07/10/2018

Mouvements pendulaires: Tram ou bus?

Voici peu, on pouvait lire sur le site de l’Etat de Genève, sous le titre « En marche vers la mobilité de demain» : «Extension du tram 18 vers Saint-Genis-Pouilly : début des travaux en 2021/ mise en service fin 2022»; il s’agit de 2,1 km de ligne, aux 4/5e sur territoire français. Et le site officiel du Département de l’Ain indique que «le coût de la partie française prévue sous maîtrise d’ouvrage du Département de l’Ain (tronçon entre la douane et la station Porte de France) est estimé à 26 M€ HT, soit 28,6 MCHF HT. La section entre la station du CERN et la douane prévue sous maîtrise d’ouvrage suisse est évaluée à 19,72 M€ HT soit 21,7 MCHF HT ».


 

Or, le tram n'a pas été retenu par le Conseil fédéral dans le projet d'agglo 3e génération et se retrouve recalé, pour la subvention fédérale à hauteur de 30-35%, au programme suivant (4e génération). Le rapport d’examen fédéral signale pour ce projet (p. 26-28) qu’«il doit être démontré que l’impact principal de la mesure se localise sur la partie suisse du périmètre» ... et invoque une «densité actuelle insuffisante» en termes de population. Il appartient maintenant au Parlement suisse de se prononcer sur les différentes propositions du gouvernement fédéral, détaillées dans un message aux Chambres du 14 septembre.

L’analyse à la base de la réponse négative semble se limiter exclusivement aux 2 km de la ligne prévue et occulte l’effet d’appel sur un territoire plus vaste. La ligne ne concerne de loin pas que les habitants actuels et à venir de St.-Genis mais, bien connectée à des rabattages efficaces de trafic vers son terminus, son effet de transfert modal pourrait être très significatif.

On pourrait par exemple imaginer une réutilisation de la plateforme ferroviaire désaffectée entre Bellegarde et Divonne pour y installer un train-tram convergeant sur St.-Genis et sur Ferney. Ce scénario ne semble pas avoir été examiné; certes la gare de Sergy-St.Genis est à une certaine distance du centre de St-Genis, ce qui augmenterait d’autant la longueur et les coûts du raccordement jusqu’au tram 18. Mais finalement, que veut-on ? Résoudre les encombrements croissants ou se contenter de palliatifs à la petite semaine, dans une des régions les plus prospères d’Europe ? Et en réutilisant des emprises ferroviaires existantes, pas besoin de les disputer à la route... moyennant de nombreux compromis boîteux.

La région Auverge-Rhône-Alpes n’a pas attendu une semaine pour annoncer que, suite au refus de la Berne fédérale de subventionner le tram, ce dernier sera remplacé par un « bus à haut niveau de service » (BHNS). Trois fois moins cher (17 millions d’€ au lieu de 48), réalisé plus rapidement... mais encore ? Un tel BHSN a été aussi retenu pour la liaison Gex-Genève et Ferney-Gex. Donc on mise bien sur le bus au lieu du ferroviaire. Ce choix est-il bien raisonnable ? L’idée du tram prônée des années durant était-elle irréfléchie, un goût de luxe, une folie des grandeurs ? Et le BHSN n’est-il pas un peu un tram au rabais, le tram du pauvre ?

Quelques comparaisons montrent qu’un BHSN et un tram n'offrent effectivement de loin pas les mêmes performances. Un tram est plus silencieux, moins dépendant des aléas de la météo, mieux identifié par l’usager, plus stable et confortable pour ce dernier. Sa capacité de transport du tram est le double celle du bus ; de ce fait, et aussi en raison de la très faible résistance de roulement sur rail (~ 10 × moindre que sur pneus), la consommation d’énergie / tonne transportée est la plus faible de toutes les technologies de transport terrestre. Sans oublier que le tram fonctionne à l’électricité et le bus au diesel.

Tout est donc vraiment dans l’appréciation de la dynamique de transfert modal que l’on souhaite susciter. Face à la décision du Conseil fédéral, qui a étonnamment été très peu commentée à Genève, plusieurs options sont possibles. Premièrement : considérer la réservation d’un site propre sur la chaussée pour un BHNS comme une première étape permettant de réaliser plus tard une solution ferroviaire plus performante. Mais on renonce là à stimuler le transfert modal hautement nécessaire. Deuxièmement : exiger au niveau du parlement fédéral une réévaluation de l’appréciation de ces 2,1 km. Enfin, choisir de réaliser le projet tram sans subventions fédérales, dans un montage financier où l’emploi de la rétrocession fiscale aux communes de résidence des frontaliers pourra également jouer son rôle.

