08/05/2008

le 1er juin: Peuple genevois ne te laisse pas déposséder!

La loi sur les régies publiques est une loi muselière, qui vise à évacuer les gêneurs et à avoir un conseil d’administration de béni-oui oui. Nous ne prêterons pas main forte à un tel scénario qui laisserait toute liberté aux technocrates et aux tendances à remplacer l’éthique du service public par l’appât du gain. Alors 3 X non le 1er juin, peuple genevois ne te laisse pas déposséder!


Tous les sujets du 1er juin soumis aux électrices et électeurs sont de grande importance. Au niveau cantonal sont en discussion en particulier trois lois concernant les régies publiques, plus précisément leur contrôle.

Qui dit régies publiques dit tâches publiques, prestations, missions dans le sens de l’intérêt public. En effet les TPG doivent nous transporter et pas nous rouler, les SIG assurer une bonne gestion de l’énergie et des déchets et les HUG de bons soins.
Très concrètement ce sont là des entreprises dont l’influence sur la qualité de vie des habitant-e-s est considérable.

Quelle garantie avons-nous que les choses vont dans la bonne direction ?
Prenons les économies à tout va aux HUG, les différentes querelles aux TPG au niveau de la hiérarchie, et les SIG... En six mois on y a vu défiler au moins trois dysfonctionnements sérieux. Les rémunérations excessives. La valse-hésitation au sujet des énergies renouvelables (une attitude lourdement restrictive durant quelque temps sur l’énergie photovoltaïque). La pratique des importations de déchets révélée par l’affaire de Naples.

L’opinion populaire était claire dès que ces choses ont été connues. Mais par qui l’ont-elles été ? Sans l’action de députés comme Velasco ou Stauffer, membres du conseil d’administration des SIG, rien de tout cela n’aurait été connu.

Et voilà qu’on nous demande d’approuver une loi qui 1) interdit aux députés d’être membres des conseils d’administration des SIG, TPG et HUG. Alors que être député vous donne une assise, une expérience, des possibilités d’aller plus loin que d’autres membres de conseils d’administration ne peuvent avoir, et au peuple la garantie de représentants efficaces et critiques. Et la loi de 2) abolit la règle d’un représentant par parti pour réduire le nombre et prévoir une élection à la majorité du Grand Conseil. Il est clair que des gêneurs du calibre de Velasco ou de Stauffer ne trouveront pas grâce devant une majorité telle qu’elle se manifeste actuellement.

La loi sur les régies publiques, une loi muselière, qui vise à évacuer les gêneurs et à avoir un conseil d’administration de béni-oui oui ? Nous ne prêterons pas main forte à un tel scénario qui laisserait toute liberté aux technocrates et aux tendances à remplacer l’éthique du service public par l’appât du gain. Alors 3 X non le 1er juin, peuple genevois ne te laisse pas déposséder !

07:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Ah non... on va pas nous privatiser nos régies publiques! Merci de nous avoir informé Monsieur Longet...

Écrit par : msqma | 08/05/2008

Ne privatison pas les Régies Publiques car le PS serait emmerdé, il manquerait du pognon pour entretenir des andouilles comme Brunier, Mouchet, etc ! C'est étonnant de voir le PS essayer de protéger "SES acquis" et de découvrir après coup que c'est justement SES membres qui se remplissent les poches sur le dos des citoyens ! Longet n'est pas meilleur car, après avoir imposé son système de chauffage CADIOM (récupération de la chaleur perdue des Cheneviers), il va augmenter les factures du chauffage de 15% à tous les locataires d'Onex dès cette année. De plus, certains locataires sont déjà obligés de se défendre auprès du Tribunal des Baux et Loyers car des propriétaires veulent faire payer aux locataires les frais d'entretient des installations d'arrivée de chauffage ! Tout est bon pour plumer les locataires et il est ridicule de songer à être défendu pas l'Asloca, ils refusent ! (Sauf pognon, bien entendu et seulement pour chaque locataire, ils n'entrent pas en discution avec une association de locataires car cela ne leur rapporte pas assez.)Donc, pour Longet, par ici la bonne soupe !! C'est bien socialo cette manière de pratiquer.

Écrit par : Octave Vairgebel | 08/05/2008

Victor,

René Longet est une personnes intègre, intelligente et respectable, ce qui n'est pas votre cas!

bonne journée

Écrit par : citoyensuisse | 08/05/2008

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Longet,

en lisant votre texte, on s'apperçoit que vous êtes plein de contradictions en deux paragraphes...

D'une part vous affirmez qu'être député permet une meilleure assise dans les conseils d'aministration et de l'autre que cette situation permet d'être transparente pour les citoyen(ne)s...

Rassurez-moi, avant l'arrivée du brillantissime député Stauffer, il n'y avait aucun député socialiste au conseil d'administration des SIG ?

Monsieur Le Maire de ma commune natale que j'aime, n'auriez - vous pas la brillante qualité de prendre les gens pour des cons ?

Surtout... que les régies publiques sont régies par la Constitution et les extensions qui en découlent... donc... c'est bien sur celle-ci qu'il va falloir agir pour qu'on ne permette plus les dérives dont votre parti a profité durant de longues, longues, années... au détriment des citoyen(ne)s.

340'000 .- CHF / an pour un poste à 40% dans une entreprise qui dispose du monopole... dans le genre, on ne fait pas plus planqué :o)

Et là... comptez sur la nouvelle génération citoyenne, nettement mieux informée sur des pratiques que votre parti a érigé en "art"... celui du copinage.

Efficience est un mot qui devrait susciter un débat au sein de votre parti.

Mais bon, je vous aime bien quand même, et je me réjouis d'entendre pour la Xième fois votre discours du premier août...

