu quo. Disert, bonhomme, souvent vu dans les salons, mondain à ses heures, il incarne bien les choix de son camp. Une politique agissant au niveau des effets, et par à-coups, dont la lisibilité n’est pas la première qualité. Plus prompt à dégainer contre les squatters et les mendiants (organisés ou pas), quitte à ramasser leur sébille au passage. Plus réservé quand il s’agit de porter l’estocade contre les Etats mafieux et leurs agents, les agissements financiers douteux et hélas souvent désastreux pour les plus faibles. Dans une place financière comme l’est Genève, trier le bon grain de l’ivraie est pourtant essentiel si on veut éloigner le spectre de la république bananière.

De l’autre côté, l’impétrant. Un peu raide, comme la justice, dira-t-on. Mais sans fioritures, il va droit au but et affiche ses principes. La garantie de la rigueur, de la loi la même pour tous. Ardu et ardent à la tâche, lettré, il fait avancer doctrine et jurisprudence, a un regard sur l’équité particulièrement aigu : traiter riche et pauvre également, regarder néanmoins le souci du plus démuni avec une bienveillance certaine, c’est cela une justice à visage humain. Si la petite délinquance n’a droit à aucune mansuétude, encore faut-il pour être efficace vouloir remonter les filières au prix d’un patient travail et d’une obstination à toute épreuve. Le prédécesseur du titulaire actuel, Bernard Bertossa a su le faire, et en a fondé une réputation internationale, affirmant en toutes circonstances la primauté de la volonté de faire table rase du crime organisé. Pour quelle vision de la justice penchera la République ? La fausse bonhomie de l’un, la droiture incarnée de l’autre ?

Pour ceux qui hésitent, le traitement donné par chacun des candidats à l’affaire de Vernier est éclairante. Au risque de s’aliéner des voix qui, dans une élection, peuvent s’avérer décisives, Paychère, comme juge au Tribunal administratif, devant les constats de nombreuses incorrections, assume pleinement l’arrêt du 5 février de la juridiction qu’il préside et invalidant l’élection du candidat MCG à l’exécutif de Vernier, Cerutti. Le jugement est disponible sur Internet et liste tous les faits, dont la réalité ne saurait être contestée. Les mêmes faits selon le procureur en place Zapelli ne méritent aucune accusation pénale. Aucun juge ne pourra donc plus se pencher sur les aspects pénaux de manipulations électorales avérées qui, si elles faisaient école, mineraient gravement la confiance des électeurs dans les mécanismes d’expression de la volonté populaire. Le candidat Zapelli, faisant usage de son pouvoir d’appréciation, a en effet classé la plainte par son ordonnance du 14 mars. Rester ferme et fidèle à ses principes, dût-il en coûter électoralement, voilà le choix, en pleine campagne, du candidat Paychère. Un tel comportement doit être largement connu et souligne qu’il est le procureur qu’il nous faut.

23:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Cher M. Longet, votre billet appel deux remarques :

1) Contrairement à ce que vous avancez, Mr Paychère entend aussi s’attaquer aux « petits effets ». D'après ses propres propos sur léman bleu, il ira « poursuivre l’insécurité là ou elle se trouve », d’après lui en priorité parmi les automobilistes et dans les foyers sous forme de violences conjugales. Les électeurs jugerons si c’est vraiment là les 1ere causes d’insécurité…

2) Pour avoir lu le jugement du TA (et j’encourage tous a en faire de même) on ne peux que constater que ni les auteurs et ni surtout le bénéficiaire des fraudes n’ont été identifiés. Ce n’est donc pas l’élection du candidat du MCG qui est invalidé mais bien l’élection dans son ensemble. Par contre le candidat MCG étant l’objet de la plainte, le TA (présidé par un socialiste) s’est empressé de lui interdire de siéger, sans même attendre les conclusions de l’instruction et bafouant la volonté démocratique des citoyens de Vernier. Difficile de ne pas y voir une justice partisane.

AF

Écrit par : Alain_Fernal | 25/03/2008

S'attaquer aux violences conjugales deviens difficile après avoir cautionné la lapidation, ne croyez-vous pas ?
Ce n'est pas Laurent Moutinot qui construira des prisons pour les futurs délinquants que M. Paychère mettras en prison...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 25/03/2008

Monsieur Longet, svp consulter le blog du président du MCG!

Vos commentaires ne sont pas relevant si le TA n'a pas retranscrit les témoignages correctement! Le MCG en fait la démonstration document à l'appui. C'est grave pour nous!

Vous devez contrer avec des documents, les paroles ne seront pas suffisantes!

Écrit par : Alternatif | 25/03/2008

C'est quoi encore cette mascarade socialiste, voici Longet qui sort du bois en écrivant une fois de plus des contrevérités du genre la PRAVDA

Décidemment, les socialistes vous ne savez pas assumer vos erreurs.

PAYCHERE a belle et bien menti dans sa rédaction des considérants,
PAYCHERE a belle et bien travesit le fond et les formes des déclaration des témoins afin de charger le candidat MCG
PAYCHERE a manque totalement d'impartialité et d'indépendance

et vous Longet, vous voulez par ce blog mensongés faire croire à la population genevoise que PAYCHERE a le nouveau tube de cet été.... vous oubliez qu'il n'a ni les paroles, ni la musique

VOTONS DANIEL ZAPPELLI

Écrit par : VERITE | 25/03/2008

Pourquoi s'offusquer ?
René Longet est quand même le président du Parti Socialiste Genevois, il est de son devoir de protéger et rendre hommage à son poulain...et comme en plus, il est le maire d'Onex...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 25/03/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Le Maire d'Onex,

ma commune natale..

