17/10/2011

Et si on parlait solutions?

A quelques jours des élections fédérales on assiste à une campagne bizarre. Pour d'aucuns, je pense au PLR, en perte de vitesse, l'argumentation se limite à dénigrer et à caricaturer l'adversaire. A coups d'annonces valant 4000.- pièce le PLR sort des poncifs et des idées reçues sur divers sujets alors que tant au parlement cantonal que fédéral le PLR est dans la majorité qui a voté tout ce qu'il dénonce, à commencer par les fameux jours-amende! Evidemment, il s'agit de faire oublier Zapelli (difficile) pas à sa place, le scandale de la BCG et de Swissair voici dix ans... bref toute la politique de la droite au service de certains bien placés et de pas grand chose d'autre. La fusion entre libéraux et radicaux qui n'est autre que l'absorption du monde des PME et des entrepreneurs radicaux par la banque libérale...

Bref revenons à ce qui serait utile pour la population.

Lire la suite

10:21 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

13/09/2011

Sécurité à Genève, ceux qui parlent, ceux qui (s')agitent, ceux qui agissent!

Qui s'est exprimé ces dernières semaines dans la Tribune de Genève avec pertinence pour une politique claire à l'égard de la délinquance à Genève?

Un juge. Une députée particulièrement active sur le sujet. Un professeur de droit pénal, entre autres.

Leurs noms? François Paychère, socialiste. Loly Bolay, socialiste, le Prof Killias, socialiste.  Pertinents, compétents, socialistes!

Lire la suite

22:18 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

14/08/2011

La dette financière et la dette écologique

La crise de l'endettement frappe de nombreux Etats. Hier la Grèce, on pouvait en rire sous cape, stigmatiser de manière réductrice et choquante "le népotisme et le gaspillage propre aux climats chauds"... Aujourd'hui c'est au tour de l'ex-première puissance mondiale, les Etats-Unis d'entrer dans la spirale descendante. Notons que ce n'est pas la première fois, de loin pas, voici quelque temps c'était le surendettement des privés stimulé à tout va par les banques qui avait déjà causé une grave alerte sur l'économie mondiale. La particularité de la crise américaine est qu'elle n'est pas seulement économique mais aussi politique.

Lire la suite

15:27 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/08/2011

Pourquoi de refus de l'Europe?

Le projet européen est de moins en moins populaire. Pas seulement en Suisse mais sur le continent entier.

J'affirme que si l'Europe est malade ce n'est pas en raison de "trop d'Europe" mais de "pas assez d'Europe.

Quelle est l'origine du projet européen?

Pas uniquement de réduire les barrières douanières ("marché commun") mais avant tout de partir d'une prise de conscience de l'unité culturelle du continent européen: histoire commune depuis une lointaine préhistoire, traditions, culture, architecture, urbanisme, usages, organisation politique...

Les différences sont souvent plus grandes au sein d'un même pays (même si la France s'accroche au fantasme jacobin, un Breton et un Lorrain, un Basque ou un Lyonnais ne sont pas encore dissous dans un melting-pot et ne le seront pas) qu'entre pays. Quelle différence fondamentale entre Budapest et Lisbonne, Amsterdam et Venise? Mille ans d'histoire monarchique ont fait que la plupart des pays européens ont passé sans trop s'en apercevoir d'une dynastie d'origine espagnole à une autre d'origine autrichienne... Mille ans de migrations ont mixé un peu partout la population, mélange de couches successives de migrants...

Pourtant c'est sur le sol européen que les peuples ont été amenés à s'entredéchirer le plus: guerres de religion, guerre de 30 ans, guerres napoléoniennes, première guerre mondiale, 2e guerre mondiale, ex-Yougoslavie.

Ceux qui méprisent et  rejettent le projet européen sont-ils prêts à assumer le retour aux nationalismes, au chauvinisme?

Quel est le but de cette auto-destruction d'une volonté d'organiser le continent?

Quelle alternative ont-ils à présenter?

