Elections fédérales : tous les partis pareillement verts ?

A l’heure de l’urgence climatique, et de la crise de la biodiversité, deux enjeux essentiels pour une planète viable et vivable, chaque formation politique se doit de se positionner.

L’UDC a choisi de trumper le peuple qu’elle prétend vouloir représenter en niant la gravité de la situation. Ses partisans agriculteurs apprécieront et gageons que leur nombre fond encore plus vite que nos glaciers. 

Quant au PLR, il a décidé de prendre tout récemment un certain virage et a joué dans les dernières décisions climatiques du parlement le même rôle que le PDC sous Mme Leuthard dans la stratégie énergétique de la Confédération.

Dans le rating écologique des ONG environnementales, basé sur l’ensemble des votes de la législature qui s’achève, Verts et PS caracolent toutefois quasiment ex-aequo largement en tête. En tant qu’ancien président du PS genevois (2008-2012) et engagé sur ces sujets depuis longtemps, je peux témoigner du sérieux, de l’ampleur et du bien-fondé de l’engagement écologique des socialistes de puis de nombreuses années et de leur fiabilité.

Voici quelques extraits d’un récent document du PSG, faisant l’inventaire des orientations et actions des socialistes genevois à tous les niveaux, communal, cantonal, conseils des régies publiques et fédéral :

  • Le concept de développement durable nous offre une manière fertile, indispensable de regarder le monde et de fonder notre action.
  • Répartir plus équitablement les richesses, sauvegarder les droits humains et la biosphère : une responsabilité essentielle et urgente qui correspond à notre ADN.
  • En Suisse, on assiste à une baisse de la consommation des ressources locales par la population, mais à une augmentation, néfaste pour le développement durable, de la consommation des ressources d’autres pays.
  • Adapter nos activités productives sur le potentiel réel de nos milieux naturels, de nos ressources physiques et psychiques.
  • Entre 10 à 15 milliards de francs suisses sont dépensés, en Suisse, chaque année, pour acquérir des énergies sales à l’étranger, parfois dans des pays peu fréquentables.
  • Promouvoir l’agro-écologie comme seule façon de nourrir l’humanité sans détruire les sols.
  • Préserver une agriculture à taille humaine.
  • Promouvoir le droit à une alimentation saine.
  • Attester les besoins en biotopes des espèces indigènes et définir l’infrastructure écologique nécessaire.
  • Gérer l’ensemble du territoire de manière propice à la biodiversité.
  • Renoncer à des projets négatifs pour la biodiversité.
  • Les services écosystémiques doivent être calculés et représentés dans les comptabilités des entreprises et des pays.
  • Imposer le principe du pollueur-payeur.
  • Les administrateurs de société et actionnaires sont comptables pas seulement de la rentabilité financière mais aussi de celle écologique et sociale.
  • Développer l’économie circulaire comme modèle.
  • Promouvoir le zéro déchet et la réparabilité.
  • Penser en termes de pouvoir de vivre et non seulement d’achat.
  • Passer d’une « économie de la prédation » à un modèle économique de la valeur écologique et sociale.
  • Conditionner toute nouvelle densification à une forte desserte en transports publics et en mobilité douce.
  • Voter un crédit extraordinaire de 1 milliard/an sur 10 ans pour offrir une alternative à la voiture.
  • L’engagement pour la durabilité comprend un engagement pour assurer à chaque habitant.e de la Terre le respect de ses droits économiques, culturels et sociaux tels que garantis par les Nations Unies.
  • Soutien à un ordre économique mondial plus équitable et au commerce équitable qui devrait devenir la règle des échanges locaux et globaux.
  • Intégrer clairement et de manière forte les enjeux du développement durable dans les diverses disciplines et activités scolaires...

Le tout est disponible sur https://www.ps-ge.ch/wp-content/uploads/2019/07/CP-20190719-lignes-action-PS.pdf

Alors, un petit clic avant d’aller voter ! Un électeur/une électrice averti.e en vaut deux !

Commentaires

  • On dirait une prière au bon dieu.

  • Et puis alors? Ces contenus ne vous parlent pas? Alors continuons comme maintenant, si c'est votre opinion, assumez-la.
    En l'occurrence Dieu s'appellerait plutôt l'électrice et l'électeur.

  • Et voilà, une fois de plus on déclame ses versets en occultant le plus gros problème: La démographie galopante.

  • Et pendant que certains paieront dix centimes de plus le litre parce qu'ils n'ont pas la chance de vivre en Ville dans la biosphère écolo-bobo, et que c'est tout de même la meilleure vache à lait que l'on puisse traire, les Américains obèses qui consomment trois fois plus que nous, continueront à ne payer aucunes taxes sur leurs séjours au sein des immeubles flottants maritimes qui polluent autant qu'un million de voitures lorsqu'ils sont à quai. D'ailleurs ça ne pose aucun problème à la gauche que le siège de MSC soit à Genève.

    Et en ce qui concerne la démographie galopante du continent africain, continons comme maintenant ? Comme vous le dîtes si bien à Jenni.

  • Cher Monsieur,
    L'urgence climatique , qui d'ailleurs n'en est pas une (n'est-ce pas, M. Lindzen?), m'indiffère. Eoliennes, toits chauffants et autres bagatelles climatiques sont à mille lieues de mes priorités! Lors des prochaines élections fédérales, seuls auront ma voix les candidats qui se soucient de mes vraies préoccupations, par exemple la LAMAL et les coûts de la santé, et non ceux qui me promettent une multitude de taxes et d'interdictions! Bien à vous, JLD

  • Dans votre inventaire à la Prévert vous oubliez le sujet principal : le planning familial mondial ! Les élevages de poules pondeuses en batterie sont combattues par les khmers verts et les socialos mais lorsque c'est les femmes personne ne dit rien. Quelques exemples ? Ben Laden avait 58 frères et sœurs de mères différentes ! Récemment un rappeur s'est produit à Genève avec un orchestre composé de 8 de ses 29 frères ! On est trop nombreux sur cette planète et, bien entendu, en Suisse. Certains espèrent que nous serons bientôt 10 millions alors cela permettra à Hodgers (notre Bolsonaro genevois sud-américain et destructeur d'arbres) de continuer à bétonner Genève ! Stop à l'invasion !!

Les commentaires sont fermés.