09/11/2016

Brexit, Trump et la suite?

Deux surprises coup sur coup. En juin le Brexit. De peu, mais tout de même. En novembre Trump. De peu, là aussi...Qu'en penser?
La démocratie occidentale va-t-elle brader ses valeurs, les peuples en deshérence s'aligner peu à peu sur des façons de penser et de faire à la Putine voire à la Erdogan? Que se passe-t-il pour que des pans entiers de la population se reconnaissent dans des positions de rupture à la fois en termes de confiance, de cohérence intellectuelle et de projet politique?


La réponse est toute simple: elle s'appelle croissance des inégalités. Elle s'appelle mise en compétition inégale du fait d'une mondialisation non régulée. Elle s'appelle lâcheté des élites ripolinées et capables à la fois  d'aligner les plus belles phrases et de demeurer dans la plus grande inaction.

C'est d'une part l'écart de plus en plus abyssal entre les promesses et les actes qui fait finalement rendre plus "rassurant" un bandit qui s'assume, un bateleur de foire sans limites, plutôt qu'un membre désincarné et jamais concrètement impliqué de l'élite mondialisée. L'indifférence pratique ( car seuls comptent les actes) des élites aux mille et une cassures de la société (territoriales, sociales, culturelles...) leur a enlevé toute crédibilité. Et du coup a entraîné dans leur chute les valeurs dont elles se réclament.

C'est d'autre part l'habitude prise avec les médias sociaux de juger avant de connaître, d'exprimer ses sentiments à tort et à travers et constamment, de n'avoir aucune gêne d'affirmer des choses contradictoires. Cet état d'esprit d'écorché vif, d'agitation permanente qui facilite l'adhésion à tout ce qui plaît même si c'est totalement antinomique: une baisse d'impôts et une hausse des investissements, par exemple. L'immédiateté, la facilité et la force de frappe des médias sociaux a cassé chez beaucoup de personnes toute discipline dans le raisonnement, toute retenue dans l'expression.

Il s'ajoute la domination, aux Etats-Unis, depuis des années, des hurlements d'extrême-droite sur beaucoup de chaînes de radio qui ont fini par banaliser la haine, légitimer la violence, attiser le sentiment d'abandon et de frustration. Or sans discipline émotionnelle et intellectuelle, pas de débat démocratique, pas de vivre ensemble possible.

Enfin, il y a cette grave distorsion dans un système de vote, qui pour la 2e fois fait préférer le candidat qui a été battu aux voix à travers le procédé antédiluvien des grands électeurs, donc qui donne la priorité à l'élection indirecte sur l'expression directe du peuple. Al Gore en a fait l'expérience en son temps, Hillary Clinton maintenant.

Nos sociétés occidentales sont profondément divisées et la montée des populismes est strictement symétrique avec la montée des inégalités, la réduction de la présence de l'Etat, tant dans sa fonction de service public que de régulation, strictement corrélée à la fragmentation sociale et à l'exclusion qu'elle entraîne. Quand il apparaîtra que la réponse populiste ne vaut guère mieux que la mondialisation sans foi ni loi qu'elle prétend combattre, il pourrait être trop tard, tant les émotions auront été chauffées à blanc. Or chauffer à blanc les émotions n'est pas encore, et généralement surtout pas, réduire les inégalités.

22:32 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

Commentaires

Pouc pouc pouc pouc, le moteur cale !

Des sous-entendus, des propos allusifs et cette sempiternelle piéta toujours plus lasse et émoussée par les répétitions de ces Cassandres à moitiés convaincus.

Diantre, du nerfs, et pas des "C'est d'autre part l'habitude prise avec les médias sociaux de juger avant de connaître, d'exprimer ses sentiments à tort et à travers et constamment, de n'avoir aucune gêne d'affirmer des choses contradictoires."

Mais non Monsieur Longet, vous inversez un peu tout, ce ne sont pas les "médias-sociaux" qui ont une fois de plus dérapé dans la semoule, pourtant ce n'était pas manque d'avoir tout tenté !

Le contradictoire, je le flaire, ce n'est pas parce qu'il arbore des tenues aussi soyeuses que formelles, qu'il m'impressionne le contradictoire, surtout lorsqu'il prêche pour sa paroisse, pauvre de lui.

Minable les prêches à l'unisson de la garde impériale socialiste, piteux, voir au de la bienséance, obscène la vision de ces lambeaux de carne flagorneuse.

Trump, vous pouvez le demander à tous mes proches, je l'avais donné vainqueur dès sa première prestation, ce n'est en tout cas pas le profil du looser, ça se voit au premier regard. Alors, face à l'incontournable, les petits rongeurs s'agacent et crissent de toute leur faiblesse.

