Amazonie: les feux de l'absurde

Les terribles incendie en Amazonie mettent le doigt sur l’aberration du système agro-alimentaire mondial.

Ce déboisement massif, qui détruit sur d’immenses espaces une biodiversité déjà bien malmenée, envoie d’énormes quantités de COdans l’atmosphère et réduit fortement la capacité de stockage par les végétaux de ce même gaz de serre. A noter qu’une forêt défrichée dans nos régions repousse naturellement si on laisse faire les choses, comme le montre la progression des forêtsdans les régions délaissées par l'agriculture (notamment en montagne), tandis qu’en raison du climat tropical et d'une faible couche d'humus, une fois la forêt tropicale disparue, le sol est très vite lessivé, c'est donc le dommage est infiniment plus grave. 

Tout cela pour quoi faire ?

Selon l’absurde théorie des avantages comparatifs – pour laquelle chaque pays doit se spécialiser sur ce qu’il sait le « mieux faire » – on a en réalité organisé la sous-enchère écologique et sociale. La globalisation ainsi conçue se révèle une vaste entreprise de concurrence déloyale et de nivellement vers le bas, à l’aide d’une explosion insensée des transports. Ce qui fait qu’il est intéressant de sacrifier la forêt tropicale au profit d’immenses cultures de soja et de pâturages (cas de l’Amérique latine) ou de palmiers à huile (cas de l’Asie du Sud-Est). Ce soja ne sert pas à nourrir ceux qui ont faim dans ces régions, mais à engraisser des millions d’animaux dont la viande sera vendue avantageusement en Europe ou en Chine. D’ailleurs, nous importons chaque année près de 300'000 tonnes de tourteau de soja pour augmenter le rendement laitier de nos vaches - alors qu'on se plaint régulièrement de la surproduction laitière!

Quant à l’huile de palme, très bon marché (le palmier à huile est l’oléagineux le plus productif), rancissant peu, elle est l’ingrédient majeur de ce fast-food qui détruit notre santé.

Détruire le monde pour détruire notre paysannerie et notre santé, quelle aberration !

Au lieu de sortir de ce cercle vicieux et de valoriser chez lui sa production locale, le Brésil s’est doté d’un président qui ne jure que par l’agrobusiness et la « conquête des terres vierges et la civilisation de leurs habitants » façon conquérant du 19esiècle. Si Néron est resté dans l’histoire de Rome comme l’empereur qui a mis le feu à sa capitale, Bolsonaro restera dans l’histoire de l’humanité comme celui qui a mis le feu à une des plus importants joyaux naturels du monde.

 Sa seule crainte est l’impact négatif de ces incendies sur l’image des produits brésiliens, et le réveil de la société civile de son pays qu'il n'a que trop enfumée. Alors oui, boycottons tout produit issu de la destruction de la forêt tropicale!! Rejetons cet accord du Mercosur qui ne fait que nous pousser encore plus dans la mauvaise direction. Et prenons soin de nos arbres chez nous aussi!

 

Commentaires

  • Il est a parier que d`ici vingt ans la viande de consommation pourra etre synthétisée en laboratoire. Alors la "vraie" viande deviendra un luxe et donc fini l`élevage intensif avec les souffrances animales et humaines qui vont avec. Il serait tout de meme triste qu`un Bolsonaro parvienne a détruire l`Amazonie pendant les quelques années qui restent a la folie de la viande d`élevage.

  • Le jour où le litre de pétole vaudra 10 Francs, produire localement coûtera moins cher que d'importer de la nourriture.

    C'est fou le nombre de saloperies que nous ingurgitons, pesticides, hormones, sucres, succédanés chimiques du sucre, tout ça pour finir obèses ou en surpoids, surtout pour ceux qui passent des heures assis devant leurs écrans...

  • La TV a diffusé un reportage hier soir nous montrant un paysan brésilien qui déclare que les incendies cette année sont nettement moins importante que l'an dernier. Il accuse aussi Lula d'avoir encouragé les paysans à mettre le feu lorsqu'il était président ! Seulement, comme il gauchiste, la presse et les socialos-Khmers Verts n'en n'on jamais parlé !

    Daniel, avec les pétoles à 10 balles le litre, on sera dans la merde ! Même produit localement !!

  • Cher Michelange (pseudo qui devrait appeler à une certaine exigence de qualité), vous commettez deux erreurs. D'une part ce n'est pas parce qu'un paysan brésilien s'exprime à la TV que c'est parole d'Evangile. La culture sur brûlis est une vieille pratique ce qui n'en fait pas une chose recommandable pour autant, surtout si c'est fait à une échelle industrielle et pour produire de la viande d'exportation qui constitue autant de concurrence déloyale pour nos paysans. D'autre part, le taux de déforestation a bien diminué entre 2005 et 2015, pour reprendre ensuite, justement, c'est la période de la présidence Lula. Par ailleurs le nombre de feux de forêts a doublé entre 2018 et 2019. Curieux non? Aucun rapport avec les options politiques de Bolsonaro? Source: Neue Zürcher Zeitung 26.8.19

  • Je trouve étrange que Macron s'occupe de ce qui ne le regarde pas car, si l'Amazonie brûle et que Macron s'attaque à Bolsonaro que penser lorsque la France fait brûler 366 hectare de forêts au Kasakhstan pour exploiter l'uranium que contient le sous-sol de ces forêts !!

Les commentaires sont fermés.