Cher M. Longet, votre enthousiasme au sujet du mandat de M. Bertossa, ne résiste pas à une analyse pragmatique, en effet :

- vous avez oublié la débâcle Michalkov

Des millions de francs en frais de procédure, d'investigation, de mobilisation à outrance des services du groupe d'intervention de notre gendarmerie et les indémnités si gracieusement offertes à ce Sieur après son séjour....

Mais il est vrai, que question indémnités... M. Bertossa, comme M. Paychère, ils savent y faire...

A ce titre, n'est ce pas la candidat Paychère qui généreusement à offert 955'000 frs d'indémnités à une personne ayant publiquement encouragé la violence conjuguale... et maintenant ce même candidat voudrait devenir la voix des femmes battues ?

Vous êtes plein de bons principes, mais vos arguments ne tiennent manifestement pas face à une analyse froide et impartiale des faits.

M. Zappelli n'est peut être pas parfait, mais au moins il a le mérite de ne pas se contredire à chaque législature.

Bien à vous M. Le Maire et me réjouis de vous voir le premier août nous faire le petit discours avant que nous ne partagions la bonne soupe...

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 25/03/2008

Paychère est au sein du pouvoir judiciaire ce que le Cancer est en maladie, sournois, viscieux, et extrèmement dangereux
il montre son vrai visage lorsque c'est trop tard.....

Écrit par : Métastases | 25/03/2008

Bonjour Monsieur Longet et bonjour à tous !
Ouf ! Les derniers commentaires remettent l'église au milieu du village.
L'aura internationale de M. Bertossa, on en rit encore à Moscou: un million d'indemnités à Michaïlov et des millions perdus en vaines procédures.
M. Paychère ? Quel portrait flatteur...
M. Zappelli, quel portrait à la Daumier...
Un "fin lettré" d'un côté, un "mondain" de l'autre... Quelle mauvaise foi ! Question de choisir un parti, je prends quant à moi celui d'en rire.
Si votre camarade de parti M. Moutinot n'avait pas posé la peau de banane des mendiants professionnels roumains, M. Zappelli aurait depuis longtemps réglé ce problème qui nuit gravement à Genève.
Dans le cas de M. Cerutti, j'ose croire qu'il a pris la décision qui s'imposait devant un dossier vide.
Reconduisons M. Zappelli dans ses fonctions de P.G. et laissons M. Paychère rédiger de beaux textes de lois (si possibles justes), si tel est son talent.
Bonne journée !

Écrit par : Blondesen | 25/03/2008

Pour un peu, Longet et sa clique seraient encore positifs concernant Ceaucescu ! Le PS, ne l'oublions jamais, a toujours soutenu ce dictateur et ceux qui sont actuellement à la tête du PS ne sont pas différents de leurs prédécesseurs. Tous pourris ! Seul le pouvoir les intéressent et ils sont prêts à cautionner des salopards de la pire espèce. Nous ne pouvons pas faire confiance à des individus dont les seules références sont de l'autre côté de l'ancien rideau de fer !

Écrit par : Octave Vairgebel | 25/03/2008

Quelle déception de lire vos inepties, quel manque de lucidité Mr Longet.
On vous a connu mieux inspiré !

Écrit par : bidouille | 25/03/2008

Zappelli fût réélu à son poste, mais cela ne doit pas servir d'alibi pour continuer de critiquer F. Paychère.

"Rester ferme et fidèle à ses principes, dût-il en coûter électoralement, voilà le choix, en pleine campagne, du candidat Paychère. Un tel comportement doit être largement connu et souligne qu’il est le procureur qu’il nous faut."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hani_Ramadan

Sans l'aide de Charles Beer et de Laurent Moutinot qui n'a rien "négocié", mais a décidé d'octroyer le maximum à Hani Ramadan, avec l'argent du contribuable.

"Le gouvernement genevois, qui a refusé de tenir compte de la décision du Tribunal administratif en 2004, se voit en 2005 dans l’obligation de le réintégrer et de lui verser son salaire, y compris les sommes dues durant sa période de licenciement."

Plus de renseignements sur le Centre Islamique de Genève,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_islamique_de_Gen%C3%A8ve

"Le CIG s’est donné comme objectifs de constituer un front unique des croyants pour aborder en commun la tâche de lutte contre le matérialisme athée, de relever les présentations tendancieuses de l’islam et des musulmans et les réfuter, d'organiser des circuits pour propager des notions justes sur l’islam et les musulmans, d'effectuer et encourager des recherches, de recueillir et de traduire et diffuser des textes sur l’islam, de remplir les besoins sociaux, culturels et religieux des étudiants et réfugiés musulmans en Europe et enfin d'ouvrir en Europe des jardins d’enfants, des écoles, des mosquées et des centres islamiques[4]

Il affirme vouloir se tenir à l’écart de la politique et des questions ethniques ou territoriales, et être ouvert à la collaboration avec des non-musulmans sincèrement exempts de tout esprit partisan."

Des partisans pro-islam, qui veulent collaborer avec des non-musulmans sincèrement exempts de tout esprit partisan !
Il faut le lire pour le croire !

Je suis partisan, mais je ne collaborerais qu'avec des gens exempts de tout esprit partisan !

Quel foutage de gueule !


Hani Ramadan dispense un enseignement religieux fondamentaliste. Prédicateur islamiste, il donne de nombreuses conférences et ses publications sont largement diffusées. Il trouve un large écho parmi de jeunes musulmans désirant revenir à la pratique.

Voila, la messe est dite !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/05/2008

Les commentaires sont fermés.