• Elu-e-s : une vertu à géométrie variable ?

    D’abord un président du Conseil d’Etat qui se fait offrir un voyage luxueux par un prince du Golfe et qui n’admet les faits que quand il est trop tard. Mais, à moins que des contreparties n’aient été en jeu, le contribuable n’a pas été sollicité.

    Puis un exécutif de la Ville de Genève, qui à côté d’un revenu plus que confortable, n’éprouve apparemment aucune gêne à se faire rembourser des frais aux justifications le plus souvent douteuses et représentant de coquets montants, dont la plupart des citoyennes et citoyens ne peuvent que rêver.

    Lire la suite