29/12/2011

Politique: où a passé le centre?

Durant des générations, la Suisse semblait immuablement arrimée au centre-droit, le navire étant gouverné par les frères ennemis issus du Sonderbund et des conflits religieux du 19e siècle: les radicaux et le PDC. Aux ailes, à gauche le PS, à droite l'UDC.

L'asservissement de la tranquille force d'appoint du parti institutionnel radical qu'avait été l'UDC durant 50 ans à la stratégie de rupture: de l'image de la Suisse, de la paix sociale et du consensus, voulue par le millionnaire Blocher a passablement changé la donne.

Symétriquement, le parti radical a subi une mue semblable, passant d'une force s'identifiant avec l'Etat dans ses diverses dimensions, y compris redistributrice et garante de l'égalité de droits et de chances, à l'affirmation d'une idéologie néo-libérale à la mode, fondée sur la lutte de tous contre tous, et de plus, à armes inégales.

Après 30 ans de ce tourbillon, qu'est-il advenu du centre?

Lire la suite

16:02 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

11/12/2011

Entre TCOB et Escalade: solidarité avec le Tibet

Notre pays peut être fier de deux choses. Il a été un des premiers à oser reconnaître le gouvernement de Mao. Et il a été un des premiers à accueillir les réfugiés tibétains, qui, dix ans après la victoire de Mao, ont dû affronter les rigueurs de l'hiver himalayen qui ne devait alors rien au changement climatique. En prenant mille risques, ils ont suivi leur symbole national, le Dalai Lama, qui comme il le dit dans sa magnifique autobiographie Ma terre en mon peuple, dont je recommande chaleureusement la lecture, a dû déjouer un très vilain complot de l'armée chinoise qui occupait son pays depuis 1951. Tiens ça fait juste 60 ans... Dans ce bel ouvrage, le leader tibétain raconte avec une très grande sincérité les efforts qu'il a déployés, dans la fraîcheur de sa jeunesse, pour dialoguer avec les envahisseurs, prenant au pied de la lettre les discours de libération des peuples des dirigeants chinois, décrit comment il a essayé de cohabiter avec les Chou-En-Lai et autres grands du maoisme, dont  la dialectique retorse ne lui laissait aucune chance; il n'a pas été dupe, mais dont en bouddhiste qu'il est il a fait appel à leur âme humaine, leur être profond. En vain.

Lire la suite

22:49 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook