30/03/2016

L'Est fâché avec la démocratie?

Voici moins de trente ans, les régimes néo-staliniens de l'Est s'effondraient. Et, un peu comme bien plus récemment pour le printemps arabe, l'Occident de fêter naïvement le retour du fils prodigue dans le giron de la démocratie et des Droits humains. Il a suffi de quelques décennies de népotisme et de kleptocratie pour voir les populations applaudir, en Russie, en Biélorussie, en Hongrie, en Pologne, de gré ou de force, des dirigeants (et dirigeantes!) qui savent flatter le peuple, exalter le nationalisme le plus excessif et régner par la force.


Plus au Sud, la Turquie emboîte le pas à marches forcées. Des journalistes sont actuellement devant le juge, et menacés de prison à vie pour avoir osé critiquer le président. Pour les droits élémentaires du peuple kurde, on est revenu au point zéro ou presque. L'Etat de droit n'est plus qu'une fiction, l'arbitraire du nouveau sultan est omniprésent. Profitant de sa situation géostratégique, entre l'Etat islamique à sa frontière sud, et les migrants qui veulent passer coûte que coûte en Europe à sa frontière nord, le régime consolide ses positions. Plus loin, vers l'Est, un faible espoir en Iran, quant à la Chine, rien à signaler ...

Dans ce tableau peu réjouissant qui évoque un peu les années 30, ou les années 60 et 70 en Amérique Latine et dans le Sud de l'Europe (Espagne de Franco, Portugal de Salazar et Grèce des colonels), l'extrême-droite européenne s'agite en véritable 5e colonne des Putine et Erdogan. Ses leaders, des femmes d'ailleurs souvent, notamment en Allemagne et en France - au grand désespoir des hommes et femmes féministes -  ne cessent de prôner les "hommes forts" et à vilipender la démocratie. Encore une réminiscence peu rassurante d'un passé pas si ancien qui nous a mené à un désastre, la 2e guerre mondiale, l'holocauste, l'Europe et une bonne partie de l'Asie à feu et à sang.

Mais n'oublions jamais ce qui fait le lit de cette extrême-droite: la montée des inégalités et du chômage, le grippage de l'ascenseur social; en attisant les ressentiments et en exaltant un nationalisme agressif, cette tendance politique par nature anti-libertés et anti-démocratie fidélise les exclus d'une économie de plus en plus aveugle aux besoins humains et les victimes de la dérégulation. Cela aussi est une leçon cuisante de l'histoire: les difficultés économiques et sociales rendent recevable pour beaucoup le discours que la démocratie serait un luxe et les libertés utiles uniquement aux nantis. On ne peut pas séparer les libertés publiques de l'égalité de chances et de droits; celle-ci devenue promesse floue et non plus réalité vécue, tout est possible. Y compris l'élection de Trump aux Etats-Unis, copie clownesque des Putine et Erdogan.

Et rappelons-nous aussi que la dérive commence par l'exclusion, au début imperceptible, des minorités, par définition un peu isolées, pour se terminer par l'exclusion de la majorité - la fin de la démocratie. En 1933 les Allemands ont voté d'une façon qui a permis à Hitler de prendre le pouvoir. Ce sera leur dernier vote avant 1949, et ils se retrouvèrent dans un pays dévasté et détruit, après avoir dévasté et détruit tout ce qui l'entourait.

07:51 | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook

Commentaires

Et si la montée des extrêmes était due à la lâcheté des des démocraties...

Écrit par : norbert maendly | 30/03/2016

Un survole couronné d'un résumé très réaliste, mais je lis entre les lignes, mais alors que dire des écologistes, auraient-ils gagnés en espérant voir une destruction salvatrice de la machine industrielle polluante ?

Nous voyons de ce point de vue que la roue sempiternelle du temps reste glaciale face aux déambulations humaines et que le pire ennemi de l'homme restera l'homme encore longtemps et malgré les dites "évolutions" !

Ou alors, l'explosion d'une centrale nucléaire sauvera les ambitions politiques des plus optimistes ?

Écrit par : Bocard | 31/03/2016

@M. Longet,

Vous citez le système ou le Régime M. Erdogan qui emboîte le pas à marches forcées.

