13/02/2009

Tabagisme passif - vaste fumisterie des autorités et incroyable déni de la volonté populaire

Voici une année, presque jour pour jour, le 24 février 2008, le peuple adoptait, par un taux de participation élevé, de près de 62%, et à près de 80%, une initiative populaire. Celle-ci interdit de fumer dans les lieux publics intérieurs ou fermés, notamment les bâtiments et locaux fermés de l'Etat, des communes et d'autres institutions publiques, tous les bâtiments ouverts au public, tous les établissements publics et les transports publics et professionnels de personnes.
C'est clair, non? Clair, net et définitif, pourrait-on croire.
Or la petite minorité de perdants (représentant 29'363 votants), depuis, joue au chat et à la souris avec la démocratie (soit avec les 111'562 personnes ayant voté pour l'initiative).

Premier acte: le Conseil d'Etat, drapé dans ses certitudes, oublie de consulter le Grand Conseil pour la loi d'application et pond de son propre chef un règlement. Le Tribunal Fédéral ne manque pas de rappeler cette «informalité» à nos gouvernants. Du coup, l'application de la décision populaire est suspendue, dans l'attente du vote de la loi. C'est le choc, la déception: on s'était habitués à la liberté de ne pas être enfumés, la large majorité qui a voté oui se trouve bafouée et ne peut jouir de son droit à la santé pourtant inscrit dans la Constitution (nouvel Art. 178B, protection de l'hygiène publique et de la santé).

Deuxième acte. Le Grand Conseil, enfin saisi de la fameuse loi, s'empresse de la dénaturer et de transgresser la décision populaire en autorisant des espaces fumeurs appelés «fumoirs». A une très faible majorité, mais majorité quand même. Le PDC a fait la différence, en désavouant son propre ministre de la santé, et en lui préférant les fumisteries des tenants de la clope et les fantasmes fumeux de certains cafetiers.

Troisième acte. Cette torsion du vote populaire ne suffisant pas pour satisfaire l'appétit de fumée de certains, le référendum est lancé par un quarteron de tabacco-dépendants. Si on cherchait des preuves des méfaits du tabac, en voici une belle: certains semble-t-il en perdent quasiment la raison!

Une année après le vote, c'est l'embrouillamini le plus total, la volonté populaire est bafouée, et pire, ceux qui osent lancer le référendum le font en se réclamant d'elle!! Faut-il confirmer tous les ans un vote du peuple pour qu'il soit pris au sérieux? Comment empêcher citoyennes et citoyens de penser qu'à Genève on vote pour rien? Je rappelle donc que dans quelques mois, les responsables de cette belle gabegie se présenteront devant nous pour requérir nos voix, comme si de rien n'était. Ce sera l'occasion de leur rappeler que quand on prête serment de servir le peuple et de respecter sa volonté, on s'engage à le faire. Il faut que cet automne le déni du vote populaire du 24.2.08 soit un thème de débat, comme symbole et illustration de l'exigence de crédibilité qui fait ou défait la politique.

20:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (49) | |  Facebook

Commentaires

"Tabagisme passif - vaste fumisterie"

Tout est dans le titre, merci Monsieur Longet !

:o)

Écrit par : Blondesen | 13/02/2009

"Si on cherchait des preuves des méfaits du tabac, en voici une belle: certains semble-t-il en perdent quasiment la raison!"

Ce qui n'est absolument pas le cas des hystériques de l'anti-pétun !

Écrit par : Scipion | 13/02/2009

Là c'est un exemple de la mauvaise gouvernance à Genève. Vite fait, mal fait avec une communication déficiente Ordre et contre-ordre ... et ceci dans tous les domaines.

Écrit par : Demain | 14/02/2009

Bonjour à toutes et à tous,

Bonjour M. Longet,

vous avez raison, le tabagisme passif est une vaste fumisterie.

De fait, si l'on analyse les gaz dangereux contenu dans la cigarette, on s'apperçoit que se sont les mêmes que ceux contenus dans les échappements de voiture.

Alors tant qu'il y aura des voitures, des camions, autour de nos restaurants, il y aura du monoxyde dans les établissements publics.

Une vaste fumisterie d'autant plus que beaucoup de votants étaient convaincus qu'il y aurait des fumoirs et dérogations car tous n'avaient pas lu la loi qu'ils votaient.

Et puis, c'est la loi... les citoyens ont le droit de déposer un référendum contre une loi.

Pas de quoi pavoiser, juste le respect des droits populaires.

Bien à vous,

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 14/02/2009

Stéphane,

Je n'ai rien contre les fumeurs, j'en suis un ancien.

Toutefois, si les votations donnent un résultat clair, on a L'OBLIGATION de la respecter, même si elle nous gêne. Si, chaque fois qu'une minorité n'admet pas le vote populaire et lance un référendum, on bloque la démocratie basée sur le respect de la majorité qui s'est exprimée et s'est déclarée contre une nuisance grave pour la santé. Quant à utiliser les gaz d'échappement comme argument, c'est un rien spécieux!

