28/09/2010

Chômage pour une solidarité romande

Le vote du week-end dernier nous a remis devant une situation que nous avons occultée: il y a un vrai clivage régional en Suisse.

Une minorité latine qui selon le golden boy (in Le Matin) Luscher attend trop de l'Etat (?), certes lui n'en a pas besoin, mais qui en réalité en a marre des inégalités et des injustices. Recevoir moins que ce qu'on a payé, cela a été refusé pour le 2e pilier en mars, et maintenant en Suisse Romande et au Tessin pour l'assurance chômage. Quelle suite à ce clivage linguistique mais aussi social?


Pour moi il n'y a dans l'immédiat que deux solutions.

D'une part que les cantons latins se concertent et défendent leur population face à Berne en exigeant des modulations dans la mise en oeuvre de la loi. Au Parlement qui siège actuellement les député-e-s de ces cantons doivent maintenant imaginer des solutions de différenciation et interpeller le Conseil fédéral sur des propositions de modification de la révision de la LACI en fonction des votes qui ont eu lieu.
Il n'est pas acceptable qu'une culture majoritaire impose à une culture minoritaire mais régionalement unie sa vision du social, du travail, de l'emploi et d'une solidarité entre les diverses composantes d'une société. Bref il doit y avoir place pour différentes vision du lien social.

D'autre part, que les mêmes cantons latins imaginent des solutions de droit cantonal, qui complèteraient et compenseraient les diminutions de prestations de droit fédéral: Certes ce ne sera pas de l'assurance chômage, mais on pourrait appeler cela une nouvelle sorte de prestations complémentaires.

Le vote clair des Romands et Tessinois est un coup de semonce. Il doit entraîner des réponses novatrices de la part des élu-e-s cantonaux et fédéraux et non se limiter à des regrets et à des constats désabusés. C'est dans et par l'action que les Romands et Tessinois défendront leur conception d'une société solidaire. Et feront évoluer notre pays du coup.

23:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.