01/03/2009

Relance verte, l'irresponsabilité fédérale

Frappés par la plus grande crise de ces dernières décennies, les Etats de l’OCDE ont injecté ces six derniers mois dans l’économie défaillante entre 3'000 et 11'000 milliards de CHF (selon les estimations).
En partie en pure perte (sur les 64 milliards reçus de la Confédération l’UBS en a déjà perdu 20), mais aussi dans des secteurs sans véritable avenir, comme l’automobile (le moteur à explosion contribuant puissamment au renforcement de l’effet de serre et à l’épuisement des réserves en pétrole).
Pourtant ces sommes fabuleuses devraient donner le pouvoir de faire le ménage, et de soutenir ce qui a un avenir et fait sens par rapport aux vrais besoins du monde. C’est ce que l’ONU a appelé le Green New Deal : énergies renouvelables, rénovation du parc immobilier, déploiement de la voie ferrée, autonomie alimentaire, réponse aux besoins des plus démunis dans le monde (1,1, milliard d’êtres humains n’ont pas de toit, 1,6 milliard pas d’eau potable et pas d’assainissement digne de ce nom). La voix du bon sens même. Il n’en reste pas moins que pour l’essentiel les milliers de milliards ont été versés dans le gouffre sans fond du développement actuel, dont on sait pourtant qu’il n’est pas durable.
Saisissons l’occasion de la crise pour faire le tri et permettre à nos sociétés, au lieu de préparer la prochaine crise, de prendre les bonnes options et de se redresser véritablement.
L’extrême prudence du Conseil fédéral est ici incompréhensible et pas acceptable. Les crédits pour l’énergie solaire sont épuisés, le parc immobilier est assaini au compte-gouttes, la recherche énergétique démobilisée, où sont les priorités? Ce qui se passe à Berne tient de l’irresponsabilité.

14:53 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook