Action citoyenne : ça bouge à Genève

 Trois événements pour marquer la rentrée à Genève : la Semaine du Goût, Alternatiba et The Meal. Leur point commun ? Fédérer les acteurs, interpeller le public, inciter à s’impliquer dans la transition vers des modes de vie plus durables. A l’heure où l’Amazonie brûle, on ne saurait être plus au cœur de l’actualité.

Dans le bien manger, il y a non seulement la qualité, mais la provenance et les conditions écologiques et sociales de production. D’après sa charte nationale, la Semaine du Goût vise à  donner envie à chacun de faire des découvertes culinaires, de s'arrêter pour déguster, de s'interroger sur notre rapport à l'alimentation et nous rendre curieux quant à l'origine de notre nourriture ».Plus de 50 restaurants ont participé durant dix jours avec des plats illustrant ces orientations, et ont reçu un excellent accueil du public.

Alternatiba, le festival de la transition climatique, s’est tenu pour la 5fois et a rassemblé 9'000 personnes lors de plus de 50 débats, conférences et projections de films, entre les 10 et 13 septembre et autour des stands et animations au Parc des Bastions le 14 septembre. Plus de 150 organisations  étaient présentes pour souligner l’urgence climatique et la large palette de solutions pour ne plus gagner sa vie à la perdre.

The Meal, organisé par l’association Un repas pour notre avenir, a une nouvelle fois réuni  plusieurs centaines de personnes et de nombreux groupements sur la Plaine de Plainpalais le 21 septembre pour un repas communautaire, sous l’égide de « manger local, penser global ». Cet événement concrétise les engagements d’un réseau international de «se réunir en grand nombre, simultanément en de nombreux endroits de notre planète afin de partager un repas et de soutenir les paysans d’ici et d'ailleurs, plaider en faveur de l’autonomie alimentaire et du droit d’accès des populations autochtones aux ressources naturelles, terre, eau, forêts et semences. »

En l’occurrence, cette année le soutien allait à la grande marche des paysans indiens pour la paix et la justice, animée par le leader gandhien Rajagopal. Partant ce 2 octobre de Delhi,jour du 150e anniversaire du Mahatma Gandhi, les marcheurs atteindront Genève dans une année.

A l’heure où les mauvaises nouvelles foisonnent, ces trois dynamiques convergentes font du bien. Leurs points communs ? Etre des leviers de changement, faire de nous des acteurs engagés et informés du changement, rayonner au sein de la société genevoise.

Pari réussi quand on voit l’éventail des partenariats réunis, qui vont des collectivités publiques - par exemple la Ville de Genève ou SIG - à la Chambre de l’économie sociale et solidaire, de la Fondation Antenna à l’Académie du Cep, des Editions Jouvence aux Magasins du Monde. Très loin de toute autoproclamation ou autosatisfaction, l’objectif est tout au contraire de questionner, de montrer, de démontrer, de faire envie, d’aller au fond des choses, d’être en éveil et en recherche. Pour paraphraser Gandhi : sois ce changement que tu voudrais pour le monde.

Pendant ce temps, on continue de plus belle à couper des arbres à Genève, sacrifiés sur l’autel d’un développement qu’il est vraiment temps de questionner quant à son contenu et à son but.

 

 

Les commentaires sont fermés.