14/08/2011

La dette financière et la dette écologique

La crise de l'endettement frappe de nombreux Etats. Hier la Grèce, on pouvait en rire sous cape, stigmatiser de manière réductrice et choquante "le népotisme et le gaspillage propre aux climats chauds"... Aujourd'hui c'est au tour de l'ex-première puissance mondiale, les Etats-Unis d'entrer dans la spirale descendante. Notons que ce n'est pas la première fois, de loin pas, voici quelque temps c'était le surendettement des privés stimulé à tout va par les banques qui avait déjà causé une grave alerte sur l'économie mondiale. La particularité de la crise américaine est qu'elle n'est pas seulement économique mais aussi politique.

Lire la suite

15:27 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/08/2011

Pourquoi de refus de l'Europe?

Le projet européen est de moins en moins populaire. Pas seulement en Suisse mais sur le continent entier.

J'affirme que si l'Europe est malade ce n'est pas en raison de "trop d'Europe" mais de "pas assez d'Europe.

Quelle est l'origine du projet européen?

Pas uniquement de réduire les barrières douanières ("marché commun") mais avant tout de partir d'une prise de conscience de l'unité culturelle du continent européen: histoire commune depuis une lointaine préhistoire, traditions, culture, architecture, urbanisme, usages, organisation politique...

Les différences sont souvent plus grandes au sein d'un même pays (même si la France s'accroche au fantasme jacobin, un Breton et un Lorrain, un Basque ou un Lyonnais ne sont pas encore dissous dans un melting-pot et ne le seront pas) qu'entre pays. Quelle différence fondamentale entre Budapest et Lisbonne, Amsterdam et Venise? Mille ans d'histoire monarchique ont fait que la plupart des pays européens ont passé sans trop s'en apercevoir d'une dynastie d'origine espagnole à une autre d'origine autrichienne... Mille ans de migrations ont mixé un peu partout la population, mélange de couches successives de migrants...

Pourtant c'est sur le sol européen que les peuples ont été amenés à s'entredéchirer le plus: guerres de religion, guerre de 30 ans, guerres napoléoniennes, première guerre mondiale, 2e guerre mondiale, ex-Yougoslavie.

Ceux qui méprisent et  rejettent le projet européen sont-ils prêts à assumer le retour aux nationalismes, au chauvinisme?

Quel est le but de cette auto-destruction d'une volonté d'organiser le continent?

Quelle alternative ont-ils à présenter?

Lire la suite

12:38 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook