10/02/2014

Honte d'être Suisse après le 9 février?

Pour avoir honte, il faut se sentir responsable. Or le résultat sur l'immigration n'est pas le mien. Ce n'est pas mon choix. Par contre: dur d'être Suisse, ça oui. Dur de voir les angoisses et les frustrations de larges parts de la population prendre ce tour. Paradoxal de constater que sauf au Tessin, moins il y a d'étrangers et de problèmes concrets, plus l'initiative a fait de voix!!
Dur de constater l'emprise croissante de l'idéologie factice et superficielle de l'UDC sur le pays.


UDC qui est la première à refuser tout accompagnement social de l'ouverture des frontières, qui refuse tout renforcement de la législation sociale, des droits des salarié-e-s, toute lutte contre les inégalités.

UDC qui renforce ce libéralisme sans limites qui précisément organise la compétition de tous contre tous à armes inégales, et qui au lieu de se battre pour de meilleures conditions de vie, sème la division entre les Suisses et les étrangers, entre la Suisse et l'étranger - dont nous dépendons à la fois pour nos revenus, nos exportations et nos ressources naturelles.
UDC qui rejette tout ce qui pourrait améliorer la situation sur notre territoire en effet densément peuplé: contrôle des loyers, densification qualitative, aménagement intelligent du territoire, économies d'énergie (pour moins dépendre du pétrole et de l'uranium, deux ressources nécessairement importées), priorité aux transports publics, focalisant la colère des victimes des dysfonctionnements qui en résultent sur les seuls étrangers.

La prise de position du Grand Conseil genevois contre une médiation sociale à l'aéroport proposée par François Longchamp pour lutter contre le dumping social à Gate Gourmet est encore dans toutes les mémoires: augmenter les inégalités pour mieux pouvoir diviser, c'est bien cela la recette de "patriotes" qui en réalité ont oublié jusqu'à la devise nationale: tous pour un, un pour tous!


Cette mixture explosive entre refus de toute régulation et réflexe anti-étrangers n'existe pas qu'en Suisse. Elle se développe partout sur le continent, face à une mise en concurrence déloyale et une absence de volonté des dirigeants des Etats de reprendre la situation en mains. Et il est clair que si l'Europe ne se révèle pas rapidement dans ses raisons d'être essentielles, qui sont politiques et sociales, elle sera rejetée par les peuples mêmes auxquels elle est destinée. L'UDC a obtenu que le peuple suisse la rejette sans même vouloir plus en parler (alors qu'il y a des parallèles évidents entre la structure fédéraliste de notre pays et l'ambition d'une fédération européenne); le refus de toute direction politique donnée à l'Europe fera que les Anglais bientôt risquent de la quitter, ce qui serait sans aucun doute le début de la fin. Et face à une économie mondialisée, une chance historique de créer un contrepoids aura été gâchée.

Qui devient islamiste dans les pays musulmans? Les exclus du développement. Qui devient buté et réactionnaire dans les pays industrialisés? Les perdants de la modernité.

Cette année le continent commémore le centenaire de la première guerre mondiale. Une guerre atroce, sans but, interminable bain de sang, entre gens qui se comprenaient comme le sommet de la "civilisation", d'une civilisation que la colonisation avait pour but d'imposer au monde entier. Une guerre qui paraissait encore invraisemblable en 1910, en 1913 même. Qui a commencé en promenade et qui fut un cauchemar sans fin. En réalité, l'Europe dansait sur un volcan, partout les nationalistes de toutes obédiences se préparaient à assassiner les vieux empires multiculturels et à éradiquer du coup tous ceux qui n'étaient pas de la bonne éthnie. La Shoah a été inventée en 1915, par le génocide des Arméniens.

Certes l'histoire ne se répète jamais à l'identique, mais il y a de quoi se faire du souci sur la capacité des peuples à vivre un destin commun. Aimer son pays est une chose, le placer au-dessus des autres est le début de tous les dangers. C'est le monde qu'il faut organiser, autour de valeurs humanistes et d'équité, c'est cela le défi de notre temps.

20:52 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Quel courage de cracher ainsi sur l'UDC.
Car sans en avoir l'air c'est sur les Suisses que vous crachez. Soit vous leur niez leur capacité de discernement, soit vous les considérez comme des rétrogrades.
Non, ceux qui ont voté dimanche n'ont pas voté UDC. Mais si vous continuez ainsi, ils finiront effectivement par grossir leurs rangs.

Écrit par : Pierre Jenni | 10/02/2014

Si t'as honte d'être suisse, on te retient pas.