Onésien un jour, Onésien toujours ;o)

-"Sur nos monts quand le soleil..."

Bien à vous,

Stéphane



PS. Si la loi passait, vous pourriez toujours demander à vos copartisans ainsi éconduits d'ouvrir un stand de lampions dans le parc... évidemment ça paie moins, mais en revanche, ce serait d'un civisme certain.

Écrit par : Stéphane | 08/05/2008

Le député Stauffer est il socialiste? Je n'habite pas à Genève mais j'ai déjà entendu parler cet homme. Chapeau bas. Bravo à M. Stauffer. Depuis que j'ai bossé dans les hautes sphères de la Berne fédérale, ma façon de voter a diamétralement changé de la gauche à la droite. Ma conscience m'y oblige. Néanmoins, si j'habitais à Genève, je voterais certainement un homme comme M. Stauffer. Pour moi, la valeur humaine est quotée plus haut que les partis.

Écrit par : Viva | 08/05/2008

J'aime bien le titre : Peuple genevois ne te laisse pas déposséder. Dans le bouche de Longet, j'entend : Peuple genevois tu te laisse posséder !! par le PS !

Écrit par : Octave Vairgebel | 08/05/2008

@ supercitoyensuisse (donneur de leçons certifié)

Note de lecture:
"L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible."

Woody Allen

Écrit par : Blondesen | 08/05/2008

Je poursuis et signe : Le sage cherche la vérité, l'imbécile l'a déjà trouvée.

Écrit par : Micheline Pace | 08/05/2008

Vive la Censure !

Sachant que Micheline Calmy-Rey est allée signer un contrat de gaz iranien, que pensez vous de ceci ? :

"Les radicaux genevois veulent enterrer le projet de centrale à gaz au Lignon

GENEVE. Le Parti radical déposera au Grand Conseil un projet de loi constitutionnelle pour inscrire dans la Charte cantonale l'interdiction de l'usine à gaz prévue par les Services industriels. Les Verts s'opposent aussi à la centrale."

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 10/05/2008

@ Viva : non, Stauffer n'est pas socialiste. Il est le fondateur d'un parti qui a fait une entrée fracassante au Grand-Conseil, le MCG (Mouvement Citoyen Genvois). Mais il est en plus Onésien, la commune du président du PS, auteur de ce blog.

Stauffer s'est fait connaître, notamment sur l'affaires des déchets napolitains.

Voilà pour l'info succincte...

Écrit par : Micheline | 12/05/2008

SIG: la Ville de Genève s'aligne sur le Conseil d'Etat

INTERVIEW | 00h11 Le Conseil administratif soutient la réforme. Pierre Maudet s'explique.
Faut-il diminuer le nombre des administrateurs au sein des -entreprises publiques et revoir leurs structures de direction? C'est l'enjeu des votations cantonales du 1er juin. Pour les Services Industriels, la conviction de la Ville de Genève est faite: elle soutiendra la réforme, pourtant combattue par les partis de gauche. Propriétaire des SIG à hauteur de 33%, le Conseil administratif l'a décidé récemment. -Interview du représentant de la Ville aux SIG, Pierre Maudet.

Pierre Maudet, pourquoi soutenir la réforme des SIG?

Pour plusieurs raisons: mes collègues siègent dans des conseils d'administration et certains ont été dans celui des SIG. Le constat est clair: trop -souvent, les conseils des entreprises publiques sont de simples chambres d'enregistrement. Aux SIG, nous avons aussi constaté que les actionnaires minoritaires, dont la Ville, ne sont parfois pas entendus. Il nous semble légitime que les décisions importantes soient prises au siège de l'entreprise et non au 2 de la rue de l'Hôtel-de-Ville! (ndlr: siège du Conseil d'Etat et du Département du territoire.) La nouvelle loi clarifiera les rôles des uns et des autres en séparant la mission stratégique de la mission de surveillance.

Vous croyez que la réforme aurait empêché l'affaire des salaires ou des déchets napolitains?

Probablement. Prenez les déchets: tout a été fait à l'envers! le ministre de tutelle, Robert Cramer a d'abord donné une forte impulsion politique en faveur de l'importation, puis silence radio, et, finalement, le Conseil d'Etat interdit une importation qui n'avait même pas fait l'objet, de la part des SIG, d'une demande d'autorisation d'importation!

Résumons: il est clair que le département de tutelle n'aurait pas dû donner d'impulsion «humanitaire» et que le conseil d'administration aurait dû d'abord réfléchir à la stratégie. En ce qui concerne les salaires, on sait que le bureau des SIG a joué un rôle important tandis que le conseil d'administration ne savait pas grand-chose. Or, la nouvelle loi supprimerait ce double étage. C'est plus sain.

La Ville ne serait pas écoutée, car minoritaire. Mais la nouvelle loi ne changerait rien du tout à ce sujet...

A plusieurs reprises, l'Etat s'est taillé la part du lion sans tenir compte de nos intérêts. Il a d'abord «tapé» dans les bénéfices des SIG à hauteur de 20 millions en 2005 et 2006; puis il a transféré aux SIG des actifs, mais aussi généré des dettes que nous devrons assumer; enfin, sa renonciation unilatérale à importer des déchets va faire monter la taxe d'incinération payée par les communes et les entreprises.

La nouvelle loi permet d'embrayer une discussion sur ces éléments, mais la gouvernance n'est pas la panacée. Il faut des administrateurs compétents et les copropriétaires doivent aussi être plus actifs. Raison pour laquelle la Ville et l'Association des communes ont demandé au canton une réunion pour discuter de la distribution de la redevance des SIG à ses propriétaires.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/05/2008

Les commentaires sont fermés.