Je sais , lancer des référendum à tour de bras est une manière de nuire à la démocratie utilisée systématiquement par un certain parti: c'est du totalitarisme, on n'en n'a rien à faire dans notre pays inutile de faire la même chose.

Sans ça, lancez donc un référendum contre la loi qui dit que l'on doit rouler à 80 Km/H. C'est vrai ça, je suis frustré avec ma porche que j'ai achetée en toute légalité mais je n'ai pas le droit de l'utiliser à fond!!! Je fais partie d'une minorité? Ah bon... n'empêche que...

Écrit par : Vastkestion | 14/02/2009

"Si, chaque fois qu'une minorité n'admet pas le vote populaire et lance un référendum, on bloque la démocratie basée sur le respect de la majorité qui s'est exprimée et s'est déclarée contre une nuisance grave pour la santé."

Il est insoutenable de prétendre empêcher des fumeurs de fumer entre fumeurs dans des locaux prévus pour les fumeurs ! Le cas échant, où le service est assuré par des fumeurs.

Franchir cette limite, c'est du facisme, à ceci près que les fascismes n'ont jamais interdit à quiconque de fumer, sous réserve d'une loi nazie qui, je crois, interdisait de pétuner aux moins de 16 ans. Et pourtant Thor sait si Adolf Hitler avait horreur du tabac.

Signé : un ex-fumeur mal repenti depuis 1999, qui pense tous les jours à recommencer pour ne plus être dans le même camp que les fanatiques à la Rielle et consorts !

Écrit par : Scipion | 14/02/2009

L'abus démocratique est à la démocratie
Ce que l'abus tabagique est à la tabagie
Dans l'un, une porte ouverte à l'anarchie,
Dans l'autre une gorge ouverte à l'oncologie.
Dans les deux cas un boulevard vers l'agonie ...

@ Vastkestion :

" C'est vrai ça, je suis frustré avec ma porche que j'ai achetée en toute légalité mais je n'ai pas le droit de l'utiliser à fond!!! "

Comme je vous comprends ...
Moi aussi, j'ai acheté un jet d'affaire "DASSAULT FALCON 10" en toute légalité et suis très frustré de ne pouvoir l'utiliser pour aller faire mes courses à Balexert ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/02/2009

Le débat sur la cigarette est devenu tellement manichéen et les arguments semblent si inconciliables qu'une solution serait, en effet, d’isoler les méchants fumeurs des gentils hygiénistes. Qu’on laisse à ces infréquentables quelques rares bars, bistrots et restaurants pour assouvir leur vice en toute liberté et que les autres s’éclatent dans leur ambiance aseptisée.

Mais même ça, les ayatollahs anti fumée n’en veulent pas…

Écrit par : Vincent | 14/02/2009

Non, on n'en veut PAS de votre fumée de clope qui pue, qui empeste nos habits, gratte la gorge, nous met en danger et nous pourrit la vie! C'est toujours pas clair? Vous pouvez fumer autant de clopes que vous voulez, vous pouvez vous détruire les poumons, vider votre porte monnaie dans votre drogue débile, mais DEHORS!!!

J'en ai plus qu'assez de devoir sans cesse sélectionner les bistrots/restaurants où je vais et devoir 90% du temps céder au final et finir enfumé. J'en ai plus qu'assez de ne pas pouvoir rentrer dans un bistrot lorsque j'attends le bus dans le froid (je vis sans bagnole) simplement parce que je ne veux pas que mon gamin respire votre saloperie de fumée. Je n'en peux plus d'abandonner 50% des mes sorties (concerts, etc.) parce que les fumeurs ont décidé qu'ils gagnaient.

Stéphane Valente souligne un point important : oui, la bagnole dégage AUSSI des toxiques. Là encore, c'est celui qui décide de nuire aux autres (l'automobiliste) qui gagne. Lorsque je suis à vélo ou que j'attends le tram, je respire les gaz d'échappement des salopards qui se foutent des autres, de leur bien-être, de leur santé et accessoirement, de la planète.

Fumeurs, automobilistes = même combat. On limite la fumée aux espaces ouverts et (sauf exceptions) on limitera la voiture à la campagne et à la nuit, et notre monde sera bien plus agréable à vivre. Celui qui roulera à vélo et qui respectera ses concitoyens ne subira plus leurs nuisances et ne sera plus mis en danger!