Mais pour le coup, j'ai choisi celle-la :

Les Animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n'en voyait point d'occupés
A chercher le soutien d'une mourante vie ;
Nul mets n'excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n'épiaient
La douce et l'innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d'amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L'histoire nous apprend qu'en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L'état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J'ai dévoré force moutons.
Que m'avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m'est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s'il le faut ; mais je pense
Qu'il est bon que chacun s'accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
- Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Et bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d'honneur.
Et quant au Berger l'on peut dire
Qu'il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d'applaudir.
On n'osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l'Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L'Ane vint à son tour et dit : J'ai souvenance
Qu'en un pré de Moines passant,
La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n'en avais nul droit, puisqu'il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu'il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l'herbe d'autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n'était capable
D'expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Écrit par : P. Ansermet | 10/11/2016

La suite?
La fin de la pensée unique formatée par la doctrine gauchiste.
Avec un peu de chance, 'Exit' de la gauche et de son projet de société: La négation de l'Homme et le précipice.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 10/11/2016

Encore dans le déni, comme MCR sur infrarouge bêlant le bien convenu "Trump a été élu par des loser de la mondialisation sans formation". Ce serait tellement plus simple et intellectuellement confortable.

Mais si après 8 ans d'obamisme la majorité des américains sont devenus des losers sans formation (...pas raciste la Calamity), ils auront au moins eu la clairvoyance de ne pas voter la continuité avec Hillary.

Écrit par : Eastwood | 10/11/2016

"à la Putine voire à la Erdogan"
Juxtaposition toute socialiste, dans laquelle l'islam ne joue aucun rôle.

Écrit par : Mère-Grand | 10/11/2016

C'est l'heure des donneurs de leçons.... Ceux-là même qui prédisaient la victoire de Clinton accusent les américains d'être haineux, peureux, racistes, misogynes... Ils vont même jusqu'à critiquer le système démocratique de ce pays. Mais qui sont-ils pour balancer de telles critiques? Les américains ont le droite de voter pour qui ils veulent. C'est aussi à eux d'être à même de vouloir ou non changer leur système démocratique. Et quand ont sait à quel point ils sont attachés à préserver leur constitution, il devient alors illusoire de croire qu'ils la changeront.

-Personne n'a fait le bilan d'Obama.
-Personne ne s'est demandé s'il Clinton n'était pas de le déni de la réalité en voulant s'accrocher au pouvoir
-Personne n'a compris que les médias traditionnels étaient oubliés par une bonne partie de la population qui s'informe via youtube ou facebook

Trump, c'est la victoire des oubliés. Et c'est surtout la défaite des élites.

Écrit par : Riro | 10/11/2016

"Encore dans le déni..."

Mais à quel déni tu te réfères Eastwood ? A dire par exemple que la Clinton a reçu plus de voix que Trump ? C'est un déni cela ? Ou une évidence ?

Tu aime Trump. Très bien. Mais ne viens pas nous dire qu'on est dans le déni.

Écrit par : Schwarzenegger | 10/11/2016

@Eastwood, le bien convenu comme mettre un foulard pour plaire à un régime qui exécute plus de 50 femmes par an pour des motifs d'adultère !

Et qui revient à Genève pour se payer un deuxième appart à plus de 4 millions payé en cash !

Enfin, Mesdames, Messieurs, un peu de retenue !!

Plus généralement, c'est cette forme de diabolisation systématique dès que l'ordre emprunt de cette religiosité caractéristique est égratigné, ils avaient pendant la révolution français, décapités quelques prêtres tout en adaptant le rituel dans leur pratique tout aussi pudibonde.

Finalement, nous avons à faire à des incapables noyés dans des morales encore plus douteuses que l'original, la bigoterie gôchiste ferait pâlir les plus hypocrites de cette secte inculpés pour pédophilie divine, pendant des siècles l'Europe se confessait pour des tentations d'attouchements sur une ou un conjoint non marié pendant que le confesseur commettaient des abus dévastateurs sur de très jeunes garçons !

Non, et justement, c'est certainement Trump qui permettra à des pays comme la France de ne pas tomber dans les extrémismes, car Trump n'a tout simplement rien à voir avec l'extrême droite nationaliste, au contraire, il est le dernier rempart avant de voir des parti comme le FN prendre de l'ampleur aux USA !

Mais voilà, les moralistes culpabilisants de service tirent à boulets rouges et cultivent le mensonge afin de maintenir le mythe séculaire. Les politiques en tenues de service se font braquer leur jouet, alors il collèrent !

Mais dans les années 30, qui accouraient par grappes pour enfler le parti "nationaliste-socialiste" et les abcès collabos français ?

Sans la gôche, il n'y aurait pas eu de parti nazi, c'est peu être ça qui leur échappe avec Trump !

Écrit par : P. Ansermet | 10/11/2016

Eastwood, le meilleur étant le moment où sa vis-à-vis lui a balancer que la place d'Hillary était en taule. J'ai cru qu'elle allait nous faire une attaque. Dommage, on aurait économiser une rente de CF. Elle aussi aurait dû finir entre quatre murs s'il y avait une quelconque justice dans ce pays.

Et les questions des internautes comme toujours soigneusement' choisies pour plaire aux bolcheviques de la RTS. Heureusement, les médias traditionnels sont morts en même temps que cette élection. Decribilises a jamais.

Écrit par : Laurent Lefort | 10/11/2016

Mère-grand, si l'église catholique était encore dans les dessous du pouvoir, les sarrasins et autres porteurs du message de l'hégire seraient bloqués à coups de canons dès le premier mirage observé.

Ces deux parties du monde qui marchent sur un pied, les uns avec la béquille "une autre sur la joue gôche svp" et les seconds avec des ferveurs guerrières avouées, oui l'islam après avoir conquis cet occident si craint jusqu'à il y a peu, n'aura qu'à écrasé d'un coup de talon les restes de cette "civilisation" dressée avec l'eau bénite des moralisateurs de tous poils !

Trump lui, semble avoir trouvé écho auprès des américains, ceux qui semblaient il y a peu, les moins disposés à se retourner d'un seul homme avant de glissé dans la tombe des immigrations invasives. Parfois, il s'agit de survie, bêtement, lorsque l'on accueil par millions des porteurs d'idéologie conquérante, oui, il s'agit bien de survie et ce que la gôche propose, c'est d'aller jusqu'au limites du possible et ensuite, de nouvelles sirènes moustachues viendront raviver les odeurs de cuir et les instincts les plus rampants, c'est peu être ça, "le projet socialiste" ?

Écrit par : P. Ansermet | 10/11/2016

"Deux surprises coup sur coup."
Si pour VOUS ce sont des SURPRISES, excusez-moi, mais c'est que vous êtes complètement à côté de la plaque. Qu'avez-vous fait pour empêcher que ce que vous redoutiez se produise? Rien. Votre parti est pour l'Union Européenne, pour l'immigration (non régulée!) et j'en passe. Êtes-vous monté aux barricades contre le traité transatlantique? Je n'ai rien lu à ce sujet. Vous êtes-vous opposé à la mondialisation capitaliste et impérialiste? Pas que je sache. Vous mettez dans le même sac l'islam et ceux qui le combattent comme PEGIDA. L'islam est une idéologie politique totalitaire instrumentalisée par les néocons pour détruire avec le soutien directe des pires monarchies des États laïques. Votre analyse de la situation mondiale est non seulement indigente, elle est totalement dépassée, d'un autre siècle.
Aaaah, Poutine! Comme le fait remarquer Monsieur Mère-Grand, vous êtes à côté de la plaque. Vous déraisonnez à partir d'a priori et sur la base de la campagne de propagande russophobe que vous relayez. Quel autre chef d'État bénéficie du soutien de plus de 80% de son peuple? Ah oui, le peuple! Celui qu'il faut dissoudre chaque fois qu'il vote mal, comme en UK, comme aux USA, comme en Crimée et comme en Russie. Ce peuple français qui a été dissout après le refus en 2005 du traité européen. Vous faites partie de ces élites qui ont toujours raison la tête dans le sac et qui sont incapable de comprendre les enjeux actuels, mais seulement préoccupés de leur petit égo et de leur pouvoir local.

Poutine a fait plus pour la paix et pour préserver des vies humaines que n'importe quel chef d'État occidental, et c'est l'un des rares à s'opposer à l'impérialisme et à la volonté d'hégémonie yankee. En participant au dénigrement de Poutine, non seulement vous vous disqualifiez en tant que membre d'une quelconque organisation de gauche, mais vous venez en aide à ce capitalisme transnational et à cet impérialisme. Le monde a besoin de gens qui se lèvent contre cet impérialisme pas de gugusses qui se couchent devant lui et le soutiennent objectivement.

Vous auriez préféré l'élection d'une personne corrompue qui voulait en tant que présidente attaquer l'Iran:
http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/hillary-clinton-si-je-suis-53886
Bref vous étiez partant par votre soutien à une nouvelle guerre mondiale. Les néocons vous félicitent. Soutenir une personne cul et chemise avec les terroristes et les Frères musulmans (cf. Huma Abedin). Encore bravo!

Écrit par : Charles | 10/11/2016

"Trump, c'est la victoire des oubliés. Et c'est surtout la défaite des élites."

Un milliardaire fils de milliardaire va s'occuper des oubliés. Dites donc ! Où était-il avant ce prodige ?

Écrit par : Schwarzenegger | 10/11/2016

Disons que les rois qui ont fait la une de leur presse privée, sont plutôt nus !

Les "voiles" tombent !!

Écrit par : Corto | 11/11/2016

Tout ces magnifiques blabla et personne ne parle du seul problème qui fait voter les citoyens votent contre l'ordre etabli par les partis historiques en perte de vitesse depuis longtemps. La libre circulation des personnes. Ou c'est trop dur d'en parler ?

Écrit par : Fornara Giorgio | 11/11/2016

@Scharzenegger

Si si, dans le déni et dans l'excuse facile et bidon qui consiste a dire que Trump a été élu par "l'Amérique du bas" sans formation et donc sensible aux slogans populistes.

Or il se trouve que la majorité des citoyens ayant un revenus inférieur a 30'000$ ont voté Hillary !

PS: T'as lu ou que j'aime Trump ? Là c'est plus du déni mais du délire.

Écrit par : Eastwood | 16/11/2016

Les commentaires sont fermés.