19/05/2015

La proportionnelle pour l'élection des exécutifs? Une fausse bonne idée

Certains des (mauvais) perdants des dernières élections municipales ruminent un changement des règles du jeu. Leur argument: les alliances soi-disant contre-nature les exclueraient automatiquement des exécutifs. Cet argument ne résiste pas une seconde à l'examen: la décision appartient exclusivement aux électrices et électeurs et sont élu-e-s les candidat-e-s qui ont réuni le plus grand nombre de voix. Les partis proposent, les électeurs suivent ou ne suivent pas, les candidat-e-s convainquent ou ne convainquent pas.


Par contre l'instauration de la proportionnelle pour les exécutifs communaux aurait des effets manipulatoires évidents. La proportionnelle privilégie la liste de parti,la majoritaire privilégie la personne, par-delà des listes de parti.

A la proportionnelle, les sièges sont répartis entre les listes, soit entre les partis en compétition. Ainsi, les parlements communaux, cantonaux et national sont élus à la proportionnelle, selon la force des partis. Et pour le conseil national, ce ne sont pas les 11 premiers candidat-e-s en voix qui sont élu-e-s, mais les premiers de chaque liste de parti, chaque parti obtenant à partir du moment où il dépasse un onzième des voix au moins un siège. L'élu-e du parti qui obtient un siège obtient sa place avec bien moins de voix que l'élu-e du parti qui obtient trois sièges. C'est bien le but, et la grande différence avec le système majoritaire, où la majorité absolue ou relative des voix est la seule règle, les listes n'étant pas pertinentes pour le décompte et l'attribution des sièges-

Pour l'élection des parlements, la représentation proportionnelle est le bon système, et permet, sous réserve d'atteindre le quorum fixé, à l'ensemble de l'éventail politique d'être représenté. Et il y a suffisamment de sièges à pourvoir pour que cela joue: 11 conseillers nationaux genevois, 80 conseillers municipaux en Ville de Genève, 100 députés au Grand Conseil.

Par contre, plus le corps à élire est restreint, plus la proportionnelle lie les mains à l'électeur. La proportionnelle pour l'élection des exécutifs communaux donnerait pratiquement automatiquement, dans les communes suburbaines en tous cas, si les camps politiques sont de force relativement proche, un droit à chaque camp à être représenté: un-e PLR-PDC, un-e MCG-UDC, un-e Vert-PS. Plus de surprise, plus de danger, les états-majors gardent la haute-main car le système ferait que les résultats seraient quasi automatiquement ceux-ci. Le seul choix qu'auraient les électrices et électeurs serait le choix du premier ou de la première de liste de chacune de ces formations...

Alors quand on y regarde de plus près, ce serait là une très mauvaise idée, que de lier ainsi les mains aux électrices et électeurs... Gardons le système électoral tel qu'il est: priorité au suffrage de liste pour les parlements, priorité aux personnes pour les exécutifs et le Conseil aux Etats: les 2, 3 ou 5 premiers sont élus, c'est simple, clair et direct!

14:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

cher René,
gardons le système actuel, MAIS à la mode zurichoise, une liste comprenant tous les candidats sur une même et unique feuille et laissons, la population faire son choix...
chiche ?

Écrit par : Cerutti Thierry | 19/05/2015

Les commentaires sont fermés.