La Terre brûlée, stade ultime du climatoscepticisme

A peine a-t-on terminé les échanges de vœux chaleureux pour une année heureuse 2020 que la température monte dangereusement. Brutal coup de chaud entre les Etats-Unis et l’Iran - rebondissements pas exclus, l'Australie en feu... en termes de chaleur nous voilà servis. Mais rien à voir avec celle-ci qu’on (se) souhaitait, au contraire...

Question climat : que ce soit la montée inéluctable des océans, suite à leur réchauffement et au dégel des glaces des Pôles, ou les incendies qui accélèrent fortement la débâcle climatique, nous voilà mal pris. D’un côté, un océan qui monte en moyenne d’un demi-centimètre par an, venant lécher les terres fermes et menaçant à terme plus de 600 millions de personnes, futurs réfugiés du climat. De l’autre, des continents entiers qui s’embrasent, se consument. Après la Sibérie puis l’Amazonie, voici le tour de l’Australie. Eau et feu, les voilà réunis pour le pire.

On connaît la chanson : tout comme l’Arabie saoudite - Etat qui à chaque conférence sur le climat s’ingénie à contester les rapports scientifiques et à bloquer les décisions - vit du pétrole, l’Australie vit du charbon. Sans charbon, pas de prospérité, répète encore et toujours le premier ministre climatosceptique d’un peuple qui, pour l’avoir élu, devait l’être largement aussi. Mais de quelle prospérité parle-t-on?

A quoi sert une prospérité quand on a perdu les bases de la vie, sa maison, son environnement, son milieu de vie, son paysage, son pays, parfois une partie de ses proches? Une prospérité acquise à ce prix est-elle acceptable, fait-elle sens ? De quel niveau de vie parle-t-on ? Une prospérité sans nature est-elle possible, envisageable, souhaitable ? N’y a-t-il vraiment pas d’autre alternative ? C’est le moment de se poser ces questions.

A vrai dire, on ne peut plus se permettre d’opposer économie et écologie, et l’innovation tant portée aux nues doit maintenant assurer la conciliation de ces deux aspects. En être à détruire son pays, à brûler sa terre sous prétexte de sauver la prospérité, c’est vraiment l’inversion de toutes les valeurs humaines et une insulte à l'intelligence humaine. Et le charbon australien n’attise pas seulement les incendies dans son espace d’origine, il contribue à dégrader les conditions de vie sur toute la Terre, il nous prend avec dans sa course à l’abime.

Nous devions faire de cette Planète qui nous a été confiée un jardin, et nous avions tout pour le faire, et voilà que l’humanité pratique, sans grands états d’âme, la politique de la terre brûlée. Sauf que là, il nous faudra continuer à vivre sur cette Planète que nous mettons à sac - et que l’ennemi, dont nous détruisons ainsi les moyens d’existence, n’est autre que... nous-mêmes ! Terre brûlée : le stade ultime du climatoscepticisme...

 

 

Commentaires

  • "En être à détruire son pays, à brûler sa terre sous prétexte de sauver la prospérité, c’est vraiment l’inversion de toutes les valeurs humaines et une insulte à l'intelligence humaine." ?

    "Comme le souligne le Daily Mail, l’Etat islamique décrit dans ses publications de propagande comment déclencher d’énormes incendies de forêt, notamment aux Etats-Unis, pour mener le djihad."

  • Tiens le complotiste en chef est de sortie. Bientôt suivi de ses acolytes qui vont le conforter dans son délire. Les pyromanes existaient bien avant l'EI. Mais certains esprits creux se satisferont d'explications simplistes pour éviter une discussion de fond.

  • Il n'y a qu'un seul et unique problème: la pullulation humaine. En Australie, oui la sécheresse et la chaleur ont leurs effets sur les incendies. Mais les pyromanes sont les premiers responsables et coupables de ces incendies. Comme en Amazonie.

    "Une prospérité sans nature est-elle possible, envisageable, souhaitable ?"
    Oui, elle est envisagée par les monothéismes qui ont désacralisé la nature pour la transformer en objet et donc exploitable à merci. Et le corollaire: fait de l'homme un dieu à qui tout est permis. Ce sont des idéologies nées dans le désert et qui vont transformer la Terre en désert, inéluctablement. Hubris, bug dans le cerveau. Et cet ordre: croissez et multipliez.

  • "Nous devions faire de cette Planète qui nous a été confiée un jardin, ..."

    Oulala! J'aimerais bien connaître le nom de celui qui nous a confié la Planète On nage en plein délire.
    L'homme-singe s'est relevé et petit à petit a pris possession de cette terre en cherchant à l'apprivoiser, à en tirer sa subsistance, à améliorer sa vie, à tenter de la dompter. Le summum de la bêtise est assez récent, on veut, maintenant, créer un bouton, comme sur votre climatiseur, qui permet de régler la température, le taux hygrométrique, etc... Il faut être présomptueux, ou dément, pour croire que nous pouvons gérer le climat. Certes, nous pouvons faire des efforts, mais il devront être conséquents, pour moins polluer, mais cela a un coût. On ne peut vivre avec 10 milliards d'individus sur cette planète. Quelle est la solution des Verts au sujet de la démographie, un des gros points noirs de la pollution. 10 milliards d'individus représentent combien de tonnes de CO2 et de CH4 par an?

    "A quoi sert une prospérité quand on a perdu les bases de la vie, sa maison, son environnement, son milieu de vie, son paysage, son pays, parfois une partie de ses proches? "
    Vous devriez demander à celui qui a du payer une amende de 100'000 $ australiens (env. 68'000 CHF) pour avoir refusé de suivre les diktats fascistes des écologistes et a préféré faire comme les Anciens le lui avait enseigné, défricher une bande coupe-feu. Suite :

    https://www.facebook.com/notes/michel-piccand/incendies-en-australie-les-verts-et-ladministration-mis-en-cause/2615543622032119/

    On constate donc que le bon sens lui a permis de sauver sa maison et probablement sa peau et celle de sa famille et un grand merci aux criminels idéologues.


    Bonne année quand même.

  • En complément :
    https://www.bfmtv.com/international/feux-en-australie-24-personnes-arretees-pour-incendie-volontaire-1836593.html

  • À Monsieur l'éditeur de ce blog

    Acolyte est péjoratif

    Si je réponds à Monsieur Géo je serai son acolyte?

  • M. Longet, me semble que vous énumérez 2 couacs de nature australienne, dans vos éléments conclusifs:

    "et l’innovation tant portée aux nues doit maintenant assurer la conciliation de ces deux aspects"

    - Couac 1: Innovations vs. Traditions! Les aborigènes assuraient parfaitement, et avaient le know-how, de par leurs méthodes et connaissances datant d'avant notre "antiquité" gréco-romaine", la conciliation entre leur environnement naturel et les effets climatiques extrêmes.

    "En être à détruire son pays, à brûler sa terre sous prétexte de sauver la prospérité, c’est vraiment l’inversion de toutes les valeurs humaines et une insulte à l'intelligence humaine."

    - Couac 2. "En être à brûler sa terre.. insulte à l'intelligence (humaine donc)". Ignorant, vous insultez les aborigènes qui, très justement, utilisaient leurs techniques de backfires, à fréquences contrôlées, surveillaient & nettoyaient leurs terres pour en contrôler le déclenchement des feux, en toute connaissance du végétal et de son mode de reproduction (l'eucalyptus a besoin du feu pour favoriser sa reproduction, desquame ses écorces hautement inflammables, enduites d'huile, et envoie ses graines dans ses déchets en substrat favorable pour l'éclatement des graines et favoriser la résurgence post-fires des arbres - cadences d'env. 7 ans).

    En Australie, aucune innovation n'est nécessaire face à la bêtise criminelle!
    Là où seules coupables sont les mesures "écologiques" du gouvernement vert, qui a décrété l'interdiction des backfires traditionnels, sauf autorisation administrative rarement accordée, et décidé d'amender fortement les contrevenants (ont pu sauvegarder leurs habitats au coût desdites amendes).

    Le parallèle que vous faites avec le coal energy n'en n'est pas un. Par contre, leur choix de sourcer l'électricité pas chère mais toxique au charbon, devrait être mis en parallèle avec le choix français du tout-nuclaire de DeGaulle & consorts, en partant de la toxicité de leurs essais nucléaires dans le monde (sud-Sahara, îles pacifiques par ex) en passant par le stockage pour arriver au démantèlement des sites.

    Ce qui permettrait un débat plus "fair" si ce n'est d'un intérêt réel, cf. "nouvelles technologies" écologiquement compatibles que vous souhaitez.

    tant de désinfos, ça m'ennerrve - ai vécu en Australie/ mon ex y a une de ces maisons sur terres en feu du Victoria.

  • Complément à mon commentaire précédent, à propos de l'énergie-charbon / nucléaire.
    Je ne défends absolument pas le tout-charbon australien, ni mentionne leur énorme problème de manque d'eau. A ce propos: quid de Stés vendeuses d'eau en bourse!)

    Pas plus que je soutiens le tout nuke, que nombre de scientifiques plussoient. Mais quid des centrales nucléaires françaises à nos portes?
    Où il est ce grand-Gnèèèèèèèève de nos zélus? Mais que fait donc leur chef, qui est celui du GLTC, Antonio Hodgers?

    Par contre, discutons concret d'innovations énergétiques & politique environnementale à GE:
    Quid des SIG, ces princes qui viennent de rompre unilatéralement leurs contrats de rachat de production avec particuliers propriétaires de panneaux photo-voltaïques!
    Où quand nos verts ont peur de subventionner les énergies solaires...

    Scandales que vous ne relevez pas. Avec des paroles creuses, les bons voeux, ça sonne faux.
    Merci

  • Donc, plus les forêts s'enflamment et plus les écolos propagent leurs théories, c'est ça la logique ?

    Et que dire des centaines des départs de feux en Australie ?

    Départs de feux criminels pour la plupart !

  • Corto@ Faut arrêter avec cette hystérie visant les australiens quant aux bushfires! Comme s'ils ne cherchaient qu'à tout flamber! Alors que cela fait des décades qu'ils perdent tout dans ces incendies hors normes lors de canicules! Les rares surfaces boisées d'Australie (zones côtières du sud & NS Wales principalement) n'ont rien des forêts de conifères et de feuillus que vous imaginez en Europe ou dans les Alpes. Pas pour rien que la capitale Camberra (quasi centre) est l'un des endroits les plus affecté.

    Sortez-vous le nez de vos réseaux sociaux pour vous informer sur la réalité du phénomène d'auto-inflammation des forêts d'eucalyptus, dont j'ai évoqué les raisons, et les méthodes de contrôle ancestrales des aborigènes - c'est pas pour rien, ces backfires que vous voulez accuser..

    En fait, cela devrait vous plaire, cet envers d'une réalité qui ne colle pas à celle que vous imaginez - que vous tentez de tordre depuis votre atmosphère - pour l'appliquer dans l'hémisphère sud.
    Cheers!

  • A propos des Eucalypts: "This ability to stoke a fire is part of their survival strategy, said Professor Ladiges"

    https://www.abc.net.au/news/science/2018-01-26/eucalyptus-trees-an-iconic-australian/9330782

    Seule mesure de contrôle des incendies auto-déclarés lors de canicules, des ensembles d'eucalypts: le backfire, avec le suivi-contrôle des terres boisées & le déblaiement de leurs déchets, ce que les Aussies ont appris des aborigènes.


    Mais suite aux mesures du 1er ministre vert interdisant les backfires, les incendies sont multipliés et devenus hors contrôle.

    De par l'intensité et durée induites des incendies agglutinés, suite à ces interdits "écologiques" gouvernementaux , le substrat est définitivement détruit. A ces degrés de destruction du substrat, la régénérescence naturelle est rendue impossible.

    Et effectivement, les "verts" au gouvernement, qui ont interdit l'application de mesures écologiques ancestrales, connues depuis des millénaires par les aborigènes, natifs utilisateurs connaisseurs de l'environnement australien, ont conduit à la destruction de l'éco-système originel d'une grande partie de l'Australie.

    Mais ces colons continuent au XXIe s, sous l'augure de la Reine d'Angleterre, leur chef à qui ils versent larmes, royalties et dévotions, de croire en l'avenir de leurs terres brûlées.

    Une pensée aux éleveurs (une de mes cousines, suisse, est éleveuse d'ovins avec son conjoint, dans la région de Perth), aux fermiers qui n'en peuvent plus, en Australie et partout sur cette planète de fous.

  • M. Longet, bizarrement et pour autant que ce qui se passe en Australie soit le point de mire de votre note, mon commentaire a disparu où je précisais lien & mes sources à propos des incendies en Australie: "This ability to stoke a fire is part of their survival strategy, said Professor Ladiges"

    https://www.abc.net.au/news/science/2018-01-26/eucalyptus-trees-an-iconic-australian/9330782

    Mes sources: en contact avec l'une de mes cousines, suisse, qui au siècle dernier a fondé un élevage de bovins au nord de Perth. Avec l'un de mes ex, proprio-victime des fires au nord de Melbourne, Victoria. Avec l'une de mes tantes, proprio à Sydney, où j'ai bossé et contribué aux exigences fisc. aussies.

  • C'est très dangereux de faire des comparaisons et vouloir affirmer à tout bout de champ des raisons de causes à effets.

    Partout, on constate que 80% des incendies de forêts sont déclenchés par des humains.

  • Réchauffement climatique ? La NASA rapporte que le plus grand glacier du Groenland ne fond pas , il «grossit pour la troisième année consécutive», contrairement aux affirmations des médias français…

  • Beaucoup d'approximations et de fake news chez mes correspondants. Trois exemples: 1) la Nasa dit au contraire que les glaces du Groenland fondent très rapidement: https://www.futura-sciences.com/planete/breves/calotte-glaciaire-groenland-50-ans-fonte-groenland-vus-satellites-nasa-1119/ 2) Le canton de Genève vient de renforcer l'objectif de son plan climat et s'oppose à de nouveaux projets de centrales nucléaires près de Genève 3) En Amazonie les incendies sont d'origine humaine mais en Australie ça brûle tout seul vu la chaleur + la sécheresse. Avant de se ruer sur son clavier pour dire n'importe quoi, merci de s'informer à bonne source!

  • Bonjour

    https://earthobservatory.nasa.gov/images/145185/major-greenland-glacier-is-growing

  • Cher Absolom Alors c'est Nasa contre Nasa? Ne confondons pas une situation précise et un bilan sur tout un territoire. Ou alors que chacun sélectionne les faits qui confortent ses idées préconçues mais ne parlons plus de Fact finding mais de se rassurer soi-même, et de tromper les autres.

  • Mr. Longet, donc vous contestez que le plus grand glacier du Groenland grandi depuis 2016 ?

    Vous devriez être content de voir que des signes positifs aient été constatés ? Non ??

  • Cher Corto
    Oui toute information positive me réjouit, mais une attitude soucieuse de comprendre la réalité telle qu'elle est oblige à mettre chaque information dans son contexte. A votre avis, cette bonne nouvelle est-elle représentative de la situation du Groenland ou est-ce plutôt un cas non significatif? C'est cela qui importe. Et là-dessus je dis comme Greta - que vous n'appréciez certainement pas (si vous me dites le contraire, cela me ferait plaisir naturellement) - : "Ecoutez la science"!

  • Non mais là il s'agit de photos prisent à un an d'intervalle pendant 3 ans qui montre que le glacier grossit de manière importante, il ne s'agit d'ergoter pendant des heures, cette bonne nouvelle vous devriez la diffuser !

Les commentaires sont fermés.