Lire la suite

12:38 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

07/06/2011

Sortir du nucléaire, une chance

Deux tiers des Suisses sont pour la sortie cu nucléaire et cette semaine le parlement fédéral va (ce n'est pas toujours le cas...) leur donner raison. Il est très vraisemblable que le Conseil national vote une motion soutenant les décisions du Conseil fédéral.

Pour les grandes pleureuses d'Economiesuisse, ceux qui parlent toujours d'innovation mais se rallient par définition au camp le plus conservateur, c'est une catastrophe, dans quelques années ce sera couvre-feu, retour à la bougie et à la traction animale...

En attendant qu'un nouvel accident, cette fois plus proche de nous (le Japon, c'est loin, et bien sûr ici pas de Tsunami  - il faudrait que le Léman se vide en un jour ou que le barrage de Génissiat se rompe, toutes choses impossibles scienifiquement) nous rappelle qu'en nous rendant dépendants du nucléaire  nous avons accepté de vivre sur un volcan.

En fait cette décision du Conseil fédéral et bientôt du parlement est une vraie libération!

Lire la suite

10:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/05/2011

Gouvernements: élections à la proportionnelle?

L'idée d'élire les exécutifs à la proportionnelle resurgit, par le biais d'une proposition de loi de l'UDC. Eternelle tentation des minoritaires... qui a souvent effleuré aussi la gauche.

Lire la suite

10:26 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

01/05/2011

Qui se moque de la liberté de choix du mode de transport?

Le vote du 15 mai approche, les électrices et électeurs commencent à renvoyer leur bulletin.

Surprise on ne vote pas que sur les Cherpines.

Autre sujet de taille: la mobilité douce.

On vient d'inaugurer le tram Meyrin-Cern.

On invoque à qui mieux mieux le libre choix du mode de transport.

Favorable à l'IN 144 le Conseil d'Etat dans la brochure officielle des votations rappelle que la moitié des accidents mortels sur la route concernent les participants les plus faibles du trafic: les piétons, les cyclistes. Parmi eux, des enfants, des personnes à mobilité réduite, des aînés.

Lire la suite

13:22 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

17/03/2011

toujours pronuclaire la constituante?

Catastrophe nucléaire au Japon, on se réveille de sa torpeur et découvre tout d'un coup que de Hiroshima à Fukushima il n'y a que la première syllabe qui change. En fait c'est bien un accident majeur par décennie, Three Mile Island pour les années 80, Tchernobyl pour les années 90 (on se rappelle que le nuage radioactif n'a pas traversé le Rhin), pas mal de petites pannes depuis... puis cette terrifiante actualité.

Voici quelques mois, placidement, benoîtement, naïvement, la Droite unanime de notre magnifique Assemblée constituante, droite majoritaire de quelques voix, a profité de la torpeur estivale pour remplacer un article clairement antinucléaire de notre constitution, fruit de la mobilisation populaire des années 80 et 90, par un salmigondis qui ne nous dit rien de bien...

Lire la suite

21:52 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

27/02/2011

La Lybie et l'UDC

On se rappelle: Genève a eu l'outrecuidance d'infliger une légère frayeur, que dis-je un moment d'inconfort, au fils bien-aimé du dictateur lybien...

Lire la suite

22:14 | Lien permanent | Commentaires (38) | |  Facebook

23/01/2011

Ramassez les fusils!

La Suisse: 7,8 millions d'habitants. 2,3 millions d'armes à feu. En Europe cela n'a pas son pareil. Il faut aller au Texas ou en Arizona (tiens, ça nous rappelle quelque chose) pour compter un tel nombre de fusils et pistolets. Et nous qui regardons les Américains et leur fantasme des armes de haut!
A quoi ça sert, toutes ces armes? Au tir sportif. OK ceux (et celles, car le tir sportif se pratique aussi au féminin) qui en ont les capacités n'auront pas de problème avec l'examen et le registre fédéral. A la chasse. OK quand et là où c'est permis (pas à Genève heureusement), de même, pas de restrictions particulières. Donc tireurs et tireuses sportifs, chasseurs et chasseresses, rien à craindre, si vous êtes réglos, vous pouvez et devez voter oui le 13 février! De même les collectionneurs, leur arme par définition n'est plus faite pour servir. Mais tous les autres,que font-ils avec des objets inventés pour tuer à portée de mains?

Lire la suite

18:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

13/01/2011

L'intégrisme ne passera pas !

Voici 500 ans on tuait dans toute l' Europe, on égorgeait, on massacrait, on taillait en pièces au nom du salut, de la vraie foi, de la vérité. Dans les colonies, de même, on tuait, égorgeait, massacrait, taillait en pièces au nom du salut, de la vraie foi, de la vérité, du sauvetage des âmes.

Au nom de la vérité proclamée par l'autorité religieuse, qui affirmait que la Terre était plate, que le Soleil tournait autour de la Terre, la Sainte Inquisition catholique avait tout pouvoir de vie et de mort. A Genève, la République calviniste faisait brûler sur la place publique l'hérétique Michel Servet, réglementait les tenues des femmes, pourchassait ceux qui oubliaient le culte du dimanche.

Aujourd'hui l'intégrisme continue de sévir. Aucune religion n'est à l'abri de cette déviance perverse qui tue l'esprit au nom de la lettre.

 

 

Lire la suite

22:44 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

13/12/2010

Micheline mal aimée du Palais aimée du peuple

Version:1.0 StartHTML:0000000179 EndHTML:0000003513 StartFragment:0000002664 EndFragment:0000003477 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/Micheline%20BLOG.doc

Le bain de foule genevois de ce dimanche a encore souligné la différence entre les intrigues de palais (fédéral) - auxquelles certains Genevois ne sont pas étrangers - et le sentiment de la population. Combien de fois notre Présidente de la Confédération ne s’est-elle pas entendu dire par des quidams «Mais qu’est-ce qu’ils vous reprochent ? Les élus genevois ne devraient-ils pas être fiers de vous au lieu de vous mettre des peaux de banane sous votre chemin?».

C’est qu’elle dérange, notre Présidente. Elle a cherché et obtenu le Département le plus difficile, celui des Affaires étrangères. C'est aussi un des plus importants.

Lire la suite

22:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/11/2010

Non à l'extension sans fin des heures d'ouverture des magasins

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000006286 StartFragment:0000002905 EndFragment:0000006250 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/BLOG.doc

La votation du 28 novembre approche à grands pas et l'initiative de l'UDC sur les renvois automatiques d'auteurs de certains crimes occulte tout le débat. Elle a toute son importance mais il ne faudrait pas oublier des thèmes économiques et sociaux comme les ouvertures plus larges des magasins.

 

Pour ce qui me concerne je suis résolument contre.

 

 

Lire la suite

21:06 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

20/10/2010

Le 28 novembre un double non à la double peine

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000003743 StartFragment:0000002652 EndFragment:0000003707 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/BLOG.doc

Le but clairement affiché de l’UDC est de diviser. Par exemple entre Suisses et étrangers, faire de la couleur du passeport un élément déterminant de la vie, sacraliser les «vrais Suisses» et rejeter tous les autres.

Franchement, dans ce canton en particulier, qui n’a pas d’attaches avec d’autres pays, d’autres régions du monde? Où sont les «vrais Suisses»? De nombreux d’entre nous sont des naturalisés, des enfants de naturalisée, ont plusieurs passeports ! N’y a-t-il pas aussi de nombreux «étrangers» (le mot vient d’»étrange»...) qui s’impliquent dans la vie communautaire davantage que certains nationaux?

Lire la suite

22:05 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

28/09/2010

Chômage pour une solidarité romande

Le vote du week-end dernier nous a remis devant une situation que nous avons occultée: il y a un vrai clivage régional en Suisse.

Une minorité latine qui selon le golden boy (in Le Matin) Luscher attend trop de l'Etat (?), certes lui n'en a pas besoin, mais qui en réalité en a marre des inégalités et des injustices. Recevoir moins que ce qu'on a payé, cela a été refusé pour le 2e pilier en mars, et maintenant en Suisse Romande et au Tessin pour l'assurance chômage. Quelle suite à ce clivage linguistique mais aussi social?

