01/04/2009

Transports publics, illusionnisme libéral

 

Non ce n’était pas un poisson d’avril.

Les libéraux genevois ont choisi les derniers jours de mars pour tenter un coup de bluff dont ils sont passés maîtres. D’un côté on se réclame de la raison avec un grand R, on se prétend proche de l’économie et voudrait qu'il y ait des grands travaux (mais à petit prix s’il vous plaît). De l’autre, dès qu'un chantier dérange, on hurle avec les loups. A Champel on conteste le CEVA, et les libéraux ne sont jamais loin. Sur le tracé du TCOB on exige que les bouchons disparaissent comme par enchantement. "Il n’y a qu’à" reprendre le Pont des Bergues aux piétons et cyclistes, et vive le prochain embouteillage sur ce pont aussi. "Il n’y a qu’à" assurer la libre circulation partout (comment, on se le demande?) et tout ira mieux…

Ce que les libéraux et ceux qui les suivent ne veulent pas comprendre, c’est que mathématiquement on ne peut pas faire passer plus de véhicules au centre-ville que la voirie ne le permet. C’est que la seule solution, à moins de transformer Genève en Los Angeles, pour assurer la mobilité, est de disposer de transports publics, perfomants, prioritaires, à bonne fréquence. On commence à peine, timidement, à aller dans ce sens, à Genève. Ca coûte oui, mais les routes coûtent aussi, mais les transports publics, au moins, nous promettent une solution qui fonctionne. Car la vraie ennemie de la voiture, c’est la voiture elle-même, de par son nombre. Sans priorité aux transports publics sur les grands axes (mais évidemment pas sur les trajets secondaires et périphériques), plus d’accessibilité du tout au centre-ville.

En fait, les libéraux semblent nostalgiques de l’époque où seules les bonnes familles avaient une voiture, et en effet on n’était pas trop gêné par le nombre de véhicules et où on pouvait stationner partout.

Ces temps sont révolus, définitivement, et demander une égalité de traitement entre voiture, tram, vélo et marche à pied est franchement aberrant. Chaque mode de transport doit être utilisé selon ses performances, là où il est le plus adéquat.

Cessons de flatter les réactions irréfléchies ! Il est vrai que pour les libéraux, on dirait que les transports publics sont pour les autres, dès lors en effet on ne peut pas s’y identifier. Ca leur dirait, aux libéraux, de vivre un peu avec leur temps ?

23:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

Commentaires

Les libéraux sont des dinosaures pro-bagnole d'un autre âge. Ils n'ont simplement pas compris qu'au XXIè siècle, la voiture en ville, c'est fini, terminé, et fort heureusement, pour le bien de tous. Y compris des commerçants.

Écrit par : Sandro Minimo | 01/04/2009

OUI...EN AVANT POUR UN VELIB PUBLIC...A LA PARISIENNE.....!!!

Écrit par : MUR | 02/04/2009

Ah ben non, pas à la parisienne, on va faire mieux que Délanoë le social-libéral, on ne le financera pas avec la pub... comme ça le jour où l'on veut se débarrasser des panneaux publicitaires qui polluent visuellement notre ville et incitent à consommer des trucs inutiles (en plus de, bien souvent, dégrader l'image des femmes), on ne pourra pas nous traiter d'anti-écolos!

Écrit par : Sandro Minimo | 02/04/2009

.....des velib comme à Lyon !!

Écrit par : pierre losio | 02/04/2009

Le meilleur moyen de faire sortir du centre ville un certain nombre de véhicules qui n'ont rien à y faire, c'est de construire la traversée, qui oblige à passer par le Pont du Mont Blanc pour aller de la Rive Gauche à la Rive Droite et vice versa. Une traversée avec des transports publics et une piste cyclable.
Pour le reste, des Transport publics il en faut, et d'efficaces en plus. Et des Velib aussi. Mais dire que les TP marchent parfaitement, qu'il n'y a donc jamais de panne, de retard, de cohue et de promiscuité parfois excessive aux heures de pointe, de danger pour les femmes seules (entre autres), de grève ou d'accident, cela ressemble à l'avis de quelqu'un qui ne lit jamais les journaux... Ou ne prend pas très souvent le train aux heures où les gens vont bosser.

Écrit par : Philippe Souaille | 02/04/2009

M. Souaille...pourquoi toujours critiquer les TP....
vous semblez défendre les privilèges de votre caste, par tous les moyens possibles... hors de question de construire une traversée bis de la Rade...on a qu'à virer les bagnoles ( surtout les 4x4 !)et on transfome le pont du Mont-Blanc en voie pour bus, vélos et piétons... le vrai bonheur...plus de bruit, de pollution et de belle ballades au bord de notre lac léman...

Écrit par : MUR | 02/04/2009

Libérale je suis et je prends naturellement les TPG chaque fois qu'ils existent.
Chaque Genevois - libéral ou non - a compris depuis longtemps, comme pour la téléphonie, qu'il n'y a plus de ligne véritablement privée et perso entre son pavillon (auriculaire) et celui de son frère.Il en va de même pour le transport physique.
Quand les TPG ne sont pas encore au point pour un trajet donné, je me débrouille avec des moyens privés et je suis bien contente de pouvoir me les offrir.
Monsieur Longet aurait-il l'amabilité de nous soumettre ici son plan d'aménagement de la région afin que nous en bénéficions tous positivement. Mes activités professionnelles (caissière dans une grande suface)et mes charges de mère de famille m'ont interdit à ce jour d'en déveopper un! Je ne puis donc pas en soumettre. Désolée. Mais j'ai le droit de vote à Genève.

Écrit par : Isabel | 02/04/2009

caissière dans une grande surface et libérale...!!??????????
Vous êtes un anachronisme Madame Isabel...
Vous votez pour ceux-là même qui veulent vous faire bosser jusqu'"au bout de la nuit" ( de Céline..!, ça c'est pour Scipion...)....
Voyons, messieurs, mesdames, n'utilisez pas de pseudos bidon pour passer vos messages politiques... il n'y a pas de caissière libérale, comme il n'y a pas de PDG Communistes, dans notre monde...

Écrit par : MUR | 02/04/2009

Et rappeler que si une grande partie des trajets n'étaient pas effectués en transports publics, il ne serait plus du tout possible de circuler; la "liberté" de prendre la voiture n'existe que parce-que tout le monde ne le fait pas... On peut d'ailleurs se demander quelle est la valeur d'une telle "liberté", dès lors qu'il n'est ni possible ni souhaitable de la généraliser.
Mais en tout cas, si l'on veut préserver la possibilité d'utiliser une voiture quand ça nous chante ou quand c'est nécessaire, il faut favoriser beaucoup plus les transports en commun.
Au passage, faire remarquer que le projet de nouvelle traversée de la Rade existe et est déjà bien avancé, puisque le futur CEVA assumera cette fonction.

Écrit par : Jean Dekkers | 03/04/2009

@ MUR
Vous croyez encore que la gauche (et particulièrement le PS) défend les intérêts des petites gens ?!?! Doux rêveur que vous êtes ! Oui, bien des caissières et des employés travaillant dans le privé votent à droite. Et ils ont raison, car ils connaissent leurs soucis et leurs problèmes. La gauche genevoise est caviardisée, jalousant ses pré-carrés fonctionariaux. A-t-on déjà vu un élu cantonal PS ou AGT vendeur ou manutentionaire ? Certainement bien moins que de grands patrons socialistes (La Poste, CFF...)

Écrit par : Abe | 28/04/2009

Et si on reprenait l'argument "liberté" accaparé par les pro-bagnole, en réclamant le respect de la liberté d'être, vivre, se déplacer en ville, à pieds ou à vélo, sans la mise en danger et les nuisances incroyables et aliénantes que constituent le trafic motorisé privé... La liberté du plus "modeste" à ne pas se voir contraint par les choix du plus "fort". Pourquoi, au nom de quoi se résoudre à ce que notre "qualité de ville" soit en grande partie sacrifiée au bruit, à l'individualisme et au danger ?

Écrit par : Jean Dekkers | 28/04/2009

Ce type de commentaire est honteux et tous les qualificatifs employés ne font que retomber sur son auteur, qui a dressé un excellent portrait de ce qu'il est lui-même et de non respect grave de toute respect règle de base d'un débat en société. C'est à la limite du pénal et cela mériterait une bonne sanction.

Écrit par : Longet René | 05/05/2009

En effet, c'est à la limite du pénal! Quelle classe ces adhérents du MCG (à moins que ce ne soit sont kondukator gominé qui n'ait forcé sur la bibine derrière son PC).

Cela dit : une chose tombe pile poil. Le coup des roses, c'est infiniment vrai. Camarades socialo-libéraux, si vous voulez être un minimum crédible avec vos convictions écolo, faut clairement arrêter avec les roses à toutes les saisons, c'est joli, c'est votre touch' "atout coeur", mais c'est terriblement anti-écolo à plein de points de vue. Qu'elles viennent du Kenya, équitables ou non ou de serres chauffées en Hollande, c'est un truc parfaitement inutile et totalement polluant. Pourquoi ne pas offrir des carottes du pays? Des bottes de radis? Des betteraves? Des origami en papier recyclé?

Enfin je sais pas, trouvez autre chose, quoi, parce que se faire refiler des litres de pétrole dans la rue comme ça, à chaque fois ça me fout mal à l'aise pour tous ceux qui crèvent aujourd'hui sur terre de ne pas pouvoir payer l'essence du tracteur qui sert à les nourrir.

Écrit par : Sandro Minimo | 05/05/2009

A quand des passerelles pietonnes au dessus des grands axes autoroutiers dans Geneve? C est tres agreable de se balader dessus (voir Tokyo), et ca ferait faire un peu de sport, des escaliers pour les genevois
(tjs ca de pris aux medecins), et pour les touristes, de joli point de vue, et respirer un peu d-air.
Bref, a quand , le conseil d etat pensera aux pietons?

Écrit par : mindart | 29/06/2009

Les commentaires sont fermés.