Écrit par : Sandro Minimo | 14/02/2009

Sandro Minimo en (très bref) résumé: "je"

:o)

Écrit par : Blondesen | 14/02/2009

Blondesen, T....Teheu! Je tue il(s)? Si c'est prouvé, alors moi aussi avec mes cigares... Clitontoninesque "jai tiré,mais pas avalé"...£;;

Écrit par : Sigmund | 14/02/2009

Teufel, Minimo! C'est limite de la phobie! Sigmund ci-dessus, aurait pu vous le dire au lieu de jouer à Lacan! Que vous n'aimiez pas que ça vous gratte le cou, O.K! Peut-être en sentez-vous l'odeur sur votre uniforme après une courte ou longue visite dans un établissemen PUBLIC enfumé, vous avez la chance d'avoir un odorat développé, etc., etc., je note aussi, vous ne polluez pas avec votre voiture etc. très positif... Aber je m'éloigne du sujet, peut-être aussi vous faites une "fixation", et le côté "phobique", j'écris ça à cause de l'"évitement"que vous décrivez, car le risque est minime (sans jeux de mots)... Pour vous rassurez, je vous écrirais que ce qui nous fais vieilir et nous tue à petit feu oups, pardon! lentement, c'est l'oxygène... son manque également, donc c'est la quadrature du cercle... Peut-être ein solution, serait de exiger plutôt une ventilation correcte des lieux publics, histoire d'amener la pollution extérieure à l'intérieur? Changez de gaz comme je disais quand j'ouvre les fenêtres à ma jasta, je veus mon chaâteau! Teufel et karteufel

Écrit par : redbaron | 14/02/2009

Non, pas MA fumée, je ne fume pas mais il m'arrive de fulminer... contre cette vague de néo-intolérance qui m'échappe, c'est arrivé si vite.....

Écrit par : Vincent | 14/02/2009

"Là encore, c'est celui qui décide de nuire aux autres (l'automobiliste) qui gagne. Lorsque je suis à vélo ou que j'attends le tram, je respire les gaz d'échappement des salopards qui se foutent des autres, de leur bien-être, de leur santé et accessoirement, de la planète".

Dommage de lire des propos aussi extrémistes, ridicules et grossiers. Ils discréditent leur auteur.

Le vélo, en ville passe encore à Genève, ville plate, c'est plus difficile à Lausanne... Par ailleurs, j'invite cordialement Sandro à venir vivre une semaine chez moi qui habite à 1,5 km. du plus proche magasin avec une bonne pente pour s'y rendre. Il est clair que les transports publics régionaux sont pratiquement inexistant ou alors tellement peu performants... De plus je ne suis pas tout jeune et ne peut me déplacer à vélo...

Bon j'arrête là, et souhaite ne plus lire des inepties pareilles même si je préfère et de loin les restos sans fumée pour profiter des bonnes odeurs des plats qu'on me sert. Je n'injurie pas les fumeurs, je leur demande seulement de respecter une votation populaire majoritaire....

Écrit par : Vatkestion | 15/02/2009

"Là encore, c'est celui qui décide de nuire aux autres (l'automobiliste) qui gagne. Lorsque je suis à vélo ou que j'attends le tram, je respire les gaz d'échappement des salopards qui se foutent des autres, de leur bien-être, de leur santé et accessoirement, de la planète".

Dommage de lire des propos aussi extrémistes, ridicules et grossiers. Ils discréditent leur auteur.

Le vélo, en ville passe encore à Genève, ville plate, c'est plus difficile à Lausanne... Par ailleurs, j'invite cordialement Sandro à venir vivre, sans son velo, une semaine chez moi qui habite à 1,5 km. du plus proche magasin avec une bonne pente pour s'y rendre. Il est clair que les transports publics régionaux sont pratiquement inexistants ou alors tellement peu performants qu'ils en deviennent risibles... De plus je ne suis pas tout jeune et ne peut me déplacer à vélo...

Bon j'arrête là, et souhaite ne plus lire des inepties pareilles même si je préfère et de loin les restos sans fumée pour profiter des bonnes odeurs des plats qu'on me sert. Je n'injurie pas les fumeurs, je leur demande seulement de respecter une votation populaire majoritaire....

Écrit par : Vastkestion | 15/02/2009

La fumée passive voilà un concept qui a été bien manipulé par les médias et l'opinion publique avec des expertises et contre-expertises médicales, d'études scientifiques et académiques. La pollution à Genève par exemple ne vient-elle pas du chauffage domestique et industriel en premier lieu puis des véhicules des transports publics et ceux des entreprises privées qui roulent toute la journée sur les routes et qui ne sont pas hybrides ou électriques. Quand au reste de la circulation, c'est anecdotique car à part les pics du matin et du soir, ces véhicules sont immobilisés. En Espagne, les restaurants de moins de 100m2 choisissent leurs affectation (fumeur ou non fumeur) et s'y tiennent, quand à ceux qui sont plus de 100m2, ils peuvent aménager des sections fumeurs et non fumeurs. L'Espagne plus pragmatique que le Canton de Genève, c'est une réalité.

Écrit par : demain | 15/02/2009

Dites-moi, cher(e) Demain c'est assez bizarre de vous lire! Pourquoi?

