09/11/2014

Fin de partie pour Obama, début des ennuis pour nous?

Désavoué au-delà du rejet traditionnel, aux Etats-Unis, des présidents en fin de mandat, Obama se retrouve avec une majorité en béton d'adversaires de sa politique.

Passe encore que cette majorité au nom de son idéologie refuse d'investir dans les infrastructures qui en certains lieux tiennent plus de l'image caricaturale du Tiers Monde que d'une ex-grande puissance, que les inégalités croissent, que la vente d'armes reste libre, que le créationnisme continue d'être revendiqué à l'égal de la théorie de l'évolution (tout de même prouvée par toute la géologie et les fossiles qui parsèment le monde)...


Mais là où cela risque très rapidement de nous concerner directement est quand ces mêmes élus, drapés dans leurs certitudes provinciales et leur refus des faits, ressortent la hache de guerre des terribles simplificateurs face à la folie intégriste ou aux provocations mussoliniennes de Poutine. On a vu ce que cela avait donné en Irak. On a besoin d'Etats-Unis décidés, certes, fermes, ancrés sur des principes, mais surtout acteurs informés, sensés, prudents et non taillant à la hache dans des réalités qu'ils ne comprennent pas, que d'aucuns de leurs représentants se refusent à comprendre. A quand le droit des peuples de ne pas être impacté par l'irresponsabilité des autres?

Et là où ça risque aussi de faire très mal est dans le domaine climatique. Les certitudes s'accumulent, les Etats européens se mettent d'accord pour abaisser leurs émissions de gaz à effet de serre. Les glaciers reculent partout dans le monde, les glaces dites éternelles du Pôle Nord fondent et les républicains victorieux aux Etats-Unis endossent officiellement le climatoscepticisme: ne rien savoir, ne rien voir, ne rien entendre. Droit dans le mur, l'ennui est seulement qu'ils nous prennent avec. Quand un pays qui a fondé son avenir, son destin sur la science et la technologie refuse tout d'un coup ces mêmes approches scientifiques et technologiques et décide de nier tout simplement l'existence d'un défi planétaire, cela a un nom: l'aveuglement, et l'aveuglement conduit droit à la décadence. Car la réalité finit toujours par s'imposer - malheureusement au prix fort!

10:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Aveuglement auquel vous participez en diabolisant la Russie qui est victime d'une stratégie d'encerclement et de déstabilisation et lorsque votre parti appelle à voter non à Ecopop.

Écrit par : Johann | 09/11/2014

Les commentaires sont fermés.