07/06/2011

Sortir du nucléaire, une chance

Deux tiers des Suisses sont pour la sortie cu nucléaire et cette semaine le parlement fédéral va (ce n'est pas toujours le cas...) leur donner raison. Il est très vraisemblable que le Conseil national vote une motion soutenant les décisions du Conseil fédéral.

Pour les grandes pleureuses d'Economiesuisse, ceux qui parlent toujours d'innovation mais se rallient par définition au camp le plus conservateur, c'est une catastrophe, dans quelques années ce sera couvre-feu, retour à la bougie et à la traction animale...

En attendant qu'un nouvel accident, cette fois plus proche de nous (le Japon, c'est loin, et bien sûr ici pas de Tsunami  - il faudrait que le Léman se vide en un jour ou que le barrage de Génissiat se rompe, toutes choses impossibles scienifiquement) nous rappelle qu'en nous rendant dépendants du nucléaire  nous avons accepté de vivre sur un volcan.

En fait cette décision du Conseil fédéral et bientôt du parlement est une vraie libération!


L'histoire du nucléaire dit civil est jalonée de mythes et de malentendus. Tout d'abord, il s'est agi de "racheter" la bombe, le nucléaire est en effet entré dans l'histoire par Hiroshima et Nagasaki. Il fallait à tout prix, tout en multipliant dans les années 50 les essais militaires atmosphériques, trouver une utilité dite pacifique au feu nucléaire tiré des entrailles de la matière. Des milliards de crédits de recherche y ont été injectés. Des exonérations scandaleuses d'assurance ont été accordées par l'Etat, qui signifient tout simplement qu'en cas d'accident majeur c'est la collectivité qui paie (privatisation des bénéfices, socialisation des risques, formule bien connue). Malgré tout ce forcing, le nombre de centrales ne dépasse pas les 500 dans le monde, faisant moins de 3% de l'approvisionnement mondial en énergie, rien du tout - mais au prix de quelque 10 Mia de nos francs par tranche de 1000 MW d'électricité produite de cette façon!


Et aucune solution à l'horizon pour éliminer la radioactivité des déchets radioactifs, les plus gros étant les centrales en fin de vie. Allez regarder à Gundremmingen en Bavière, à Brennilis en Bretagne: on s'y échine depuis des années à "déconstuire" les fossiles du nucléaire. Et n'oublions pas la nôtre de centrale, toute petite  mais déjà redoutable, le prototype de la filière suisse, Lucens, qui a sombré en 1969, 14 MW, rien du tout mais quelle galère pour décontaminer le site, qui, aujourd'hui, abrite le dépôt des biens culturels du canton de Vaud!
Bilan de 60 ans d'acharnement: des montagnes de déchets hautement toxiques dont on ne sait que faire, radioactifs pour des millénaires, des milliards investis, très peu d'énergie produite.

Si on avait investi tout cet effort dans le développement des énergies renouvelables, énergie géothermique, éolienne, solaire, recyclage de la biomasse et j'en passe... et dans un meilleur usage de l'électricité, on n'aurait aujourd'hui pas ces soucis. Les décisions prises par nos autorités fédérales nous permettent enfin d'aller dans cette direction. Quel soulagement! Et que ceux qui craignent la pénurie d'électricité se posent enfin la question du besoin: on peut économiser, utiliser des appareils qui consomment moins, rien que le standby de nos appareils fait 10% de notre consommation!! Et tous ces gadgets qui ne servent à rien, soyons enfin responsables et faisons un tri entre nos vrais besoins et le superflu.  Que la fin programmée du nucléaire soit l'électrochoc qui nous fasse enfin agir avec force et intelligence. Car il n'y a pas que le nucléaire, le pétrole aussi est nocif. Il faut donc réviser complètement notre approvsionnement, passer des 20% de renouvelable au 100%; nous avons quelques décennies devant nous pour y parvenir, élaborons un plan cohérent de sortie de nos dépendances. L'avenir est à ce prix. Toute autre solution est désastreuse. Nous le savons depuis 30 ans, maintenant on ne peut plus tergiverser. Merci à nos autorités fédérales de nous obliger à prendre enfin le virage de la raison, du vrai progrès.

 

 

 

10:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.