27/01/2019

Votation du 10 février: l'avenir du sol en nos mains

Depuis un demi-siècle, les législations sur l’aménagement du territoire visent un usage responsable du sol, bien naturel non reproductible. Il s’agit autant des aspects quantitatifs (réserver suffisamment de sol pour les divers besoins) que qualitatifs (préserver la fertilité naturelle des sols). Un des objectifs de la gestion du territoire est de séparer clairement les zones où l’on peut bâtir des autres, et de préserver les surfaces nécessaires à la production agricole ainsi que les forêts.

Avec les dispositions existantes, il ne devrait en principe plus y avoir de mitage du sol. Un regard sur la réalité de nos paysages suisses montre qu’il n’en est rien: que ce soit sur le plateau, en limite des agglomérations ou en montagne, les bâtiments posés au milieu de nulle part, l’urbanisation pavillonnaire, l’incohérence du bâti nous agressent.


 

Il faut remercier les initiants contre le mitage du territoire d’avoir reposé la question de la gestion du sol sous deux angles complémentaires: mettre fin au gaspillage des terres agricoles et construire mieux. 

Notre capacité de production agricole est de plus en plus dépendante d’importations de nutriments (tourteaux de soja du Brésil pour nos vaches, provenant très souvent de la destruction de la forêt tropicale) et ne nous fournit que la moitié de notre nourriture. Notre auto-approvisionnement est de 25% pour les fruits, d’un tiers pour les oléagineux, de moitié pour les légumes et de 85% pour les céréales. Or, en trente ans, alors que la population a augmenté de 25%, un vingtième de la surface agricole a encore disparu, dont les deux-tiers au profit de constructions. Chaque m2 de sol agricole qui s’en va réduit d’autant notre auto-approvisionnement et augmente la pression sur les surfaces subsistantes. 

Dès lors, l’initiative propose d'appliquer aux sols agricoles la règle de compenser tout défrichement par une plantation, obligation qui a permis depuis le XIXe siècle de préserver l’aire forestière. Aucun souci néanmoins de manquer d'espace pour bâtir : sur les 232’000 hectares classés en zones constructibles en Suisse, il en reste 40'500 non encore bâties. De quoi accueillir encore pas mal de logements, d’équipements et d’activités. Et en soutenant les quartiers durables, l’initiative appelle à une densification qualitative et un habitat de qualité. On sait construire intelligemment, aménager des quartiers compacts, conviviaux, à basse empreinte écologique et propices à la biodiversité. Mais c’est loin d’être le cas partout!

Par ces deux approches complémentaires, le texte soumis au peuple, et dont une large majorité du parlement ne voulait pas, vient à son heure pour faire ce qu’on n’a pas permis à l’aménagement du territoire d'obtenir: gagner la bataille du sol.

15:33 | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook

Commentaires

Je crois vous avoir bien compris.
La population de la Suisse va continuer à augmenter d'un million d'habitants tous les quinze ans, et il vaut mieux concentrer la surpopulation que l'étaler.

Écrit par : Michel | 27/01/2019

Je trouve surprenant qu'un point primordial ne sois jamais abordé dans les arguments pour ou contre le mitage: En principe ce qui est rare est cher, donc si cette loi est acceptée, quel va être l'effet sur le prix du terrain constructible ? Et par conséquence sur le prix des bâtiments et des loyers ?

Écrit par : Eastwood | 27/01/2019

Délicieux commentaire de Michel qui met le doigt où ça fait mal.

Écrit par : Pierre Jenni | 27/01/2019

Et si on posait cette question essentielle : Mais pour qui ce besoin d'appartement sans fin. Notre démographie ne suit absolument pas cette courbe....alors pour qui ?

Écrit par : Corélande | 27/01/2019

En réalité, dans le prix d'un loyer, le prix du terrain ne représente que 20%. Ainsi les 80% du prix du loyer sont le fait de l'augmentation des loyers entre chaque changement de bail, de la construction de logements inadaptés aux besoins réels de la population et autres attaques des lois de protection des locataires au Parlement. Il y a bien longtemps que les règles d'ajustement des prix par le jeu de l'offre et de la demande n'ont plus cours. Il y a derrière l'augmentation des loyers - qui ont augmenté de 7 fois plus que leur juste prix en 40 ans - des facteurs qui n'ont pas attendu l'initiative Stop Mitage pour être en vigueur.

