26/03/2010

Sarkozy et l’écologie, un révélateur

Version:1.0 StartHTML:0000000193 EndHTML:0000006334 StartFragment:0000002673 EndFragment:0000006298 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/Sarkozy%20et%20l'%C3%A9cologie.doc

On dit que les hommes (et femmes bien entendu) politiques se révèlent lorsqu’ils traversent des zones de turbulences. Sarkozy défait aux régionales se révèle tel qu’en lui-même et confirme magnifiquement la raison même de sa disgrâce auprès des Français : son absence de colonne vertébrale, son absence de projet et de vision. Un nouveau Chirac en plus agité en somme.

Voici quelques années Sarkozy avait annoncé en grande pompe qu’il était temps de prendre en compte les enjeux du développement durable, face aux ravages du consumérisme et du néolibéralisme. Quelques mesures novatrices, le fameux Grenelle de l’environnement. Puis que sacrifie-t-on au premier revers électoral ? Le développement durable, précisément. On invoque quotidiennement la nécessité « vitale » de ne pas toujours sacrifier le long terme au court terme et on fait exactement ce qu’on dénonce.

Belle leçon de ce qu’il ne faut pas faire en politique. Comment peut-on prétendre défendre une nation, incarner un projet quand on est à ce point fragile, peureux, velléitaire ?

De quoi s’agit-il ? Sarkozy découvre les enjeux écologiques et veut lutter contre les immenses gaspillages énergétiques dus à l’organisation aberrante de la mobilité dans notre société et aux façons négligentes de bâtir. Un remède, simple, préconisé dans d’autres pays, taxer les émissions de gaz carbonique. Un espoir : qu’entreprises et particuliers pour éviter de payer la taxe se donnent les moyens d’émettre moins de CO2 et donc de consommer moins d’énergies qui en émettent. Un problème. Il n’y a pas toujours des substituts. Notamment pour les personnes vivant en habitat dispersé, en région rurale, où tout service de transports publics digne de ce nom a disparu depuis belle lurette (ça existait mais ça n’existe plus), et qui sont souvent celles aux revenus les plus faibles, qui utilisent encore vaille que vaille leurs vieux véhicules ma foi un peu plus polluants que les neufs trop chers pour eux.

Reste que cette taxe était devenue un symbole d’un engagement même impopulaire. Mais il n’a pas survécu au premier avis de tempête. Message clair : en cas de problème c’est l’écologie qu’on sacrifie.

La vraie solution : pourquoi toujours taxer, pourquoi ne pas promouvoir, encourager, inciter, mettre en place du neuf ? L’abandon de la taxe carbone aurait pu être une belle occasion de remplacer une mesure coercitive par un beau bouquet printanier de mesures incitatives. Au lieu de cela c’est l’écologie qui a été abandonnée. Au lieu de changer de méthode on change de sujet et occulte le thème qui fâche. Encore une fois Sarkozy a illustré parfaitement la raison pour laquelle il a tellement déçu.

21:49 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Un socialiste qui promeut les mesures incitatives au lieu des taxes?
Alors là M. Longet je suis soufflé...

Oserai-je vous suggérer d'insuffler cette saine attitude à vos parlementaires Genevois? :-D

Écrit par : Daniel Zaugg | 27/03/2010

Il vient d'enlever le masque .. Fini la taxe carbone, fini le développement des ENR ... Tout pour le nuke.

Écrit par : éole | 27/03/2010

C’est surtout la crise qui a beaucoup déplu et il fallait trouver un bouc émissaire qui ne pouvait être que Sarkozy. Il faut toujours un responsable à toute fatalité.
Imaginez qu’à la place d’une crise on ait eu une période de croissance, Sarkozy aurait été perçu comme un génie. Tout dépend des circonstances.
Je vous rappelle qu’il a supprimé l’impôt sur les successions, mit en place un service minimum pour que les grèves ne soient plus une honte pour le pays, il a fait le bouclier fiscal, c’est anormal de voler plus de 50% du revenu, il s’est attaqué au gouffre de la dette prenant des mesures impopulaires, dangereuses pour le renouvèlement de son mandat et je pourrai continuer ainsi pour toutes les réformes qu’il a fait..
C’est sans doute le seul depuis Pompidou qui a eu le courage de mettre son avenir en jeu pour imposer des réformes indispensables. Tous les autres n’étaient que des rois fainéants. Que ne ferait-on pas comme compromissions pour rester visé au pouvoir. !
Certes signer un pacte avec cet imbécile de N. Hulot comme le dit si bien Claude Allègre n’a pas été ce qu’il a fait de mieux et vouloir imposer cette mesure contre le réchauffement aurait été très mal perçu après l’hiver que l’on vient de subir ! Et la France avec 1% de le population mondiale, la taxe carbone n’aurait servi strictement à rien
D’accord avec vous pour les mesures incitatives.

Écrit par : Hervé | 28/03/2010

Oui il a supprimé l’impôt sur les successions mis en place par la République après la révolution de 1792 !! Ce qui est honteux. De nouveaux quelques familles pourront s'accaparer l'essentiel des richesses de ce pays. Vive la monarchie.

Le bouclier fiscal est une honte aussi ... Quand une personne gagne un million d'euros par mois, cela est totalement anormal. Moi j'en prends 90% ...et il lui reste 100K€ ce qui est encore beaucoup trop.

Écrit par : BZH | 28/03/2010

A BZH

Parce que vous pensez que la majorité des français est counstituée de quelques familles richissimes qui vont s'accaparer de l'essentiel des richesses de la France ou que la plus part des français gagnent 1 million d'euros par mois. Non monsieur la France est constitiée essentiellement et majoritairement d'une classe moyenne ce qui représente environ 90% de la population et ces mesures profitent surtout à la classe moyenne et lorsque nos parents ont trimé toute leur vie pour nous léguer en général un modeste patrimoine et bien moi je trouve qu'il est particulèrement honteux que l'état vole les 3/4 comme cela était avant la loi faite par Sarkozy.
Et voler plus de 50% du revenu est trés démotivant; A quoi bon s'esquinter à travailler comme une brute si tout ce que l'on gagne au
dessus de 50% est volé par l'état autant tout stoper ou fuir ailleurs ou délocaliser. On a vu ce que cela à donné dans les pays communistes où tout était pris pour engraisser la nomenklatura les gens s'arrétaient de travailler et cela a abouti à la faillite de tous les régimes communistes.
Qu'il y ait des gens très riches qu'est ce que cela peut vous faire d'abord ils sont très peu nombreux et c'est toujours une ouverture vers un espoir de faire comme eux, puissant moteur de l'économie

Écrit par : Hervé | 28/03/2010

Les commentaires sont fermés.