C'est simple! en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, etc. on avait des restaurants, des tramways et divers espaces publics pour les blancs et d'autres pour les noirs...

Personnellement, lorsque j'étais fumeur, je n'allumais jamais ma clope sans demander aux autres personnes si elles étaient d'accord et surtout, j'attendais que tout le monde aie fini de manger, ce qui ne se fait plus de nos jours... Maintenant, je déteste voir une personne voisine de ma table en allumer une pendant mon repas sans me demander si ça me gène.

Question de politesse et de qualité de vie sans doute.

Écrit par : Vastkestion | 15/02/2009

@Vastkestion: Propos extrémistes? Parce que je me plains de respirer des gaz d'échappement? Parce que je n'en peux plus de voir les gamins de mon quartier empêchés de sortie à la crèche lorsque la pollution est trop forte? Parce que tous les enfants en poussette, les asthmatiques et les personnes âgées subissent de plein fouet les gaz d'échappement des automobilistes?

Si c'est être extrémiste de s'en prendre à cela, alors je suis volontiers un extrémiste.

Quant à votre situation personnelle, si vous habitez en campagne je comprends que vous n'ayez pas le choix (même si je préférerais vous entendre vous battre pour des transports publics plutôt que de vous arc-bouter sur votre auto-dépendance), mais cela ne justifie en AUCUN cas les milliers de voitures qui circulent au centre-ville, endroit où justement il est facile de s'en passer!

Écrit par : Sandro Minimo | 15/02/2009

Cher Sandro
Ce n'est pas tant de vous voir tempêter contre les automobiles qui me gêne, c'est le ton que vous utiliser: "Salopard d'automobiliste" n'a pas sa place ici.

Et la question des automobiles est un autre débat.Vous êtes extrémiste car vous ne faites pas la part des choses en particulier concernant ce sujet: Je ne m'arc-boute pas sur l'auto-dépendance, loin de là, je dis simplement que vivre dans ma région sans voiture est impossible. Un point c'est tout.

Ceci étant dit, je reconnais qu'il faut taper sur le clou des transports publics mais c'est un peu utopique de penser que les CFF et autres transports publics vont améliorer sensiblement les déplacements hors de la ligne Genève-Zurich... en attendant bannissons la fumée des restaurants, ça c'est faisable, et rapidement.

Écrit par : Vastkestion | 15/02/2009

Au lendemain d'une Saint-Valentin au restaurant, enfumé hélas, je ne peux que souscrire aux remarques faites par M.Longet sur le déni de démocratie et le fait de bafouer la volonté populaire. Comme lui, je suis inquiet des réactions qu'un tel mépris envers une écrasante (dans le sens aussi d'écraser les cigarettes !) majorité de nos concitoyens peut engendrer : "à quoi bon voter", "de toute façon ils font toujours ce qu'ils veulent".
Comme Sandro, je me déplace à vélo ou en transport public. Mais je ne me transforme pas pour autant en ayatollah de l'environnement ! Quand on le peut, cela me semble un devoir civique de ne pas ajouter à la pollution ambiante. Toutefois, il me semble totalement contreproductif d'insulter ou de stigmatiser les automobilistes qui risquent de se braquer ... et en tant que cycliste je crains beaucoup les conducteurs qui pourraient me braquer !

Écrit par : marcusporcius | 15/02/2009

>Ce n'est pas tant de vous voir tempêter contre les automobiles qui me gêne,
>c'est le ton que vous utiliser: "Salopard d'automobiliste" n'a pas sa place
>ici.

Certes, je me suis emballé. Mais cet espèce d'idéologie de l'insouciance qui fait que chacun ne se soucie que de son petit confort et de sa petite liberté sans jamais se préoccuper des nuisances qu'il peut provoquer chez les autres, ça me rend tout simplement dingue.

Alors oui, une voiture ça peut parfois être utile (contrairement à une clope qui n'a jamais rendu aucun service à quiconque), mais l'utilisation actuelle de la voiture ("90% des gens sont SEULS dans des véhicules 4X trop grands et se fichent des voies respiratoires de leurs concitoyens, de l'espace qu'ils occupent, etc.)... c'est complètement aberrant.

Quant au déni de démocratie, c'est bien l'un des dommages collatéraux supplémentaires de ces dissidents et autres recoureurs-maladifs au TF : lorsque la moitié de la population s'abstient systématiquement, le meilleur moyen de décourager encore la participation est bien d'intenter ce genre d'actions juridico-légales.

En tout cas, si notre fonctionnement démocratique direct a de nombreux bons côtés (par rapport à la quasi-monarchie francophone à notre ouest), il faut aussi admettre qu'il trouve parfois ses limites.