Écrit par : norbertmaendly | 10/02/2014

Même pas capable cher Monsieur Maendly de lire la première phrase de mon article... j'y dis justement le contraire de ce que vous affirmez. D'abord tirer, ensuite réfléchir? C'est ça le débat d'idées?
René Longet

Écrit par : René Loget | 11/02/2014

Anonyme c'est mieux, n'est-ce pas "Joseph"? Qu'en savez-vous de ma position sur les réseaux cablés? J'ai présidé durant 12 ans celui de ma commune, j'ai été sollicité par Cablecom actionnaire minoritaire à plusieurs reprises de vendre, j'ai toujours refusé. Au contraire: j'ai installé sur notre réseau dit d'économie mixte une télévision locale, Canal Onex, qui fête dans quelques jours ses 10 ans de succès! Quand les collègues du Grand-Saconnex,de Meyrin ou Carouge ont vendu leurs parts, ça m'a attristé et si on y avait voté je suis sûr que le résultat aurait été le même qu'en Ville de Genève. Mais quelle était au juste la position de l'UDC sur ces ventes???
René Longet

Écrit par : René Longet | 11/02/2014

Excellent texte, je ne peux qu'approuver

Écrit par : Philippe Souaille | 11/02/2014

Ce qui vous ennuie c'est peut-être aussi ce qui commence à apparaitre maintenant que les esprits se calment, c'est le virage écologique qui apparait dans les rangs UDC!
Car pour ceux qui n'ont pas compris le vote de la Suisse centrale c'est facile si on fait un parallèle avec la votation sur la LAT.
Après c'est simple et cohérent!

L'UDC qui est soi-disant le patronat et très branchée économie, quand il s'agit du bien-être de ce pays, et bien les agrairiens savent s'imposer car même M. Blocher a fait une campagne remarquable en faveur de l'initiative, et plutôt que le critiquer en ne lisant que la presse, il aurait fallu aller directement l'entendre.

Écrit par : Corélande | 11/02/2014

Voilà encore un socialiste,au demeurant bien à l'abri de toutes les contingences matérielles,que subissent bon nombre de simples citoyens, qui vient nous tenir en discours moralisateur et pour ne pas dire carrément une leçon pour le petit peuple ignorant qui n'a rien compris...

Ce socialiste nous raconte une fable, sur l'Europe qui serait le rempart contre la mondialisation? Sauf qu'il oublie de dire, que si heureusement les peuples ne s'entretuent pas physiquement, ils sont par contre en guerre économique permanente dans cette "belle" Europe..
Il suffit de regarder l'état désastreux, tant économique que social, de certains pays tels la Grèce, le Portugal, l'Espagne pour ne citer que ceux-la.

Son discours devient pernicieux en rapport au thème de la votation de dimanche 9 Février: Si la Suisse veut contrôler son immigration, car c'est de cela et uniquement de cela qu'il s'agit, alors elle devient en vecteur potentiel de nouvelles tensions et pourquoi pas de nouvelles guerres. Cela est fortement suggéré dans le dernier paragraphe de son billet.
Cela est insupportable et à la limite débile.

Écrit par : Exprof | 11/02/2014

Autant pour moi, désolé Mr Longet.

Écrit par : norbertmaendly | 11/02/2014

COMMENT ENC.... LES CITOYENNES ET CITOYENS SUISSES
Nous remerçions l'UDC pour sa magistrale démonstration

Comment fait t'on ?

Faire voter la priorité de l'emploi aux citoyens suisses au bon suisse.

Puis faire adopter une loi fédérale qui donne la priorité à tous les résidents, dont les étrangers, comme le rappelle Toni Brunner, Président de l'UDC (Suisse).

"En politique intérieure, la Suisse doit rapidement ..(..).. imposer la priorité des travailleurs résidents sur le marché du travail."

http://laicitesansconcession.blog.tdg.ch/archive/2014/02/11/un-cadre-precis-pour-l-application-de-l-article-constitution-252886.html

Nous remerçions les nombreux enc.... citoyens suisses pour s'être prêté à cette démonstration et qui ont accepté, en prime, la retraite à 67 ans.


Pour ceux qui n'auraient pas tout compris
NOUVELLE DEMONSTRATION PREVUE: LA CROATIE
Avec la collaboration de l'UDC

Sous toute réserve, le veil homme étant fatigué de payer, il cherche à faire défection

Écrit par : Comité | 11/02/2014

Monsieur Longet, je vous ai connu plus inspiré dans le passé...

Écrit par : bidouille | 11/02/2014

Le parti socialiste suisse et donc vous mr Longet êtes entièrement reponsables du résultat de cette votation.

Lorsque les recettes fiscales sont d'abord attribuées au renflouement des caisses de pension des fonctionnaires fédéraux (socialistes) avant de financer les infrastructures dont les Suisses ont besoin alors vous portez clairement une part de cette responsabilité, voir ici et ici :

http://www.youtube.com/watch?v=tv6il9CH0II

L'essai "la croissance économique de la Suisse, un drame poltique caché" qui détaille clairement dans plusieurs chapitres la pleine responsabilité du parti socialiste dans la dramatique gestion des effets de la libre-circulation des personnes, ici :


http://www.adimante.ch/

Écrit par : adimante | 11/02/2014

Les commentaires sont fermés.