17/03/2011

toujours pronuclaire la constituante?

Catastrophe nucléaire au Japon, on se réveille de sa torpeur et découvre tout d'un coup que de Hiroshima à Fukushima il n'y a que la première syllabe qui change. En fait c'est bien un accident majeur par décennie, Three Mile Island pour les années 80, Tchernobyl pour les années 90 (on se rappelle que le nuage radioactif n'a pas traversé le Rhin), pas mal de petites pannes depuis... puis cette terrifiante actualité.

Voici quelques mois, placidement, benoîtement, naïvement, la Droite unanime de notre magnifique Assemblée constituante, droite majoritaire de quelques voix, a profité de la torpeur estivale pour remplacer un article clairement antinucléaire de notre constitution, fruit de la mobilisation populaire des années 80 et 90, par un salmigondis qui ne nous dit rien de bien...


Durant des décennies, le dogme pronucléaire de la Droite unanime a traversé toutes les turbulences, toutes les catastrophes. Voici quelques mois encore, toute l'économie, toute la DROITE,  les "maîtres du monde" parlaient de relance du nucléaire, proclamé panacée universelle pour garantir notre prospérité. Alors que depuis toujours le cycle du combustible présente des lacunes, que du matériel nucléaire dit "civil" est détourné pour des fins militaires, que certains pays instables ou agressifs préparent la bombe, le Dogme était proclamé dimanche après dimanche du haut de la chaire à prêcher d'Economiesuisse, de la droite unanime, depuis l'UDC au PDC. La petite centrale suisse de Lucens a fait un crash mémorable en 1969. Black-out. Ca fuit à Three Mile Island. Oublié. Ca casse à Tchernobyl, pas de soucis, nos réacteurs sont sûrs - pas comme les casseroles soviétiques. Ca fuit tout le long du cycle du combustible, des mines du Niger aux transports de combustibles en passant par les sites de retraitement de Sellafield ou de la Hague? Il suffit de regarder ailleurs, de ne pas y penser. La radioactivité tue mais n'a pas d'odeur (comme l'argent d'ailleurs). De toute manière, vous ne voulez pas vous éclairer à la bougie? La radioactivité, c'est mieux n'est-ce pas!


Revenons enfin aux choses sérieuses, retrouvons notre raison. Le nucléaire, c'est quelques % aujourd'hui de l'approvisionnement en énergie du monde. Rien du tout, autrement dit. Mais c'est plus de 600 centrales. Comme pour les accidents d'avion, statistiquement, l'accident majeur doit arriver avec une régularité de chronomètre. Plus il y a de centrales, plus il y a de vraisemblance que cela arrive. Logique. De plus, chaque centrale c'est 10 Milliards de nos francs... Dites-moi de combien l'on peut améliorer notre efficience énergétique pour 10 milliards, combien d'emplois on peut créer pour cela, combien de Mégawatts de courant d'origine éolienne ou solaire on peut produire?
Aucune commune mesure, de plus c'est strictement sans danger.
Certains n'aiment pas les éoliennes, ça dépareille le paysage (un peu comme les moulins à vent aujourd'hui protégés comme patrimoine historique). Préférez-vous le nucléaire alors?

Devant l'évidence, le parti radical suisse demande qu'on sorte du nucléaire. J'applaudis des deux mains. Et le PDC? et l'UDC? Qu'attendent-ils? Les Socialistes sont contre le nucléaire depuis toujours. Merci aux autres formations de nous rejoindre, de rejoindre l'évidence. Et espérons que le revirement radical des radicaux ne soit pas qu'une manoeuvre temporaire destinée à se refaire une santé pour les élections fédérales.

Nucléaire Non

Intelligence humaine Oui

21:52 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

"Intelligence humaine Oui"

Ah bon! Ca existe?

Écrit par : Johann | 18/03/2011

Cher Monsieur,
Ce que vous dites est tellement logique que l'on se demande comment on peut encore se prétendre en faveur de l'énergie nucléaire aujourd'hui.
Félicitations pour votre article.

Écrit par : Muriel Spierer | 18/03/2011

Cher Monsieur,
Ce que vous dites est tellement logique que l'on se demande comment on peut encore se prétendre en faveur de l'énergie nucléaire aujourd'hui.
Félicitations pour votre article.

Écrit par : Muriel Spierer | 18/03/2011

Jadis, soit il y a plus de 30 ans, je passais aux yeux de ceux qui estiment être socialement mes pairs, soient de gens que l'on ne saurait dire qu'il sont de gauche, ou alors pur beluga tendance carla, pour un crétin dès lors que, mouton noir parmi ceux qui estiment être les miens, je m'opposais au nucléaire à fin de production massive d'énergie.

Il y a peu, je déclarais, entre autre dans un commentaire à un post de M. Mabut, d'ores et déjà refuser la nouvelle Constitution pour ce seul motif.

C'est avec tristesse que je constate avoir eu raison. L'inévitable est survenu. Cupidé des acteurs de la filière nucléaire ? Avidité des grands consommateurs d'énergie ? Incapacité de nos acteurs politiques ? Les trois sans doute !

Pour mémoire je rappelle que l'article 160 de l'avant-projet stipule :

Art. 160 Energie nucléaire
1 L’Etat collabore aux efforts tendant à se passer de l’énergie nucléaire.
2 L'installation de centrales nucléaires, de dépôts de déchets radioactifs et
d'usines de retraitement est soumise au référendum obligatoire.