Écrit par : Sandro Minimo | 15/02/2009

@Vastkestion. La ségrégation comme vous le signalez était d'un autre ordre tout de même, les noirs amériacains et sud-africains n'avaient aucun droit civique. Bien sûr qu'au milieu d'un repas, je n'apprécie guère que quelqu'un craque pour un cigarette, cela gâche le goût mais à la fin d'un repas, c'est appréciable. Les Espagnols qui eux ont fait des choix précis s'y tiennent et cela permet de contenter tout le monde. Cette loi anti-tabac a tout de même des effets collatéraux car à Paris par exemple, l'hiver (comme en toute période) les fumeurs se retrouvent sous les chauffettes au propane et cela peut favoriser des conflits de voisinage.

Écrit par : demain | 15/02/2009

>Bien sûr qu'au milieu d'un repas, je n'apprécie guère que quelqu'un craque
>pour un cigarette, cela gâche le goût mais à la fin d'un repas, c'est
>appréciable.

C'est la démonstration de l'égoïsme fondamental qui fait obstacle à la pacification de nos relations sociales. Les repas n'étant par définition pas synchronisés dans un restaurant, celui qui a fini et qui allume sa clope va directement emmerder son voisin de table qui est encore entrain de manger.

Écrit par : Sandro Minimo | 15/02/2009

Et dire que si les initiants avaient lancé une initiative législative et non constitutionnelle, l'interdiction serait en vigueur depuis près d'une année....

Écrit par : enfaitetendroit | 16/02/2009

"Les repas n'étant par définition pas synchronisés dans un restaurant, celui qui a fini et qui allume sa clope va directement emmerder son voisin de table qui est encore entrain de manger."

Vous devriez essayer d'aller dans des établissements plus huppés, où les tables sont suffisamment éloignées les unes des autres pour que les conversations des uns n'importunent pas les autres, et où les effluves de tabac ne se répandent pas plus que les propos des convives.

Écrit par : Scipion | 16/02/2009

Le responsable de cette cacade bafouant la volonté populaire est le Conseil d'Etat, qui s'en est moquée, et non ceux qui utilisent les voies de droit pour dénoncer les illégalités ou les droits démocratiques ouverts à chacun.

Si le Conseil d'Etat avait correctement fait son travail, une loi interdisant la fumée dans les établissements publics serait ne vigueur depuis longtemps.

Son règlement illégal était un camouflet au peuple.

Son projet de loi, qui a été bâclé, et qu'il a fait passer aux forceps, sans même donner la parole aux milieux concernés, comme c'est le cas pour tout projet de loi, en est la deuxième démonstration.

Nul doute que, appliquant le principe "vite fait, mal fait", le Conseil d'Etat a encore couru le risque que le peuple désavoue cette loi, puisqu'elle sera refusée tant par ceux qui la trouvent trop restrictive que par ceux qui la trouvent trop permissive. En outre, une telle précipitation ne peut donner de toute manière et à nouveau qu'une loi lézardée par les problèmes juridiques, que certains iront faire constater par le Tribunal fédéral.

Écrit par : j.nizard | 16/02/2009

@Sandro
"J'en ai plus qu'assez de devoir sans cesse sélectionner les bistrots/restaurants où je vais..."

Totalement d'accord sur vos position concernant les bâgnoles en général. Mais sur la fumée, c'est très différent.
De toute façon vous devez sélectionner les bistros dans lesquels vous allez, et moi aussi. Tout le monde le fait. Ne serait-ce que pour le prix/standing, le type de nourriture, les boissons, la musique, la déco, etc. Alors pourquoi pas pour la fumée ?

Écrit par : Fufus | 16/02/2009

Sandro et les autres Ayatollahs anti fumée ne cessent de reprocher leur égoïsme aux fumeurs mais de leurs côtés ils ne sont prêts à aucun compromis.
Pourtant, en tant que non fumeur, c’est juste cette atteinte aux libertés individuelles que je combat, loin de moi l’idée de vouloir défendre l’industrie du tabac.
Mais quelque soit l’approche, aujourd’hui, on dirait qu’il y a un besoin de vengeance et donc de faire payer un maximum ces méchants fumeurs qui nous ont empoisonnés depuis des années. C’est peut-être ça qui motive l’intolérance de Sandro et de ses amis. Je ne sais pas, ce qui est certain c’est que leur hargne n’est pas belle à voir….

Écrit par : Vincent | 16/02/2009

@FUFUS - Bien sûr que je sélectionne les bistrots d'une certaine façon. Le problème est :

1- je ne vais pas seul au bistrot/resto (et -oui- j'ai des amis fumeurs), je dois donc parfois "céder" bien plus vite...

2- je sélectionne effectivement les endroits dans mon budget et dans mon "style", si en plus je sélectionne les endroits strictement non-fumeurs, il ne me reste peut-être plus qu'un ou deux bistrots où aller.

3- il y a de nombreux endroits (salles de concert, par exemple) où si l'on veut aller écouter un artiste on n'a tout simplement pas le choix. J'ai renoncé de nombreuses fois à aller écouter des groupes/artistes que j'aime parce que je ne voulais pas me faire enfumer.

4- lorsque je suis avec mon gamin et que je veux me réchauffer dans un bistrot (en attendant un bus, par exemple) j'ai le choix entre enfumer mon gosse et crever de froid dehors, bonnard, non?

5- il est inadmissible que ceux qui nuisent aux autres (les fumeurs, les automobilistes par exemple) n'aient pas de contraintes (ils doivent pouvoir fumer au chaud), alors que ceux qui subissent/respirent leurs nuisances (les cyclistes, les piétons, les non-fumeurs qui sortent boire un verre) perdent à tous les coups.

Pour moi tout ceci est de toute façon un combat dépassé, complètement aberrant.

Aujourd'hui qui se battrait pour fumer dans les trains ou les trams? Qui se battrait pour fumer au cinéma?

Ce qui me rend malade c'est que je sais que lorsque l'interdiction complète sera enfin en vigueur, après 6 mois, tout le monde sera content. Les fumeurs y compris, puisqu'ils fumeront tout simplement moins. La France, pays indiscipliné, souvent raillé de par chez nous? Ils s'y plient sans AUCUN problème.

Écrit par : Sandro Minimo | 17/02/2009

AUCUN problème hormis quelques vagues faillites de bistrotiers et aussi quelques vagues suicides d'autres bistrotiers.
AUCUN problème: de toutes façons, il y en avait trop !

:o)

Écrit par : Blondesen | 17/02/2009

Dur, dur, Leader Sandro Minimo! Votre intolérance à l'égard de tout ce qui ne vous ressemble pas fait froid dans le dos! Heureusement, que fumer reste une activité et n'est pas une identité : on a tous des amis qui oui et qui non et on s'adapte un peu pour le moins que l'on considère l'autre comme une personne et non comme un instrument ... Vous a-t-on fumé dans la figure, exprès, pour que vous preniez les fumeurs en grippe?

Écrit par : Micheline Pace | 17/02/2009

@Sandro : ... "La France, pays indiscipliné, souvent raillé de par chez nous? Ils s'y plient sans AUCUN problème."

Déjà ce n'est pas parce qu'on écrit un mot en majuscule qu'on a forcément raison. Aucun problème pour un non-fumeur, ok. Pour les fumeurs, c'est un changement d'habitude et donc déjà un problème en soit.

Et même si je vous comprends et ai plutôt tendance à être d'accord avec vos cinq arguments, il y a quelque chose qui me chiffonne sérieusement là-dedans.

Que les non-fumeurs, qui représentent bien les 3/4 de la population, veuillent plus de bistros non-fumeurs, qui sont des endroits actuellement rares, c'est légitime. De là à interdire la fumée dans tous les bistros, ça me paraît nettement exagéré.

Çà me fait un peu penser à l'histoire du mec qui dit "oui, ok" tout le temps en pensant "oui, mais.." ou "non", et qui, tout d'un coup, pète un plomb. Et ce n'est pas une histoire drôle. Ça m'est déjà arrivé.

Pour terminer, il me semble que, logiquement, il devrait y avoir la même proportion de bistros fumeurs/non-fumeurs que de (gens) fumeurs/non-fumeurs. Quitte à faire des quotas.

Écrit par : Fufus | 17/02/2009

Sandro est un "salopard de Khmers Verts" Actuellement, au Cambodge, se déroule un procès contre les Khmers Rouges et, bientôt, ce sera le tour des Khmers Verts de rendre des comptes ! Si ce pauvre type habite un quartier où il y a trop de voitures, rien ni personne ne l'empêche de déménager (au propre car pour ce qui est du "figuré" tout le monde sait que c'est déjà fait !) Pour ce qui est des salles de concert, elles sont toutes interdites à la fumée ! Enfin, pour éviter que votre môme prenne froid en attendant le bus, achetez-vous une voiture car elles possèdent toutes le chauffage !

Écrit par : Octave Vairgebel | 17/02/2009

Juste une remarquer à M. Longet, où trouvez-vous votre chiffre de forte participation de 62%? Je trouve 43.6 %.

Pour le reste, je trouve hallucinant que l'on puisse trouver anti-démocratique le fait de lancer un référendum.

D'autre part, dans bien d'autres cantons, il y a eu un contreprojet ce qui n'est pas le cas à Genève. Et lorsqu'il y a eu contreprojet, il a été accepté.
Heureusement, tous ne sont pas aussi totalitaire que M. Minimo...

Écrit par : Pascale | 17/02/2009

Je pense que les Dissidents devraient avoir le courage de leurs positions et réclamer le droit à fumer au cinéma, dans les trains, dans les salles d'attente de médecins, à l'hôpital, etc. Franchement, au nom de quoi est-ce qu'on interdit la fumée dans ces endroits?

