01/07/2018

Chronique verniolane

Vernier ? La 2e ville du canton en termes de population, la 5e de Suisse romande, juste entre Fribourg et Neuchâtel. Une ville pas commune, dit le slogan municipal. Après 15 ans d’action au niveau communal, Thierry Apothéloz continue désormais son mandat au niveau supérieur, dans une belle continuité, faisant profiter l’ensemble du territoire et de la population cantonales de ses acquis communaux.


J’ai le privilège, depuis un mois, d’être en première ligne pour observer les enjeux. En effet, en fonction de mon expérience de magistrat communal (conseiller administratif d’Onex durant 12 ans) le gouvernement cantonal m’a nommé, en vertu de la loi sur l’administration des communes, administrateur provisoire de Vernier, c’est-à-dire membre de l’exécutif communal jusqu’à l’entrée en fonction du successeur de Thierry Apothéloz.

Je peux donc confirmer de l’intérieur que Thierry Apothéloz a impulsé et mis en place, avec ses collègues, une réponse systématique et systémique, cohérente, souple et évolutive aux besoins des habitantes et habitants de cette « ville pas commune ». Cette approche comprend la sécurité – un droit pour toutes et tous, l’intégration, la mobilisation des forces des quartiers (à travers notamment les contrats de quartier), la création de liens entre les demandeurs d’emploi et les entreprises, l’écoute de ces dernières, l’attention portée à tous les âges de la vie, depuis la petite enfance jusqu’aux « séniors + » en passant par les jeunes, un plan canicule fort de saison, accompagnement social et solidaire du changement climatique...

Jamais l’approche développée ne relèvera d’une assistance qui génère la dépendance, mais toujours de l’interaction, de la reconnaissance, du soutien. Remettre le pied à l’étrier, promouvoir implication, autonomie et respect, sachant que chacune et chacun est aussi en mesure d’apporter en retour sa contribution à autrui, aussi petite soit-elle. C’est bien une telle dynamique que la population est en droit d’attendre de pouvoirs publics réellement à leur service. Oui Vernier a de la chance, et le canton désormais aussi.

 

19:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.