Alors que la Constitution actuelle précise :
Art. 160E
5 Les autorités cantonales s’opposent par tous les moyens juridiques et politiques à leur disposition à l’installation de centrales nucléaires, de dépôts de déchets hautement et moyennement radioactifs et d’usines de retraitement sur le territoire du canton et au voisinage de celui-ci. Pour les installations ne répondant pas à ces conditions de localisation, le préavis du canton est donné par le Grand Conseil sous forme de loi.

Cette disposition a permis a Genève de terrasser l'ogre bernois qui voulait lui imposer une centrale nucléaire à Verbois (ATF 103 Ia 329).

La répartition des compétences constitutionnellement déterminée au niveau fédéral, n'a pas, comme déjà rappelé à M. Mabut, changé, depuis. Cette disposition à donc toute sa place, contrairement à ce que que prétendais un constituant, que je cite en citant Mabut qui le cite :

"L'article actuel est trop complexe, trop détaillé, bref il est de rang législatif et non de rang constitutionnel où l'on ne doit trouver que les grands principes de l'organisation politique qui nous régit."

Franchement, le chenil de l'organisation précise des compétences des pouvoirs communaux est-il plus important que la prohibition du nucléaire ?

Anti-nucléaire : 100 fois sur le métier remet ton ouvrage.

Je profite de la présente pour remercier Chaïm Nissim, qui a du démissionner pour avoir été trop tôt, mais pas trop fort, opposé au nucléaire.

Qui est Chaïm Nissim ? Je ne le connaît pas personnellement et le cite :

"J’ai toujours pensé que ça ne suffisait pas de dénoncer simplement les dangers du nucléaire, et puis de rentrer chez soi après la manifestation et d’allumer la télé. Je pense au contraire qu’il faut agir selon ce qu’on pense. Si le nucléaire est vraiment dangereux, et à plus forte raison alors les surgénérateurs comme Creys- Malville, qui, avec leurs neutrons rapides, peuvent faire explosion, alors il faut vraiment les empêcher de se construire, par tous les moyens non –violents, y compris des moyens illégaux.

J’ai donc développé pendant 10 ans une pratique clandestine, pylônes tombés à l’explosif, roquettes contre le chantier de Creys-Malville etc

Je sais qu’il peut paraître bizarre de considérer les roquettes comme un moyen d’action non-violent. Pourtant, nous avons pris toutes les précautions imaginables pour être bien sûrs qu’aucun ouvrier ne risquait d’être touché, nous avons donc commis un attentat non-violent."

http://nissim.blog.tdg.ch/about.html

Pourquoi le citer lui et pas les autres ? Parce que j'ai fautivement omis de luis serrer la main lorsque je l'ai, il y a quelques années, croisé en bas de la rue de Chantepoulet, alors qu'il avait été acculé à la démission.

Écrit par : CEDH | 18/03/2011

Un séisme de 9 sur l'échelle de Richter ne réussit pas à faire trembler la bêtise humaine.
Saisir les éléments graves que les Japonais ont subi et s'en emparer pour une propagande frise l'indécence.
Oui le tremblement de terre un des plus puissants sur terre a endommagé un de leurs sites nucléaires. Ce n'est pas une catastrophe nucléaire contrairement à ce que nous rabachent les non-nucléaires et les journalistes en mal de senssation, mauvais acteurs de film catastrophique série B.
Pensons plutôt à apporter notre soutien et notre compassion au peuple japonais.
Puis un débat dans la dignité sur le nucléaire peut avoir lieu.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 18/03/2011

Il est vrai que les tremblements de terre de 9 sur l'échelle de Richter, suivis d'un tsunami de 10 mètres sont tout à fait prévisibles chez nous, du moins pour les anti-nucélaires fanatiques. Quant au autres, parmi lesquels il doit y avoir une certain nombre qui préféreraient se passer du nucléaire aussi tôt que possible, une certain sens du respect et de la dignité devraient les empêcher de comparer la situation des malheureux Japonais avec la nôtre.

Écrit par : Mère-Grand | 18/03/2011

Vous vous mettez à user de la peur que vous dénoncez à chaque fois et que reprochez à l'UDC ! ! !

HA ! HA ! HA !

Mêmes méthodes, mêmes combines !

COPIEUR !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/03/2011

@CEDH. Hélas, vous ne semblez pas bien comprendre les enjeux de l'article concernant le nucléaire dans l'avant projet de constitution.

En instaurant le référendum obligatoire, cela revient à donner un feu vert pour l'élaboration de projet. Je vous signale par ailleurs que ce n'est pas l'ours bernois qui voulait d'une centrale à Verbois, mais bien EOS et les SIG (pour ne parler que des opérateurs).

Aujourd'hui, ni EOS, ni les SIG ni le gouvernement ne pourraient étudier un tel projet de centrale. Avec l'article de l'avant projet, si. Avec les propositions issus de la commission 5, non.

Nous avons donc bien un retour du nucléaire à Genève, qui a été préféré aux solutions sorties de commission.

Écrit par : olivier | 18/03/2011

"le nucléaire au Japon, traditionnellement, n'est pas populaire. La première raison, c'est le souvenir vivace des bombardements de Hiroshima et Nagasaki. Et la deuxième raison tient au fait que le Japon est un pays à fort risque sismique, donc pour beaucoup de gens, c'est absurde de construire des centrales nucléaires dans de telles conditions."

et donc? être d'accord avec les Japonais au sujet du nucléaire c'est manquer de décence ?...^^ alors même qu'ils sont les victimes des épiciers du nucléaire civil...AHaHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA...Je rêve....^^ yena qui n'ont pas peur du ridicule quand ils ouvrent la bouche purée!

Écrit par : Houlier | 18/03/2011

Les commentaires sont fermés.