Écrit par : Sandro Minimo | 17/02/2009

Mééééééééé non, Sandro Minimo: c'est vous qui devriez avoir le courage de vos positions !
Fumeurs + automobilistes = comme au bon vieux temps des khmers rouges:
"couic!"
On passe au vert !

:o)

Écrit par : Blondesen | 17/02/2009

Bon! chers amis! Le débat tombe dans une espèce de réglement de comptes qui est tout sauf constructif!

Si j'ai bien compris, il est question des restaurants et seulement d'eux?

Alors... on supprime tous les restaurants! On ne garde que les Tea-room pour Mamis non fumeuses (J'espère car si elles sont avec leur gosse, c'est pas bien ça...)

Au fond c'est vrai, on ne peut pas commencer à faire de la ségrégation pour prévoir des lieux pour fumeurs et d'autres pour non-fumeurs: c'est la porte ouverte à tous les abus! Après on aura des resto pur fumeurs catholiques, des restos pour non-fumeurs catholiques des restos pour des fumeurs protestants, des restos pour...etc. et partant du principe qu'il y a des fumeurs et des fumeuses on peut varier le truc à l'infini...

Donc une fois qu'il n'y aura plus de restaurants, si on veut voir ses copains, on les invite chez soi, zone fumeurs ou pas selon la philosophie de l'hôte !

Mais là Sandro, je vous accorde que ça cause un problème: Si vos amis habitent en dehors d'un réseau de transports publics assez performant et permettant de "pedzer" chez vous (Question horaire), vous allez mettre sur la route quelques "salopards d'automobilistes"

J'vous dit: c'est la quadrature du cercle (non fumeur, bien sûr).

Écrit par : Vastkestion | 17/02/2009

Bonjour Pascale,
Vous me posez deux questions précises:
1) D'où j'ai le chiffre de la participation au vote du 24.2.2008? Ce sont tout simplement les résultats tels que vous pouvez les lire sur le site internet de l'Etat de Genève. Vérifiez vous-même si vous ne me croyez pas.
2) Comment on peut oser contester le fait de lancer un référendum? Ce qui est incroyable c'est que des personnes osent dire que la décision du PEUPLE, A LA MAJORITE DE PRES DE 80%, PRISE AVEC 62% DE PARTICIPATION, VOICI UNE ANNEE EST ANTIDEMOCRATIQUE!!! ET QUI UNE ANNEE APRES VEULENT FAIRE REVOTER!
De qui se moque-t-on? Quand on a perdu, on se la coince, du moins un moment, surtout quand c'est dans des proportions pareilles!
Cordialement

René Longet

Écrit par : Longet | 17/02/2009

Bonjour Pascale,
Vous me posez deux questions précises:
1) D'où j'ai le chiffre de la participation au vote du 24.2.2008? Ce sont tout simplement les résultats tels que vous pouvez les lire sur le site internet de l'Etat de Genève. Vérifiez vous-même si vous ne me croyez pas.
2) Comment on peut oser contester le fait de lancer un référendum? Ce qui est incroyable c'est que des personnes osent dire que la décision du PEUPLE, A LA MAJORITE DE PRES DE 80%, PRISE AVEC 62% DE PARTICIPATION, VOICI UNE ANNEE EST ANTIDEMOCRATIQUE!!! ET QUI UNE ANNEE APRES VEULENT FAIRE REVOTER!
De qui se moque-t-on? Quand on a perdu, on se la coince, du moins un moment, surtout quand c'est dans des proportions pareilles!
Cordialement

René Longet

Écrit par : Longet | 17/02/2009

Mais Mr Longet, quand on est un vrai négationniste, on l'est jusqu'au bout!

Quant on nie la dangerosité de la fumée passive, on n'est pas à ça près, la démocratie, le respect de la volonté populaire, le 80% des votants on peut les nier aussi!

Je ne reviens quand même toujours pas qu'il fait effectivement partie de l'argumentaire des référendaires que la fumée passive n'est pas dangereuse. C'est tout simplement fabuleux.

Écrit par : Sandro Minimo | 17/02/2009

Brève réponse à Pascale. Chère Madame ce que je trouve "hallucinant" c'est que des personnes trouvent antidémocratique une décision du peuple prise à 80% de oui voici une année avec (oui, regardez le site de l'Etat) 62% de participation et osent constamment mettre des bâtons dans les roues de cette majorité nette et claire. Quand on a pareillement perdu, on se la coince, du moins un moment!
Cordialement
René LONGET

Écrit par : Longet | 17/02/2009

@ Monsieur Longet,
Désolée pour les chiffres, je suis tombée sur d'autres, mais effectivement c'est 61,6 %

Je ne suis pas d'accord avec vous sur le reste. Je connais beaucoup de personnes ayant voté oui, qui voteront oui au référendum.
On peut souhaiter des restaurants non-fumeurs sans pour autant être totalitaire.
De même que l'on peut approuver un principe et avoir quelques désaccords sur son application.