21:44 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Bien d'accord avec tes conclusions.

En tenant compte également des énergies grises pour la construction des véhicules et l'infrastructure, le tram émet 38 g de CO2 pour transporter une personne sur 1 km. Le trolleybus est légèrement mieux avec 32 gCO2 car la construction de l'infrastructure est moins onéreuse, mais le transport est bien moins confortable et fiable. L'autobus est largement perdant avec 147 gCO2.Juste la voiture privée avec 162 g est encore pire. (1)

Même si ces bilans carbone demandent une interprétation prudente, car ils dépendent d’une multitude d’hypothèses, il est bien évident que l’autobus est de loin la plus mauvaise solution de transport en commun.

(1) Noé21 : Bilan Carbone du projet de télécabines urbaines genevoises (2017) http://noe21.org/bilan-carbone-du-projet-de-telecabines-urbaines-genevoises/

Écrit par : Félix Dalang | 08/10/2018

Monsieur Dalang, oui, pour le moment l'autobus dégage nettement plus de C02, mais ce n'est probablement plus pour longtemps, puisqu'ils fonctionneront avec des piles à combustible et des batteries. L'électricité qu'ils consommeront sera la même que celle qui alimente les trolleybus et les trams. Les automobiles suivent la même évolution. Le rail dispose certainement encore de solides avantages, mais l'argument du dégagement de CO2 va s'affaiblir, si ce n'est s'effondrer.

Écrit par : weibel | 08/10/2018

Je ne comprend pas pourquoi la Suisse qui ne fait pas partie du G7, G8 ou G20 (pays les plus riches)devrait payer des infrastructures pour la 4ème puissance économique mondiale ! Que les français se débrouillent et, si ils n'en pas les moyens, qu'ils s'écrasent ou demande à Berne de recevoir de l'argent en tant que pays en voie de développement ! Il faut être socialo pour exiger de l'argent sorti des poches des autres car les camarades ne paient jamais et comptent uniquement sur les autres ! Lamentable !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 08/10/2018

Deux réponses:
1)Pour M. Weibel, l'efficience énergétique est un point, l'autre reste la capacité de transport, et là ce ne sont pas les chiffres actuels de la demande qui nous intéressent mais la demande potentielle en termes de report modal du transport individuel vers le transport collectif. D'où une attractivité nettement plus grande en ce domaine d'une offre ferroviaire (tram et train).
2)Pour M Descloux-Rouiller: ce raisonnement est celui qu'une majorité d'électrices et électeurs genevois a adopté pour dire non à une participation financière à la réalisation de parkings de dissuasion sur France (de plus, où aurions-nous trouvé les terrains pour les faire sur le canton?). On oublie ce faisant tout simplement que les bénéficiaires des moindres encombrements et nuisances résultant d'un usage accru des transports publics par les pendulaires frontaliers - ce sont en tout premier lieu nous, les habitant-e-s du canton!
Et merci à Felix Dalang de ses précisions chiffrées!

Écrit par : René Longet | 08/10/2018

Yvan Descloux-Rouiller ?

C'est un gag?

Écrit par : Patoucha | 08/10/2018

Patoucha ce n'est pas un gag. Mon grand-père venait de Thenailles (France) et était quincailler !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 09/10/2018

LOL! Une famille très outillé..... :))))))))

Excellent après-midi

Écrit par : Patoucha | 09/10/2018

Patoucha je sais, ma famille est complétement marteau ! On a des vis cachés et mon père utilisait des semences de tapissier, hélas il ne gagnait pas un clou !! Bonne soirée !

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 09/10/2018

MDRRRR quel humour! Un sacré outil de charme que vous avez là! :)

Je vous souhaite une soirée à la hauteur de votre humour.

Alors, c’est un gag!? MDRRRR

Écrit par : Patoucha | 09/10/2018

Patoucha," Le rire est bon pour la santé" selon ^Schneider-Ammann mais le rire ne fait pas partie des gauchistes. La preuve, il y a quelques temps j'ai posté, pour les "camarades socialos" l'info qui disait que ce parti n'avait plus, comme emblème, la rose mais, le muguet car, sur une seule branche, il y a beaucoup de cloches ! Cela n'a pas plu à ces coincés !!

Écrit par : Yvan Descloux-Rouiller | 10/10/2018

Les commentaires sont fermés.