Lire la suite

23:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/08/2010

Organisation des communes, une nouvelle débandade de la constituante ?

Depuis quelques mois, il semble que notre Assemblée constituante tangue et ait perdu le Nord.

Oubliant complètement la nécessité d’un compromis viable, une courte majorité ne cesse d’imposer ses coups de force.

En mai ce fut le refus des droits sociaux et de l’égalité de droits entre hommes et femmes, un recul d’un demi-siècle.

Voici quelques jours suivit l’annulation d’un vote populaire qui étendait l’éligibilité au Grand Conseil aux termes d’un long débat parlementaire aux fonctionnaires de terrain.

Lire la suite

08:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/06/2010

De l'utilité des idées en politique...

La politique est décriée, critiquée, beaucoup pensent que les élus ne pensent qu'à eu et n'ont aucune idée qui fasse progresser la collectivité dont ils ont la charge. Cela relève de la caricature et de la mauvaise foi, il y a bien plus de choses positives que ce qu'on veut bien voir. Par exemple, à Onex...

Lire la suite

09:58 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

30/05/2010

Région. Europe. Il nous faut des institutions à la hauteur des enjeux

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000005881 StartFragment:0000002596 EndFragment:0000005845 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/BLOG.doc

Les questions institutionnelles sont celles qui barbent le plus leur monde. Alors que ce sont celles qui décident de notre capacité à traiter les problèmes. Alors allons-y.

Nous faisons face actuellement à deux situations que nous avons de la peine à gérer.

Dans notre région, des inégalités surgissent qui exigent une réponse claire : Le marché du travail à Genève fait appel à bientôt 80'000 résidents hors du territoire genevois (alors qu’il y a de nombreux demandeurs d’emploi sur place), qui y trouvent un avantage certain : Ils gagnent mieux que chez eux, mais n’ont pas les charges notamment locatives des Genevois. De même les salaires gagnés sur territoire genevois permettent de mettre davantage sur la table pour acquérir son logement là où on habite, ce qui fait que les personnes qui travaillent localement n’arrivent plus à suivre.

Comment résoudre ces contradictions qui fâchent des deux côtés de la frontière ? La proposition faite par Micheline Calmy-Rey de saisir toutes les possibilités du droit international et européen pour créer ici une euro-région transfrontalière mérite d’être étudie, tout comme la vielle revendication d’un parlement transfrontalier. On peut aussi se rappeler l’existence des zones franches, depuis bientôt deux cents ans. Elle témoigne des solutions qui avaient été trouvées à l’époque pour les problèmes de l’époque. Il nous faut faire preuve de la même créativité aujourd’hui si nous voulons avoir une chance d’avoir prise sur les événements et de corriger la montée des situations inégales.

Autre exemple : la crise grecque. On nous dit que c’est de la faute à l’Europe, on veut sortir de la zone €. On se refuse juste à comprendre que l’Europe est malade de pas assez d’Europe, et ne s’en sortira seulement, face à elle-même et face au monde, en admettant de créer un Etat fédéral européen, avec des vrais pouvoirs régulateurs économiques et sociaux. Oui les grands Etats qui ont voix au chapitre dans le monde ont tous la taille de notre continent, sont tous des Etats fédéraux : Brésil, Inde, Australie, Etats-Unis (la Chine devra aussi s’y mettre quand elle découvrira la démocratie). Alors, barbantes les réflexions institutionnelles ??

22:50 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

26/03/2010

Sarkozy et l’écologie, un révélateur

Version:1.0 StartHTML:0000000193 EndHTML:0000006334 StartFragment:0000002673 EndFragment:0000006298 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/Sarkozy%20et%20l'%C3%A9cologie.doc

On dit que les hommes (et femmes bien entendu) politiques se révèlent lorsqu’ils traversent des zones de turbulences. Sarkozy défait aux régionales se révèle tel qu’en lui-même et confirme magnifiquement la raison même de sa disgrâce auprès des Français : son absence de colonne vertébrale, son absence de projet et de vision. Un nouveau Chirac en plus agité en somme.