Je crois également qu'après avoir tellement tapé sur le clou, certains ont même changé d'avis. Parce que c'est devenu une croisade impitoyable anti-fumeurs. Et que le confort et le bien-être des non-fumeurs ne nécessitait pas forcément de telles mesures. Des bistros non-fumeurs, je crois que cela convenait à tous, des locaux séparés ou quelques petits bistrots pour les fumeurs également. Sans nuisances pour les autres. Une histoire de bons sens, pas d'intégrisme.

Il y a également des implications pas forcément immédiatement préhensibles qui sont, à mon humble avis, dégueulasses, (pas joli, mais pas d'autre mot).
La suppression d'un espace commun fumeurs dans un EMS par exemple. D'un côté, la loi stipule qu'on ne peut pas interdire la fumée dans des espaces considérés comme privés (les chambres...) mais l'établissement a le droit d'interdire de fumer dans les chambres pour des raisons de sécurité.
Ce qui revient à dire qu'on va emmerder des personnes en fin de vie en leur interdisant de fumer. Moi je trouve ça inhumain et dégueulasse. Et je ne peux concevoir aucune justification.

Écrit par : Pascale | 18/02/2009

Pascale, Notre Président du PS Longet se soucie peu de ce problème, son crédo c'est de transformer les agents municipaux d'Onex en fouilles-merde car ils font les poubelles pour foutre des amendes aux citoyens qui ne trient pas leurs déchets. Moi, ils sont triés depuis très longtemps, mes déchets sont socialistes !

Écrit par : Octave Vairgebel | 18/02/2009

Que nous chantez-vous là, Octave ?
Dans les poubelles de Vernier, on n'a donc plus le droit de mélanger les ballons de rouge avec les ballons dans lesquels on ne doit en principe pas souffler de la fumée ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 18/02/2009

Mon cher Blondesen, si la fumée qui sort est blanche, c'est que nous avons un nouveau pape, Monseigneur Rielle qui choisira entre le nom de Jean-Fume et, plus courant au PS, Pie-Crate !

Écrit par : Octave Vairgebel | 18/02/2009

Mon cher Octave, j'imagine qu'il s'agira moins de fumée blanche que de vapeurs aptes à faire changer de couleur des granulats associés au ballon.
Du rose tendre au rouge vif, par exemple.
Pie-Crate serait en effet un nom très "porteur".

:o)

Écrit par : Blondesen | 18/02/2009

Ami Blondesen, les gens sont bizarres, d'un côté il y avait Mgr. Lefèvre et les intégristes d'Econe et, à Genève, nous avons Mgr Rielle l'intégriste qui déconne !

Écrit par : Octave Vairgebel | 18/02/2009

C'est stupéfiant le déplacement des techniques de rhétorique des Verts en Suisse. Il y a quelques années, dès qu'un arbre était coupé, c'était le branle-bas de combat médiatique, puis les Verts (et l'ATE) ont poursuivi avec la "recourite" bloquant des projets en Suisse, maintenant le discours officiel, c'est la pollution dûe uniquement aux véhicules à moteur. Mais jamais le Parti écologique ne dit un mot sur la pollution majeure des villes causée par le chauffage, ou prend position sur la pollution visuelle (tags, affichettes, décharge sauvage, détritus, rues salies,etc...) qui pour eux semble être l'attribut des partis de droite. Pourtant toute cette pollution sonore et visuelle est tout aussi pénible que quelques bouffées de cigarette dans un bistrot.

Écrit par : demain | 18/02/2009

Demain, vous avez raison. Ce qui est aussi vrai, c'est que la pollution sonore dans certains restaurants est bien réelle! Alors fumée + musique à un niveau à peine tolérable, bonjour les dégâts!

En fait, il y a là un phénomène de société très significatif: Il y a environ 20 ans, on avait une promotion éducative qui disait: "laissez l'enfant vivre sa vie, laissez-le expérimenter, etc" Et, de plus en plus, on ne parle que "j'ai le droit de..." dans tous les domaines sans dire "J'ai le devoir de...". On en arrive même jusqu'à "j'ai le droit de tuer" cher aux jeux vidéo...

Résultat? Nous avons actuellement une société composée de micro-groupes qui nous harcèlent de leurs pseudo-"droits de..." et ne respectent plus rien: Voir ce qui se passe un peu partout, en particulier dans les restaurants.

Toutes ces personnes ont un comportement hyper-égoïste et, bien sûr, une loi, même votée à une large majorité, leur provoque une urticaire gravissime!

Que ceux qui sont incapables de réfléchir et qui ne respectent pas l'expression d'une majorité aient se gratter ailleurs!

Écrit par : Vastkestion | 19/02/2009

Les commentaires sont fermés.