31/07/2017

Le premier faux pas de Macron

Sous le titre "Le gouvernement Macron a fait le choix de l'agro-business" un journaliste de Libération a publié le 29 juillet une interview du secrétaire général de la Fédération nationale française de l'agriculture biologique. Alors que son prédécesseur Stéphane Le Foll avait ambitionné doubler la dotation de l'agriculture biologique, le ministre actuel de l'agriculture en annonce le gel.


Ce serait le premier couac sérieux dans le parcours à ce jour plutôt sans faute d'Emmanuel Macron à la tête de notre grand voisin. Alors que des experts de niveau mondial comme Hans Rudolf Herren, Olivier de Schütter ou Pierre Rabhi sont d'accord pour dire que seule l'agro-écologie peut nourrir une humanité aux effectifs croissants, sans détruire les sols et sans fuite en avant chimique, la France, qui connaît un engouement fort pour le bio, battrait ainsi en retraite sous le poids des lobbies de l'agrobusiness conventionnel.


L'agriculture biologique, sous diverses formes, est au coeur de l'agro-écologie; elle a fait ses preuves techniques - et humaines également - depuis plus d'un siècle. Dans de nombreux pays, producteurs et consommateurs prennent en nombre croissant ce chemin prometteur, assurant le respect du producteur, du produit et de l'environnement. Face au lent empoisonnement du vivant par les nombreuses substances de synthèse qui interagissent même à faibles doses au détriment de notre patrimoine génétique et de notre capacité de résistance, la possibilité d'une réduction forte voire d'une suppression de ces produits naguère encore portés aux nues est une bénédiction. L'agriculture biologique n'existerait pas qu'il faudrait l'inventer d'urgence.

Il est particulièrement piquant de constater que ce gel des subsides pour le bio interviendrait au moment où le gouvernement français appelle à travers les Etats généraux de l'alimentation à placer celle-ci sur des bases plus saines et plus durables. Il est vrai que le président Macron est un adepte du "en même temps". Certes c'est mieux que le "ni" "ni" cher à d'aucuns, mais si un grand distributeur peut proposer à sa clientèle à la fois M- Budget et bio et/ou équitable, dans un budget public, ce qui a été accordé à l'agrobusiness n'est plus disponible pour le développement de modes de production durables, sains et pérennes. De la clarté, du courage, M. le Président! Ce serait aussi très décevant de devoir s'apercevoir un jour que Nicolas Hulot est le ministre des annonces - et que d'autres sont les ministres des actions qui contredisent lesdites annonces...

20:32 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Monsieur Longet très bon billet Sans mentionner les autres bides ! Comme la fermeture des centre de radicalisation
Certains ayant enfin compris qu'en France voir ailleurs la politique n'est plus qu'un champ expérimental
Comme entendu lors de l'émission les GG ,on fait pour ensuite réfléchir et quand on a dépensé des milliards pour ce qui n'a pas fonctionné on s'empresse d' en re dépenser dans un autre domaine qui me marchera pas mieux
A trop vouloir surpasser les oublis ou stupidités de son prédécesseur Monsieur Macron refait les mêmes mais en pire
Quoique les caisses de l'Etat n'étant jamais aussi garnies pour re dorer l'égo des politiciens confondant la politique avec le festival de Cannes
Bon 1ER Aout

Écrit par : lovejoie | 01/08/2017

"Ce serait le premier couac sérieux dans le parcours à ce jour plutôt sans faute d'Emmanuel Macron à la tête de notre grand voisin."

Vous semblez ignorer d'un revers de main son acte autoritaire envers un haut gradé de l'armée. Mais surtout, vous allez tomber des nues en découvrant le vrai programme de Macron dont nous n'avons encore pour ainsi dire aucune idée.

Un sans faute sur de la communication en surfant sur la vague d'un changement prometteur c'est facile. On va voir maintenant de quoi il retourne.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/08/2017

Les commentaires sont fermés.