M. Erdogan ligote les médias particulièrement El Zamman, journal et agence de presse, un des plus grands médias d opposition et qui a été confisqué par de nouveaux administrateurs d Etat (fonctionnaires). Il a commis plusieurs génocides contre les kurdes comme il l a fait depuis 5 ans contre la Syrie. Il a fait soigner des Djihadistes de Daech et d Al Qayda/Al Nosra qui fait du "bon boulot en Syrie" selon M. Fabius, dans l EST de la Turquie "grâce à sa fille ""

Et il est enfin le chouchou de l Europe. Même ce qui est sus cité comme actes odieux et nauséabonds, ceci n offusque nullement cette Europe non plus! Et Cerise sur le gâteau , il admire le Régime Hitler ( comme M. Fabius qui admire lui aussi Al Qayda/Al Nosra depuis 2012 et sans vergogne à ce jour ..Il n y a pas de jaloux...)
----------------------
Turquie : Erdogan cite l'Allemagne nazie d'Hitler comme exemple de régime présidentiel
Le président turc, favorable à l'extension de ses prérogatives, a cité l'Allemagne nazie comme un exemple de régime présidentiel efficace.
Recep Tayyip Erdogan, prononce un discours à Ankara (Turquie), le 3 décembre 2015. (REUTERS)
Francetv info avec AFP
Mis à jour le 01/01/2016 | 20:21, publié le 01/01/2016 | 18:14

Le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, a évoqué l'Allemagne nazie d'Adolf Hitler pour défendre le système présidentiel fort qu'il veut instaurer en Turquie. "Dans un système unitaire [comme la Turquie] un système présidentiel peut parfaitement exister. Il y a actuellement des exemples dans le monde et aussi des exemples dans l'histoire. Vous en verrez l'exemple dans l'Allemagne d'Hitler", a-t-il dit à des journalistes jeudi 31 décembre, de retour d'une visite de travail en Arabie Saoudite, cité par les journaux.

Lien:
http://www.francetvinfo.fr/monde/turquie/turquie-erdogan-cite-l-allemagne-nazie-d-hitler-comme-exemple-de-regime-presidentiel_1248281.html
----------------------------

Pauvre Europe, elle tend son cou non pas à un serpent mais à un Boa Constrictor...Ce phénomène, ne s appelle t il pas :Le DECLIN IRREVERSIBLE??

Il vaut mieux plutôt un peu plus à l EST, n en déplaise à qui que ce soit ...comprendra qui pourra...

Écrit par : Jean Luc | 31/03/2016

M. Longet, Pourquoi appellez-vous Neo-Staliniens ce qui est simplement des républiques socialistes de l'Est ? Est-ce que le mot "socialiste" vous ennuie ? Pour mémoire, je vous rappelle que votre ancien président Hubacher passait toutes ses vacances chez son grand ami Honecker, dictateur de la RDA et constructeur du Mur de Berlin afin d'éviter que les citoyens de cette république quittent le paradis socialiste pour se rendre à l'ouest. Que le secrétaire J.-P. Mettral soutenait, avec ses messages, le conducator Ceaucescu, le dernier message 15 jours avant l'exécution de ce salopard et sa femme, que le PS a soutenu et justifié l'invasion de la Hongrie par l'armée rouge en 1954(le PS est le seul parti genevois à ne pas avoir participé à la manif populaire).

Écrit par : Gedeon Teusmany | 01/04/2016

vous manque la Chine. du coup, mettez la population entière de ce monde dans ce même sac à profits de toutes extrêmes-droites

car tous doivent y passer, à se trouver 1 boulot, de quoi vivre aux standards: à moins de renvoyer 50% de la population travailler gratos à la maison

non, vous n'avez pas zappé le paragraphe sur la démographie en croissance exponentielle confrontée à +40% de suppressions d'emplois?

Écrit par : divergente | 01/04/2016

Quelques commentaires aux commentaires: Pour "Bocard" tout d'abord. Pour les écologistes il ne s'agit justement pas de détruire la machine industrielle polluante mais de la rendre beaucoup moins consommatrice de ressources et moins nocive, on a déjà fait des progrès sur ce chemin: réduction des substances agressant la couche d'ozone, interdiction de divers polluants, accord de Paris sur le climat. Mais il reste bien à faire. Ce n'est pas un problème technique en tous cas, mais de lobbying, d'intérêts économiques à court terme, de perceptions, de manque de cohérence des consommateurs aussi. Pour M. Teusmany, ensuite. N'amalgamez pas les sociaux-démocrates européens qui se sont très clairement dès 1917 définis contre la "dictature du prolétariat" et les orientations des communistes qui faisaient corps autour de l'Union soviétique puis de la Chine maoïste; cette controverse, parfois très dure, et qui au début des années 30 a empêché la gauche allemande de s'unir face à Hitler par exemple, a existé jusque dans les années 1980. On pourra toujours trouver des exceptions et leurs raisons d'être mais il y a une différence radicale entre socialisme au sens occidental et régimes de l'Est qui ont été imposés en Russie par la violence et dans les Etats adjacents par l'Armée rouge. Enfin, pour "Divergente", qui exécutez de vastes sujets en quelques lignes, et qui me reprochez de faire l'impasse sur la Chine, justement pas!

Écrit par : René Longet | 02/04/2016

Monsieur Longet, vous déclarez :

"Pour les écologistes il ne s'agit justement pas de détruire la machine industrielle polluante mais de la rendre beaucoup moins consommatrice de ressources et moins nocive"

Comme faire voter des subsides permettant de subventionner des panneaux photovoltaïque fabriqués à 95% en Chine ou dont les composants silicium viennent à 100% de Chine qui, elle produit ces composants avec des centrales électriques fonctionnant au charbon et provoquant la mort de millions de chinois qui "crèvent" (excusez le terme, mais je ne vois pas d'autre) comme des mouches à cause des particules polluant l'air des villes avoisinant ces usines bienfaitrices de l'écologie subventionnée helvétique ?

En plus des panneaux photovoltaïques qui nécessitent 2 à 3 fois plus d'énergie pour les produire que ce qu'ils produiront eux même en électricité !

Je ne dis pas que l'intention était mauvaise à la base, mais ça fait bien longtemps que tout le monde connait la faillite de cette opération largement menée par les écologistes suisses depuis plus de 30 ans.

Si vous voulez, je peux également vous expliquer les méfaits encore plus inquiétants provoqués par les éoliennes et dont, cette fois personne ne parle ?

Écrit par : Boccard | 02/04/2016

M. Longet, vous prétendez vous distancer des républiques socialistes de l'Est et, pourtant, elle étaient, comme vous, membres à part entière de l'Internationale Socialiste donc les accords entres elles et vous sont absolument logiques ! Il est aussi vrai que le PS n'est pas un parti démocratique, on l'a vu lors de l'élection démocratique de Francis Matthey au CF, siège que le PS lui a interdit d'accepter, suite à son imposibilité de sièger, vous avez proposer, non pas 3 candidats comme l'UDC cette année, mais une seule candidate, Ruth Dreifuss, qui nous a mis tous dans des difficultés à cause de sa LaMal !!

Écrit par : Gedeon Teusmany | 02/04/2016

Je ne souhaite pas prolonger inutilement les débats mais les deux dernières contributions de M. Boccard et de M. Teusmany ne peuvent pas rester sans réponse. Pour M. Boccard: il n'existe pas d'énergie qui soit sans nuisances mais il faut les classer en fonction de leur degré de dangerosité. Le nucléaire crée des problèmes très difficiles à résoudre en faisant appel à la radioactivité qui exige un confinement strict durant des temps très longs et dont la diffusion contient un potentiel de dangerosité très important. Les énergies fossiles dérèglent le climat mondial. Ce que vous dites du solaire est faux. Le temps de retour de l'énergie investie pour fabriquer les panneaux solaires (énergie grise, à durée de vie de plusieurs décennies, est au maximum de deux ans. Si les Chinois ont en effet pris le dessus dans leur fabrication, c'est aussi dû à notre lenteur à promouvoir le solaire chez nous, de nombreux ateliers et entreprises ont fermé en Europe car on n'a pas assez favorisé cette forme de production. Quant aux éoliennes, leurs nuisances sont largement exagérées. Avant de colporter les affirmations négatives, allez dans les régions où elles sont installées en masse (en France notamment) et interrogez spécialistes et habitants. Quant à M. Teusmany, si l'internationale socialiste a en effet souvent pêché par le choix de ses partis adhérents dans des pays du Sud, aucun parti communiste n'en a fait partie. Enfin, le caractère démocratique d'un parti ne se caractérise pas par le nombre de candidats qu'il propose à une élection (ça peut parfaitement être un simulacre de choix) mais par son attitude générale dans le débat public, le contenu de ses positions, ses valeurs, la qualité aussi de ses représentants, sa capacité à mener un dialogue constructif (quand la nature du débat lui en laisse le loisir). Et je ne vois pas ce que vous pouvez reprocher aux socialistes en matière d'assurance maladie: proposer des primes en fonction des revenus des assurés et agir sur les coûts de la santé notamment en promouvant la prévention, qu'y a-t-il de faux à cela?

Écrit par : René Longet | 03/04/2016

Monsieur Longet, à mon humble avis, les premières mesures urgentes que les états doivent prendre commencent par faire des économies d'énergies !

Quand à vos affirmations concernant ces histoires à dormir debout faisant croire aux néophytes que les installations photovoltaïques sont amorties en 2 ans, c'est un énorme mensonge et c'est la raison pour laquelle vous dites : "Je ne souhaite pas prolonger inutilement les débats", c'est ce que font tous les politiques après avoir mentis, ne faites pas comme eux, votre cause mérite mieux !

Écrit par : Boccard | 03/04/2016

M. Boccard. Vous sortez la grosse artillerie, parlez d'énorme mensonge à propos d'une forme d'énergie qui est une des planches de salut de l'humanité, avec - là nous sommes tout à fait d'accord - les économies d'énergie. Nous dépendons actuellement à 80% d'énergies non renouvelables, et avons encore beaucoup à faire pour économiser l'énergie, en matière de mobilité (un tiers de la facture pétrolière) et de chauffage des bâtiments (40%) en particulier. Les habitudes sont difficiles à changer, j'espère que vous êtes de la partie pour changer les choses aussi à votre niveau de citoyen et de consommateur. Pour revenir sur le solaire, quels chiffres avez-vous sur le temps de retour énergétique, et quelles sources? Ce qui doit nous intéresser est de connaître et de faire connaître les situations dans leur réalité, seule façon pour pouvoir progresser. Donc si vous avez de quoi étayer techniquement votre affirmation, nous sommes tous intéressés.

Écrit par : René Longet | 04/04/2016

M. Longet, ce que je reproche au PS c'est d'avoir menti au peuple en promettant aucune augmentation de primes et une baisse pour certains ! C'est la promesse, si nous acceptions son projet, de Ruth Dreifuss lors de la votation sur la LaMal à la TSR ! Pour ce qui concerne l'Internationale Socialiste, la liste, édifiante, de ses membres vous donne tord sauf si vous considérez les républiques socialistes de l'Est pour des états communistes, ce qu'ils n'ont jamais reconnu. Concernant Matthey, je préfère les infos de ses proches que les élucubrations abacadabrantesques d'un apparachik socialo.

Écrit par : Gedeon Teusmany | 04/04/2016

Monsieur Longet, je vis en Israël et la totalité de mes ressources en chaleur (eau et éventuellement petit radiateur d’à-point 15 soirées par an) est branché sur mes capteurs thermiques solaires et cela plus de 70 ans qu'Israël chauffe 99% de son parc immobilier avec des capteurs thermiques solaires, les miens ont plus de 25 ans et fonctionnent comme du neuf (un coup brosse 2 fois par an au max).

Par contre, pour le photovoltaïque, il faut du silicium purifié à 99,999%, ce qui équivaut à d'énormes dépenses d'énergie pour obtenir ce taux de pureté.

Les pains de silicium sont purifiés en deux principales étapes, cela s'opère par électromagnétisme de très haute puissance, les éléments produisant les champs magnétiques vu leur puissante dégagent également des hautes températures, ce qui fait des éléments électromagnétiques-chauffants. Ensuite, entre les deux étapes, il y a un processus de fusion thermique simple, afin de doper le silicium avec des différents minéraux rares et de l'arsenic, cette étape nécessite également de grandes quantité d'énergie, et la deuxième étape de raffinage avec silicium dopé prend encore des heures avec (+ ou-) le même procédé que lors de la première étape.

Pour produire un pain de silicium de 12 kilos de silicium qualité photovoltaïque, il faut environ 30 heures de travail de purification avec des dispositifs consommant environ 0,8 mégawatts par pain de 12 kg.

Ensuite les pains sont découpés afin d'obtenir des "Wafer" (galettes) de 0,5 mm d'épaisseur, cependant, la coupure de chaque wafer de silicium est 0,8 mm, c'est à dire que chaque wafer nécessite 1,3 mm d'épaisseur, il faut également procéder à la découpe des contours, ce qui occasions à son tour, 10 à 15% de la matière purifiée. Il est possible de produire des wafer 2 fois moins épais, mais leur fragilité occasionne deux fois plus de déchets, très fragile et très brisant, tandis que la coupe ne diminue pas.

Donc il faut environ 0,7 pain de silicium pour produire un panneaux photovoltaïque produisant dans le meilleur des cas 90 watt/h, soit pendant 3 heures par jour lorsque le zénith est perpendiculaire au panneau.

Ensuite les panneaux sont recouvert avec du verre VSG (feuilleté et antireflets), ces verres sont également très gourmand en énergie.

Des isolations, également produite avec du verre, (laine de verre), plusieurs couches intermédiaires un peu partout.

Cadre en aluminium, également peu avar en énergie.

Transport etc...

Maintenant, si vous branchez votre installation à un système réseau avec ondulateur, vous perdez entre 15 et 20% d'énergie (lorsque le système fonctionne en plein rendement).

Maintenant, cher Monsieur Longet, faites l'addition en watts consommés à la fabrication et calculez sur une durée de 15 ans d'utilisation la quantité produite par un de ces panneaux.

Et prenez en compte que 99% des cellules sont fabriquées en Chine alimentées avec des centrales électriques fonctionnant au charbon !

Ensuite nous feront ensemble le bilan carbone du solaire subventionner par la confédération depuis 30 ans !

Bien à vous

Écrit par : Boccard | 04/04/2016

Et bien ?

Le débat dérange à ce point que vous ne répondez rien, c'est comme ça que les écolos cherchent des solutions ?

Écrit par : Corto | 06/04/2016

"Et rappelons-nous aussi que la dérive commence par l'exclusion, au début imperceptible, des minorités, par définition un peu isolées"

De quelle minorité parlez-vous ?

De minorité qui assassine ceux-là même qui les accueillent, cela sans réelle raison ??

Vous insinueriez que les minorités des années 30-40 posaient des bombes et menaçaient de convertir de force l'ensemble de la population européenne.

Monsieur Longet, premièrement, comparaison n'est pas raison ensuite il me semble que vous inversiez un peu tout, comme le soulève d'ailleurs les commentaires précédents concernant l'énergie "propre" qui tue des millions de chinois.

Il est grandement nécessaire qu'un réveil des consciences remette l'église au milieu de village et personne ne pourra plus dans le futur : "on ne savait pas" !!

Écrit par : Corto | 06/04/2016

Ce qui est impressionnant, c'est cette faculté de tout inverser !!!

Écrit par : Corto | 06/04/2016

Je serais curieux de savoir si tous les membres du parti des Verts paient une surtaxe personnelle pour compensation carbone, de manière volontaire, chaque fois qu'ils prennent l'avion. Et j'avais une question pour Boccard, qui a l'air de connaître son sujet bien plus que moi. N'aurait-il pas été nettement plus utile d'investir les sommes folles consacré à l'éolien ou, au photovoltaïque, plus que polluant (vous l'avez brillament démontré) à la recherche pour la maitrise de la fusion nucléaire et le projet ITER sur le site de Cadarache ? http://www.letemps.ch/sciences/2015/09/22/epfl-suisse-acteurs-cles-recherche-fusion-nucleaire

Écrit par : Laurent Lefrot | 06/04/2016

Laurent, le projet ITER un simple prototype qui ne servira jamais à la production d'énergie électrique ou autre.

D'autre part, il s'agit d'une prototype surdimensionné et très compliqué dans sa conception. Autre problème concernant ITER, c'est un partenariat international qui oppose de nombreux intérêts divergeant, en deux mots, un fiasco annoncé !

Il y a d'autres projet sur la fusion continue et sans doute qu'un jour, cela aboutira sur une application exploitable, mais rien en vue avant 2040-2050 (si tout ce passe bien), donc, ne comptons pas trop sur la fusion contrôlée.

Il se trouve que je suis très bien renseigné sur les projets de fusion continue, mais mes explications ne seraient pas très optimistes, même à long terme.

Ce qui par contre est sidérant, c'est la volonté des politiques et de leurs initiateurs dans cette fuite dans le photovoltaïque alors que le solaire pourrait permettre des économies substantielles avec ses applications thermiques, complètement au point mort depuis 20 ans. Comme je l'ai dit plus haut, je vis en Israël, pays qui depuis plus 70 ans utilise le thermique solaire pour 99% de son utilisation en chauffage, certes Israël n'est la Suisse, cependant la rentabilité du thermique solaire avoisine les 90% avec des coûts très faibles pour des installations qui durent des décennies sans beaucoup d'entretien et que si certains pourraient rétorquer que la Suisse n'est pas assez ensoleillées pour le thermique solaire, je leur répondrais que dans ce cas, c'est encore plus vrai pour le photovoltaïque.

Autre constat, faire de l'électricité avec du thermique solaire est de 2 à 3 fois plus rentable énergétiquement au niveau de la production d'électricité et 5 fois fois gourmand en matière d'énergie en matière de fabrication, y pas photo, mais il semble que les financiers suisses préfèrent signer des contracts avec les plus gros industriels chinois proche du pouvoir, il faut savoir que l'homme le plus riche de Chine est le même qui produit la quasi totalité des panneaux photovoltaïques distribués dans le monde et particulièrement en Suisse.

Bref, lorsque je dis que l'effort pour l'instant consiste avant tout dans les économies d'énergies, c'est que c'est la première mesure à prendre. Nous vivons de plus en plus dans la dépendance absurde d'appareils électriques extrêmement gourmand et superflus, genre un robot aspirateur, les consommateurs ne le savent pas, gaspille 6 fois plus d'électricité qu'un aspirateur secteur (sans parler des batteries-accus).

Autre gros problème, la vie de ces accessoires électriques, conçus pour finir à la poubelle dans un délai proche du temps de garantie, et là, nos amis écolos n'ont rien mis en oeuvre pour stopper ce massacres suicidaire, les rebus de cette industrie ce calcul en millions de tonnes par année au niveau mondial.

Sans parlez de cette forme de racisme que sous-tend ce type de commerce, des millions de travailleurs dans des pays dirigés par des dictatures sanglantes et répugnantes meurent chaque années pour ces excédants de consommation, de par leurs salaires extrêmement dérisoires et également, comme décrit plus haut, dans des environnements pollués au niveau de l'air, des sols et de l'eau, sans parler des bruits et des ondes.

Autre exemple surréaliste, il y a quelques années, j'avais été invité dans un colloque organisé par des écologistes. Au menu, des boissons dans des canettes en aluminium et bouteilles en plastique, des services et couverts en plastique et des aliments pré-cuisinés également emballés hermétiquement dans des barquettes en aluminium, à la fin de la sauterie, il y avait plus de sacs poubelles que de participants !!!

Écrit par : Corto | 07/04/2016

Monsieur Longet, dans un commentaire précédent, j'avais fait allusion aux éoliennes et d'un effet catastrophique, vous ne semblez pas très curieux, à voir !

Et quand je dis catastrophique, c'est catastrophique, alors soit vous êtes informé et dans ce cas, je comprend que vous ne vouliez pas engager le débat, ou soit, vous n'êtes pas informé et dans ce cas, vous me voyez très surprit de constater votre manque de curiosité ?

bien à vous

Écrit par : Corto | 07/04/2016

M. Corto
Je suis en responsabilité de modérer mon blog.
Je n'ai pas l'habitude de censurer quoi que ce soit (sauf en cas d'insultes flagrantes) mais je vais clore ici le débat sur l'énergie.
Je prends note de ce que vous affirmez, je constate qu'il s'agit avant tout de jugements et de l'émotionnel, et de généralisations. Ce n'est guère constructif. Vous savez à quel point il est difficile de faire dans la réalité des économies d'énergie, qui demandent des modifications de comportement des personnes. Or dans vos contributions, ce sont toujours les autres qui font faux, vous apparemment faites tout juste, savez parfaitement ce qui est bon et ce qui ne l'est pas. A votre place je prendrais des responsabilités dans une ONG ou m'engagerais politiquement. Plutôt que de déverser vos certitudes sur Internet. Au moins là il faut tenir la route sur la durée, apprendre à gérer la réalité, les personnes, les technologies, pratiquer le sens de la nuance.
Quant à vos contributions sur les années 30 ou 40 je ne comprends même pas où vous voulez en venir. Que les dictatures de Staline, Mussolini, Hitler, ou plus tard Mao, avec des orientations et des intentions très différentes, aient créé des malheurs incommensurables est un fait historique. Mais je ne ferai pas non plus une relecture de l'histoire avec des insinuations et des à peu près.
Enfin votre déclaration où vous prétendez que je ne proposerais rien, elle est franchement grotesque, relisez mes contributions ici même, et je ne parle même pas du ton sur lequel vous le dites.
Cordialement.
René Longet

Écrit par : rene longet | 07/04/2016

Monsieur Longet,

Faut vous avertir que "Corto" et "Boccard" sont la même personne. Voilà.

Écrit par : Martouille | 07/04/2016

Ce qui est visible dans ces échanges, c'est que vous ne répondez pas aux allégations graves dénoncées par Corto.
Vous censurez, pas de doute, mais quelle réponses apportez-vous concernant cette main d'oeuvre exploitée et je sais de quoi je parle, je travail dans une ONG ne pouvant qu'approuver les propos cités ci-dessus.
Il est évident que ce sera grâce aux critiques que les choses avanceront, donc je ne vois pas où vous vous situez vis-à-vis des problèmes touchant des millions de chinois respirant les airs les plus pollués de la planète ?

Écrit par : Laura Junod | 07/04/2016

Monsieur Longet,

Vous m'accusez de vous avoir insulté ?

Vous sous-entendez que j'ai "Quant à vos contributions sur les années 30 ou 40", ne mélangeons pas les réponses concernant votre note et le débat concernant le photovoltaïque, ce serait peu courtois d'accusez en diagonale pour des propos que vous avez soulevez.

Ce n'est pas en restant silencieux sur ce qui ne va pas que les choses peuvent avancer !

Écrit par : Corto | 07/04/2016

Un mot pour Mme Junod,j'ai justement mis en cause le fait qu'on ait laissé le marché du solaire aux Chinois qui produisent moins cher (pas seulement dans ce secteur bien entendu...) parce qu'on se fait complice du dumping social et écologique: dans les conditions actuelles c'est juste de la concurrence déloyale. Ce qui nous renvoie à la mondialisation sans assez de garde-fous écologiques et sociaux (comme imposer les conventions de l'OIT en matière de travail, ou une taxe forte sur le Co2) et sur le risque d'aller encore plus fort dans le mauvais sens avec les traités transpacifique et transatlantique. Quant aux accusations de censure, justement je ne censure rien, sauf si c'est insultant, et je n'ai pas dit qu'il y avait dans ces conversations quoi que ce soit d'insultant.
René Longet

Écrit par : René Longet | 07/04/2016

Faudrait pas trop confondre le "personnel" et les faits !

Monsieur Longet, c'est vous qui accusez les autres de faits que vous avez vous-même soulevé.

Corto ne pale pas du problème de la concurrence déloyale, mais du fait que des millions de chinois crèvent uniquement pour satisfaire le luxe d'écolos suisses qui ne font que de se fournir en Chine pour des technologies que vous semblez défendre.

Écrit par : Cyrano | 07/04/2016

Je pensais apporter quelques indices permettant de faire profiter la planète et il me semble que je ne soit pas le bien venu chez les écolos, pardon !

Écrit par : Corto | 07/04/2016

Les commentaires sont fermés.