Écrit par : Desbiolles | 27/01/2019

Cette initiative va faire faire augmenter trois choses : Les loyers, le mal être des gens et la fortune des promoteurs. Bravo les écolos !

Écrit par : norbert maendly | 27/01/2019

Peut-être que le prix du terrain ne représente que 20% du prix d'un logement, ce qui est incertain car il y a des prix de terrain différents selon les zones, mais ce qui est sûr c'est que poussé par la spéculation immobilière, le blanchiment dans l'immobilier qui n'est pas contrôlé comme en principe les fonds des banques agréées, le prix du terrain a plus que doublé en 10 ans.Encore une fois c'est une moyenne, selon les zones y compris pour les terrains en zone de développement poussés à la hausse par le PLR Mark Müller. De toute manière, les écolos ont fait déclasser 53 hectares des meilleures terres agricoles du canton aux Cherpines. Alors... Si vous voulez voir de la cohérence chez eux, il faudra attendre peut-être la jeune génération qui descend dans les rues...
Pierre Pittet.

Écrit par : Pierre Pittet | 28/01/2019

Michel, je pense qu'en ce qui concerne la hausse des prix, il y a plusieurs éléments qui doivent être remis en perspective:
1. La situation de rareté n'existe pas au niveau suisse: il reste encore 400 km2 de surfaces à bâtir non construites en Suisse (1,5x la taille du canton de Genève); de quoi répondre aux besoins futurs. Mieux, il y a 6'000 logements vacants en Valais et plus de 225 000m2 de bureaux vides à Genève. Des possibilités, il y en a sans faire face à une situation de rareté.
2. Je me souviens d'un très bon article de M. Thalmann sur les prix des loyers actuels. En 40 ans, ils ont augmenté 7 fois plus que leur 'juste prix'. Ce n'est pas 'Stop mitage' qui participe à une augmentation des loyers, mais bien une manière de faire qui veut qu'entre chaque locataire, les loyers augmentent. Et le fait que l'offre (de grands logements) ne corresponde pas à la demande (petits logements) participe aussi à cet envol des loyers.
3. A mon avis, l'initiative apporte des solutions avec les éco-quartiers. A Genève, un loyer en coopérative est 2 fois moins cher qu'un logement en loyer libre. Modulable et proche des transports, ce type d'habitat répond à une vraie demande.

Le prix d'un terrain, c'est 20% du prix de vente. Je pense que les opposants jouent encore une fois sur les craintes concernant ce texte. Sinon, je ne vois pas pourquoi 300 architectes auraient signé une lettre pour voter oui. Bonne journée

Écrit par : Djx | 28/01/2019

Nous le savons, il suffit que quelques milligrammes de certains produits pour terrasser un être humain ou animal en quelques secondes et pourtant ces produits sont dispersés par milliers de tonnes sur notre pays déjà ravagé par les pires poisons que l'homme ait inventés !

Comment sommes-nous arrivés à un tel niveau de folie et qu'est ce que les politiques répondent aux millions de victimes liées à ces pratiques dignes des Borgia ?

Combien de temps faudra t-il pour faire revivre ces millions d'hectares ?

Écrit par : Corto | 28/01/2019

Monsieur Longet, certes les partis écolos ont brassés des tonnes de dossiers, notamment dans les projets de photovoltaïque, que je trouve aberrants, mais pourquoi n'avez-vous alertez plus sur les vrais dangers aussi imminents que les glyphosates et tous ces poisons utilisés dans l'agriculture ??

Autre paradoxe, les seules paysans qui sortent la tête de la misère organisées par les tueurs comme Syngenta, monsanto, bayer etc, sont ceux qui travaillent en Bio !

Comment ce fait-il que les lobbies soient aussi influents, y compris auprès de membres de partis écolos, nous avons pu le voir avec une émission de France2 d'Elise Lucet dans un restaurants alors que des politiques étaient invités par syngenta, voir vidéo :

https://www.dailymotion.com/video/x3q70xn

Écrit par : Corto | 28/01/2019

Déclaration d'impôt !!!!

C'est génial... on pourrait croire que c'est une blague, mais non...

Dit avec humour Totalement Helvétique, c'est d'autant plus savoureux

Voilà ce qu'à répondu un citoyen helvétique sur sa déclaration d'impôt


A la question :

-Avez-vous des personnes à votre charge ?

Réponse :

-300'000 immigrés illégaux
-2,5 millions de chômeurs
-268'000 criminels répartis dans 45 prisons
246 crétins au parlement+la totalité des représentant des commissions UE

L'administration lui a renvoyé sa déclaration en disant que sa réponse était inacceptable.

Le citoyens Suisse ne s'est pas dégonflé, il a répondu par écrit :

-Pourquoi, j'ai oublié quelqu'un ?

Écrit par : Corto | 29/01/2019

Excellent Corto! A reproduire sur toutes les novelles déclarations 2018 que nous allons remplir tout prochainement.

Cela peut aider à "encaisser" les 44 milliards que la Suisse a déjà enregistré sur le rétroactif des dénonciations spontanées. ( c'est bizarre comme la presse en parle très peu, et pourtant c'est monumental).
Car ce chiffre n'est qu'un début2015-2016 on sait que cela c'est amplifié
l'année 2017 et que dores et déjà on peut chiffrer un revenu d'impôts supplémentaire de 5 milliards par an, à venir chaque année.

Écrit par : Corélande | 29/01/2019

@Corléande, la Suisse est le pays au monde qui a le plus les moyens d'exonérer ses nationaux de toute forme d'impôt, de santé gratuite et transports publics gratuits, mais voilà, l'oligarchie bancaire, des assurances veut maintenir la pauvreté dans la population, ce sont des malades psychopathes, ils sont super-puissants dans l'unique but d'écraser les autres. Rien que dans les banques, 130 milles milliards d'argent sale, ce qui paralyse la planète, force des milliards d'individus de mourir de faim et de maladies dues à la malnutrition !

130 milles milliards de francs-suisses !

Écrit par : Corto | 29/01/2019

Je me posais une question peu discutée, le nombre de lacs sur la planète dont les niveaux sont alarmants, comme le lac Baïkal quasi complètement asséché et bien d'autres dont les niveaux sont à zéro !

En Suisse, c'est été, les niveaux des lacs provoquaient également de sérieuses inquiétudes, des rivières étaient asséchées avec les conséquences que l'on connait sur la faune aquatique.

Si même la Suisse, symbole de l'eau par excellence, tire l'alarme, imaginons ce qu'il peut bien se passer dans des pays biens plus arides ?

Nous le savons, la Suisse possède l'une des plus mauvaise gestion de l'eau parmi les pays européens, évidemment, les suisses n'ont jamais imaginés être touchés par ce phénomène !

Écrit par : Corto | 30/01/2019

Saviez-vous que lorsqu'un paysans veut choisir sa semence, qu'il ne reçoit pas de subvention ?

Que seules les saletés imposées par syngenta, monsanto et bayer sont subventionnées !

Écrit par : Corto | 30/01/2019

Corto, oui les semences sont totalement imposées chaque année, et il est totalement interdit à un paysan de garder un peu de ses semences pour les semer l'année suivante, comme cela se faisait autrefois.
A partir de là, la liste est très longue des interdits aux Agriculteurs, et je ne vous parle même pas des pénalités pour le moindre prétexte. En ce moment un grand nombre d'entre eux, vendent leur bétail; le lait et la viande de paient plus.

Et nos citadins majoritaires vont voter contre le mitage du territoire parce que la propagande de la peur du manque dans leur porte-monnaie fait son œuvre. Le processus est bien rôdé et mis en place pour l'anéantissement de nos valeurs et par conséquent notre pays.

IL parait totalement évident que l'on ne veut plus de paysans en Suisse, qu'on sélectionne juste ceux qui vont faire de l'entretien de paysage à bon marché et la bouffe de base doit venir de l'importation. L'objectif étant de faire de la Suisse un dortoir de l'Europe.

Le Canada qui avait une très mauvaise politique agricole, notamment sur le tout OGM est totalement en train de faire marche arrière, et c'est là-bas que nos jeunes qui sont agriculteurs dans l'âme ont de l'avenir.

Écrit par : Corélande | 31/01/2019

Connaître avant l'heure, les résultats du vote des Suisses ? Facile Emile à l'aise Blaise.

Écrit par : tourmaline | 31/01/2019

Pourquoi les résultats de certains votes sont incompréhensibles ?

Pourquoi le "peuple" vote contre le "peuple" ?

C'est une question qui me taraude et je ne serai pas loin d'imaginer que les votes suisses sont truqués, à chaque élection des affaires sont évoquées et pratiquement jamais elles ne sont suivies de conséquences juridiques, ils parlent de "tempête dans un verre d'eau" !

Écrit par : Corto | 31/01/2019

@Corélande, oui c'est juste incroyable, mais pour ça il faut parler avec des agriculteurs qui ne tremblent pas de crainte d'être harcelé par les normes défendues par des légions de fonctionnaires particulièrement cruels.

Qui va encore parler avec ces "pestiférés" à qui nous devons tout ?

Quelques uns d'entre eux se sont ouverts à la discussion alors que buvait un verre dans les campagnes helvétiques, faites de même, si ils osent exprimer la moindre objection, 90% du temps ils sont méfiants et craignent que vous soyez un "corruptible" aux ordres de Gesler !

Écrit par : Corto | 31/01/2019

Bonjour
Le moins qu'on puisse dire est que j'ai fait réagir... et encore dans ma responsabilité de modérateur des commentaires j'en ai supprimé quelques-uns (avis aux amateurs: ceux vraiment trop hors sujet et ceux attaquant des tierces personnes nommément). Encore que le dialogue entre "Corto" et "Corélande" me semble être un dialogue fictif entre deux avatars du même pseudo derrière lequel se cache un troll bien connu. Même sur les réseaux sociaux on finit pas se démasquer!!
Point 1: il reste encore pas mal de terrains à bâtir en Suisse, ce qu'il faut c'est bien les utiliser.
Point 2: les deux enjeux proposés par l'initiative sont parfaitement en phase: pour économiser le sol il faut densifier, et pour bien densifier il faut aller dans le sens des quartiers durables; pour maintenir notre capacité de production agricole il faut préserver le sol productif.
Point 3: non l'énergie solaire n'est pas une aberration, c'est le fossile et le fissile qui nous conduisent vers des lendemains difficiles, et qui ont déjà commencé, et c'est pourquoi de plus en plus d'entités veulent en sortir (mais pas assez vite). Oui toutes les personnes engagées dans les enjeux environnementaux dénoncent depuis les décennies les abus des pesticides et la domination des grands groupes économiques sur la production agricole. Ce n'est pas l'agrobusiness qui va nous nourrir, au contraire, on va détruire les sols, seule l'agriécologie décentralisée pourra le faire. Et qui a dit ça en 1962 déjà? Une biologiste américaine, Rachel Carson.Jamais entendu son nom? Dommage c'est tout un pan d'une histoire qui nous concerne tous.

Écrit par : René Longet | 31/01/2019

Je ne parlai pas du tout de l'énergie solaire, puisque toute l'énergie disponible sur notre planète est "solaire", je parlai du photovoltaïque, du photovoltaïque uniquement et au stade où il est commercialisé depuis quelques décennies !

Concernant les échanges avec "Corléande", votre imagination semble vous embarquer dans des zones allusives, d'autant que "Corto" et "Corléande" ne débarque pas d'aujourd'hui sur la plateforme tamedia !

Oui, les écolos ont fait vendre pour des milliards de Frs. de panneaux photovoltaïques, ce qui a rendu irrespirables des régions grandes comme la Suisse en Chine, où les habitants meurent très prématurément puisque les usines de productions des panneaux photovoltaïques fonctionnent elles au charbon !

Le coût énergétique de la production de silicium grade photovoltaïque est gigantesque, il faut plus d'énergie pour produire un PP que ce qu'il produira durant sa courte vie, après 10 ans, ces panneaux ont déjà 30 % de leurs capacités, etc...

J'ai travaillé dans le secteur et fait des test avec des collègues de l'EPFL, ne venez pas avec des astuces souvent alimentées dans les annonces publicitaires trop souvent dans les mains d'écolos également impliqués dans ce commerce.

J'avais également été le premier et l'un des seuls à dénoncer cette mode bobo de s'alimenter avec du quinoa, ce qui a valu la mort des terres des hauts plateaux, tellement ce produit était demandé pour des bien-pensants convaincus par les vertus d'une plante utile pour des personnes vivants en haute altitude, maintenant les indiens des Andes mangent du riz vitaminé US et crèvent de maladies chroniques !

Écrit par : Corto | 31/01/2019

Dès que des politiciens exercent leurs pouvoirs sur les populations et que ces dernières sont dépossédées de leurs prérogatives, c'est la catastrophe !

Corruptions, conflits d'intérêts, passes-droit, justice partiale, l'enfer !

Laissons les agriculteurs en pleine possession de ce qu'ils produisent, arrêtons cette nouvelle forme d'esclavage pipée avec des subventions factices et ne faisant que de bénéficier aux empires de la distribution et de l'industrie alimentaire à grande échelle.

Écrit par : Corto | 31/01/2019

Je n'ai rien à voir avec Corto, et nous sommes pas toujours d'accord. Mais je crois que l'on a perdu cette sagesse de se dire les choses, nos fonds de pensée, ici comme ailleurs. C'est sûrement une des raisons qui fait que plus personnes ne comprend rien à rien et c'est le but des manipulateurs, de créer le doute, de voir des trolls partout dès que ça arrange son argumentaire.

Je partage aussi les doutes de Corto sur nos votes truqués. Nous avons vu cela en Valais avec l'éviction d'Oskar Freisinger, les choses se savent et pourtant l'information ne passe pas.....et pourquoi ??????

Je l'ai déjà dit sur d'autres blogs, mon fils agriculteur passionné a frôlé la mort en raison de la politique agricole et le zèle de certains contrôleurs qui ciblent parfaitement ceux qu'ils vont -abattre-. Les contrôles sont aléatoires et pourtant mon fils en 8 ans a été contrôlé 8 fois avec chaque fois une montée dans les pénalités stupides. Impossible de se défendre puisque ce monde-là fonctionne en cercle fermé.

Plutôt que de se pendre, il a tenu le coup et maintenant il est au Canada ou l'on apprécie particulièrement son courage et sa détermination au travail, sans limite d'heures, ainsi que sa formation professionnelle en école d'agriculture qui est valorisée chez nos amis Canadiens. Merci à nos impôts d'avoir prodigué une si bonne formation qui maintenant profite à un pays...tiers.

Tout cela pour vous dire que mon fils n'est pas celui de Corto et la paranoia devient ridicule. Vous n'aidez pas à défendre vos causes et opinions. Je voterai OUI, mais je me fous du résultat si c'est non. C'est comme cela que je fonctionne depuis quelques années. Ce n'est plus mon avenir et mes enfants ont préféré être des Suisses dans une communauté à l'étranger, plutôt que d'être moins bien traités que les étrangers dans leur propre pays.

Ce message est pour vous M. Longet et si vous n'êtes pas convaincu de mon honnêteté c'est votre problème, pas le mien.

Écrit par : Corélande | 01/02/2019

@Corléande, bonjour le Valais, (sauf erreur) !

Je suis premièrement ravi d'appendre qu'un Suisse travailleur et entrepreneur ait quitté son pays, finalement mieux vaut être fonctionnaire, politique ou assisté dans ce pays, bientôt nous pourrons vanter les mérites de la Suisse pour son assistanat encadrer par des légions de fonctionnaires en plus des saletés déjà répertoriées, jusqu'où cela pourra tenir, j'ai des doutes !

Et je suis de plus consolé qu'un agriculteur Suisse soit reconnu pour ses qualités dans un pays reconnaissant pour le travail ainsi que la noblesse des travaux de la terre.

A voir ce qu'il se trame, tant sur ce blog que dans cette soi-disant "mondialisation" (encore un terme inventé que nous comprendrons dans 50 ans et aux antipodes des théories fumeuses largement diffusées actuellement), c'est dans ces sociétés "mondialisées" qui laissent crever les 3/4 de la planète, nous n'avons que le choix d'être d'accord avec les "élites" et toute forme de contradiction est perçue comme une incivilité, voir pire, comme un acte subversif, (jamais directement en face et avec des réponses argumentées) mais toujours avec des attaques biaisées et allusives de manière, bien entendu, a éviter le fond !

Il n'y a pas si longtemps que les mêmes envoyaient des sorcières au bûcher et tout ça au nom de l'amour d'idoles pas très catholiques !

Meilleures salutations à vous Corléande, et merci de ne pas toujours d'accord avec mes propos, également mes salutations à Monsieur Longet qui, je le sais, est quelqu'un dont la probité n'est plus à prouver.

Écrit par : Corto | 01/02/2019

Les commentaires sont fermés.