21/05/2013

Les trams seulement si on fait aussi des routes?

A Genève nous avons déjà les trams parmi les plus lents du monde.

Moi qui suis un usager régulier, notamment de la ligne 15, je peux en témoigner: au moins dix feux rouges qui freinent l'avancée du tram, entre Lancy et la gare.

Comme si on ajoutait 50% d'arrêts en plus. Ce que les TPG refuseraient évidemment de façon décidée, pour ne pas ralentir la progression de leurs véhicules.

C'est qu'on veut absolument le beurre et l'argent du beurre (mais sans la laitière, en l'occurrence notre conseillère d'Etat verte). Politique de gribouille qui ne fait que des perdants.

Voici que ça continue à un niveau plus élevé...


En effet le Conseil d'Etat subordonne la réalisation des nouvelles lignes de tram cruellement nécessaires, les premières à vraiment pouvoir prendre en charge le trafic frontalier en France déjà - en direction de Ferney, St.- Genis. St.-Julien, Annemasse, à la condition que la surface qui serait prise aux voitures par ces lignes  leur serait compensée!

Absurde, car il y a déjà des bandes de roulement pour les bus, alors faut-il compenser après coup ce que le bon sens a permis d'installer voici 40 ans déjà?

Absurde surtout, car cela va aisément doubler les coûts.
Absurde encore, car cela relève d'une conception complètement dépassée où le transport public n'est pas une alternative à la voiture mais son éventuel complément: pour les jours où on n'est pas pressé, où on a dû mettre sa voture au garage et où le taxi est trop cher...

Le tram est ainsi condamné à rester le parent pauvre, on le construit, à 50 millions le km, mais sans trop y croire. Aucune ville qui a réintroduit le tram en Europe et dans le monde ne raisonne ainsi. Ni en Suisse d'ailleurs. Les nouvelles lignes de tram à Zurich par exemple, sont-elles conditionnées à une capacité accrue du réseau routier? Aucunement, le but est justement d'inciter les automobilistes à prendre un moyen attractif car plus efficace, et de permettre donc à réduire le besoin d'élargir les routes. Sauf à Genève, où on fait encore tout pour que la voiture, même engluée dans les bouchons, paraisse plus attractive que les transports publics. Au moins cela ne fera pas de jaloux: aucun moyen de déplacement n'est performant à ce petit jeu, qui s'appelle tout simplement le nivellement par le bas et le gaspillage de deniers publics.

22:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ce qui est absurde, c'est que les socialistes se sont alliés aux verts, donc à Mme Künzler, donc à ses ingénieurs spécialistes de l'immobilité.

Écrit par : Mère-Grand | 22/05/2013

Les commentaires sont fermés.