13/09/2009

Sécurité urbaine une préoccupation socialiste

Version:1.0 StartHTML:0000000183 EndHTML:0000005159 StartFragment:0000002613 EndFragment:0000005123 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/Ren%C3%A9/Blog%20TDG.doc

Certains cherchent à faire croire que les socialistes seraient indifférents à la petite criminalité, celle qui agace à juste titre en particulier les gens modestes. Une maman vendeuse mal payée et qui se saigne pour offrir un vélo à son fils, et le voilà volé. Une personne âgée qui se fait détrousser. Un commerçant qui n’en peut plus des détritus devant sa vitrine... cette petite délinquance urbaine nous préoccupe. Elle touche à des valeurs, de respect, de convivialité, et les met en question.

Une ville avenante, propre, sûre, c’est ce que nous ambitionnons en revendiquant une gestion exemplaire des espaces publics, en exigeant des propriétaires immobiliers un bon entretien des immeubles, en montrant l’exemple au niveau de nos collectivités, en luttant contre les encombrants, et en aménageant zones piétonnes et modérations du trafic.

Par rapport à cela, les socialistes revendiquent haut et fort une plus grande présence policière, préventive mais aussi répressive, lorsque des délits sont commis, des condamnations à des travaux d’intérêt général, bien plus utiles et éducatifs que des jours-amende jamais payés. Dans certains cas, la vidéo-surveillance permet d’identifier des délinquants et agit préventivement. Dans tous les cas, les effectifs de la police doivent être renforcés.

Reste que nous devons aussi rappeler que l’équilibre sécurité-liberté est délicat. En Italie, jouer au ballon sur la plage ou manger dans un parc public peut vous coûter plusieurs centaines d’euros... Cela aussi il faut le souligner : sécurité oui mais chape de plomb et nouvelles inégalités non !

10:28 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook