26/05/2013

Les trois piliers de la Genève internationale

Une récente étude de la Fondation pour Genève et notamment de l'Université de Genève souligne l'importance pour notre canton de sa vocation internationale, et de ses deux piliers que sont les organismes internationaux (Organismes interétatiques, organisations du système des Nations-Unies, missions diplomatiques, ONG internationales) et les entreprises internationales. En tout, l'étude identifie 105'000 emplois! Et de mettre en évidence aussi une certaine désolidarisation, fondée sur la méconaissance mais aussi le creusement des inégalités sur notre territoire, entre ce secteur et le reste de la population.


Des efforts sont en cours, des actions engagées pour rapprocher les diverses populations cohabitant à Genève pour assurer une meilleure appropriation des thématiques débattues et traitées au sein de la Genève internationale, et ainsi de consolider cette vocation internationale qui reste un combat permanent.

On oublie souvent le 3e pilier de cette Genève internationale: ce sont les milliers de citoyennes et de citoyens qui dans la région s'engagent bénévolent pour une cause liée à la recherche d'un monde plus équitable et plus équilibré, que ce soit dans l'aide humanitalre, la défense des droits humains ou la coopération au développement, à travers de très nombreuses associations ou fondations.

Nos élus, conscients de ce que cet engagement multiple apporte à la crédibilité de Genève et au lien vécu avec le monde qui constitue la substance vive de notre vocation internationale, avaient voté en 2001 une loi sur le financement de la solidarité internationale. Cette loi reprenait une recommandation des Nations Unies datant des années 70 et fréquemment réaffirmée depuis, et prévoit d'allouer 0,7% du budget du canton aux actions de solidarité internationale, en particulier en soutenant les engagements citoyens qui s'y inscrivent.

Force est de constater que, alors que nos communes mènent toutes une action de solidarité internationale, car tous les niveaux de l'Etat sont concernés, et que la plupart des villes atteignent ou dépassent le 0,7%, le canton en est resté à ... 0,2!

Cette situation de violation crasse de la loi par le législateur même qui l'a édictée n'est pas acceptable et porte directement tort à la crédibilité de la Genève internationale. Une pétition a été lancée fin avril par la Fédération genevoise de coopération, demandant que durant la prochaine législature, l'on ajoute chaque année un pour-mille à ce 0,2% de sorte à arriver au respect de la loi en 2018. D'ores et déjà, presque 4000 signatures ont été rassemblées. La récolte continue, pour une Genève internationale crédible et cohérente!

21:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Où peut-on la signer ?

Écrit par : Albert Schweizer | 27/05/2013

C'est tout simple:
On peut signer en ligne la pétition sur l'adresse suivante:

http://tinyurl.com/btv86py

Merci pour votre soutien!
René Longet

Écrit par : René Longet | 27/05/2013

Les commentaires sont fermés.