Voici quelques années Sarkozy avait annoncé en grande pompe qu’il était temps de prendre en compte les enjeux du développement durable, face aux ravages du consumérisme et du néolibéralisme. Quelques mesures novatrices, le fameux Grenelle de l’environnement. Puis que sacrifie-t-on au premier revers électoral ? Le développement durable, précisément. On invoque quotidiennement la nécessité « vitale » de ne pas toujours sacrifier le long terme au court terme et on fait exactement ce qu’on dénonce.

Belle leçon de ce qu’il ne faut pas faire en politique. Comment peut-on prétendre défendre une nation, incarner un projet quand on est à ce point fragile, peureux, velléitaire ?

De quoi s’agit-il ? Sarkozy découvre les enjeux écologiques et veut lutter contre les immenses gaspillages énergétiques dus à l’organisation aberrante de la mobilité dans notre société et aux façons négligentes de bâtir. Un remède, simple, préconisé dans d’autres pays, taxer les émissions de gaz carbonique. Un espoir : qu’entreprises et particuliers pour éviter de payer la taxe se donnent les moyens d’émettre moins de CO2 et donc de consommer moins d’énergies qui en émettent. Un problème. Il n’y a pas toujours des substituts. Notamment pour les personnes vivant en habitat dispersé, en région rurale, où tout service de transports publics digne de ce nom a disparu depuis belle lurette (ça existait mais ça n’existe plus), et qui sont souvent celles aux revenus les plus faibles, qui utilisent encore vaille que vaille leurs vieux véhicules ma foi un peu plus polluants que les neufs trop chers pour eux.

Reste que cette taxe était devenue un symbole d’un engagement même impopulaire. Mais il n’a pas survécu au premier avis de tempête. Message clair : en cas de problème c’est l’écologie qu’on sacrifie.

La vraie solution : pourquoi toujours taxer, pourquoi ne pas promouvoir, encourager, inciter, mettre en place du neuf ? L’abandon de la taxe carbone aurait pu être une belle occasion de remplacer une mesure coercitive par un beau bouquet printanier de mesures incitatives. Au lieu de cela c’est l’écologie qui a été abandonnée. Au lieu de changer de méthode on change de sujet et occulte le thème qui fâche. Encore une fois Sarkozy a illustré parfaitement la raison pour laquelle il a tellement déçu.

21:49 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

17/02/2010

Rentes : Dévaluation à froid

Version:1.0 StartHTML:0000000167 EndHTML:0000005093 StartFragment:0000002994 EndFragment:0000005057 SourceURL:file://localhost/Users/renelonget/Desktop/BLOG.doc

.


On se demande pourquoi le bon peuple ne fait plus confiance !

Voici un bon exemple. On vous vend le 2e pilier comme assurance sans faille qui vous permettra de dormir tranquille durant vos vieux jours. On inscrit dans le marbre de la constitution la garantie du maintien du niveau de vie.

Et un beau jour à Berne sous la coupole fédérale (là où on se fait berner, justement) une majorité d’élus modifient subrepticement le taux de change. Votre franc versé ne vaut du jour au lendemain plus que 80 centimes.

De qui se moque-t-on ? L’épargne forcée du 2e pilier dévaluée à froid ? Un vrai scandale. On a trimé toute sa vie, pour se faire avoir ?

Le même parlement qui a versé en une soirée 62 milliards à une banque pour couvrir des crédits spéculatifs en Amérique, dont 20 milliards ont été aussitôt perdus, fait passer à la caisse tous ceux qui se sont saignés pour se cotiser croyant dur comme fer dans la solidité des paroles des élus, dans la solidité de leur retraite.

Les socialistes ont dépisté le piège, récolté avec les syndicats les signatures nécessaires et vous permettent citoyennes et citoyens de passer à l’acte en disant un grand NON à cette razzia sur nos vieux jours.

21:46 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook